À la recherche de places, l’État toque à la porte de l’Église pour héberger les migrants. ( N° 1929)

Publié le par Quinquine1159

De l'ancien séminaire de LILLE,  les prêtres en formation ont déménagé à la fin du mois d'août 2018, et le diocèse a été sollicité par la préfecture du Nord, qui a besoin de locaux pour des hébergements d'urgence de réfugiésLa bâtisse de briques rouges est immense. Elle est désormais pleine de vie avec 56 personnes, dont de nombreuses familles, venues d'Irak. 
Bâtiment vidé, permettant l'hébergement

Bâtiment vidé, permettant l'hébergement

La famille de Rahaf, musulmane, a vécu en Norvège pendant plus de trois ans. Son dossier de demande d'asile a reçu un avis négatif.

Il a fallu partir, encore. Gaida et ses deux enfants se sont retrouvés en Bretagne, à Lorient, où elle raconte qu' elle dormait dans la gare. 

On lui a alors conseillé de venir à LILLE, et aujourd'hui elle bénéficie d'une mise à l'abri et d'un accompagnement par l'association Coallia, mandatée par la préfecture. Elle peut enfin trouver un peu de repos : "Tous les gens ici m'ont aidée, ils nous ont donné à manger, ils nous ont prêté cette chambre, très propre. Je rêve d'un bel avenir pour mes enfants".

Elle espère maintenant que son mari pourra les rejoindre à Lille. Il est pour l'instant coincé en Allemagne, à cause des accords de Dublin,  qui prévoient qu'un migrant soit renvoyé dans le pays par lequel il est entré en Europe.

Gaida compte déposer une demande d'asile en France, ce qui n'est pas le cas de la majorité des Irakiens hébergés ici, qui sont pour la plupart passés par le littoral, Grande Synthe, Calais, et qui rêvent toujours d'Angleterre.

La petite Rahaf, elle, voit déjà sa vie en France : "Je veux aller à l'école et apprendre le français. Je sais déjà parler un petit peu !". Et l'enfant de passer de l'anglais au français, pour nous dire "bonjour, ça va bien ? Je m'appelle Rahaf".

Gaida et ses deux enfants (diocèse de Lille)

Gaida et ses deux enfants (diocèse de Lille)

Le vicaire général du diocèse dit: "Aujourd'hui, on voit beaucoup de Chrétiens s'investir dans l'accueil des migrants. Il y a une très forte sensibilité aux Chrétiens du Proche-Orient, mais pas seulement. Quelle que soit la nationalité, quelle que soit la confession, l'accueil est inconditionnel".

  Cet hébergement est une démarche parallèle à celle bien plus large à laquelle répondent déjà des paroisses ou des associations. 250 réfugiés d'Irak et de Syrie sont accueillis dans le Nord-Pas-de-Calais. "C'est de l'accueil de familles par des familles, c'est émouvant de voir que les gens se sont mobilisés".

Une fondation finance notamment des cours de Français, en complément de ceux proposés par l'Office français de protection des réfugiés et apatrides, pour permettre à ces réfugiés "d'avoir le niveau requis pour trouver une activité professionnelle. Cela leur permet de maîtriser la langue.  On a aujourd'hui une forte intégration professionnelle, preuve que cela fonctionne. Il y a beaucoup de courage du côté de ces familles, qui recréent leur vie à partir de zéro".

Cours de français d'abord

Cours de français d'abord

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
C'est bien mais comme l'ont dit, à plusieurs reprises, des hautes personnalités du pays, et non des moindres, la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Je suis toujours étonné de constater que les migrants ne se tournent pas vers les pays musulmans du Golfe, pays très riches comme les Émirats Unis, l'Arabie Saoudite, etc... Ces pays pourraient et devraient les aider.
Répondre
Q
C'est vers nous que les migrants se tournent . Par quel effet de publicité pourrait-on se demander !
B
Au moins ils sont à l’abri pour l’hiver. Et c’est tant mieux.
Répondre
Q
Les enfants sont obligés de subir le sort des parents. Je suis contente, d'abord pour eux.
Merci de votre passage . Je crois toujours aux petits bonheurs du jour !
D
j'ai lu avec bcp d'attention ton article ! mais il faut savoir qu'en France, quand une famille est accueillie comme celle décrite ci-dessus, personne ne peut travailler sans papiers et les papiers se font attendre longtemps sinon jamais. Les familles qui ont de la chance d'être prises en charge par des associations, vivent en France sans être véritablement en France , les enfants sont scolarisés et leurs parents ne font rien de leurs journées sinon courir après d'hypothétiques papiers. Voilà la triste réalité ! et ils sont menacés d'être expulsés à tout moment !
Répondre
Q
Comme il est dit dans l'Evangile : il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus. Et cela bien forcément car il y a beaucoup beaucoup de demandeurs en Europe.
A notre petite échelle on se sent impuissant.
Heureusement que tu nous fait rêver avec tes belles personnes !
R
J'espère qu'ils sauront s'intégrer
La vie est difficile pour tous
L'hiver approche
Mais jusqu'à quand allons-nous pousser les murs , ils ne sont pas élastiques et la misère grossit chaque jour
Ce monde est affolant
Bonne soirée Marie-J
Répondre
Q
Comme dit la pub : on est mal ! Des bébés naissent sans bras (une dizaine), la Corse est balayée comme jamais, l'Italie croule, des médicaments risquent de manquer et pour certains c'est leur survie qui est en jeu, des espèces animales disparaissent, les prix augmentent etc.
Mais il faut arrêter de se plaindre dixit. Moi je crois qu'il ne faut plus regarder les infos télévisées!