Les Narbonnais sont allés au charbon ( N° 974 )

Publié le par Quinquine1159

Non loin d'Arras, nous voici en plein pays minier.Une vue est toujours agréable aux Nordistes, c'est celle d'un terril. Ils sont particulièrement contents de montrer celle des deux terrils dits "les jumeaux".

Les terrils dits " jumeaux "

Les terrils dits " jumeaux "

Expérience inédite pour les Narbonnais aujourd'hui: visite d'une mine de charbon. C'est celle d'AUCHEL, reconstituée par des passionnés de leur ancien métier de mineur de fonds. Y figure en bonne place leur patronne: sainte Barbe.

Au fond de la mine, statue de sainte Barbe

Au fond de la mine, statue de sainte Barbe

Un vrai, un pur, nous accueille avec l'accent. Il nous fait d'abord passer par la salle d'habillage. Pas pour nous, tant mieux.

Entre autres : les bottes

Entre autres : les bottes

C'est à la lampisterie que les mineurs trouvaient leur quartier. Dans l'équipement: le casque, sous lequel un bonnet de laine pour essuyer la sueur et isoler, la lampe.

Plongée dans l'ambiance

Plongée dans l'ambiance

Les Narbonnais sont allés au charbon ( N° 974 )
Les Narbonnais sont allés au charbon ( N° 974 )
La célèbre lampe qui fut remplacée par celle accolée au casque

La célèbre lampe qui fut remplacée par celle accolée au casque

Voici un homme heureux de nous amener là où était son travail et un autre de descendre sous le sol, puis une femme interrogative dans le noir.

Heureux et fier

Heureux et fier

Dans l'ascenseur

Dans l'ascenseur

Cette obscurité pour 8 heures par jour

Cette obscurité pour 8 heures par jour

Cette vie de travail, le mineur de fonds ne la renie pas, au contraire. Cette galerie est son domaine, les outils ses attributs.

Et on travaillait , quelquefois quasiment couché

Et on travaillait , quelquefois quasiment couché

Une des galeries souterraines

Une des galeries souterraines

Le piolet pour attaquer la roche

Le piolet pour attaquer la roche

Les Narbonnais sont allés au charbon ( N° 974 )

Les wagonnets sur rails ont eu leur temps, puis la mécanique est descendue au fonds.

Les rails pour l'expédition des wagonnets

Les rails pour l'expédition des wagonnets

Les Narbonnais sont allés au charbon ( N° 974 )
Les Narbonnais sont allés au charbon ( N° 974 )

Il fut un temps où il fallait la force du cheval, dont on voit ici la queue et dont on devine la stature.

Cheval tirant un wagonnet chargé

Cheval tirant un wagonnet chargé

Le cheval était leur mascotte. Ils l'avaient baptisé Mezo. Et Mezo avait sa salle à manger et chambre à coucher par la même occasion.

Chambre particulière pour le cheval !

Chambre particulière pour le cheval !

Ici, le rat n'était pas un ennemi. C'est une des hypothèses du choix du rat dans l'iconographie de la ville d'Arras. Quand le rat s'asphyxiait, le danger menaçait.

Rat, éventuel annonciateur d'échappement de gaz

Rat, éventuel annonciateur d'échappement de gaz

Retour au jour pour montrer ( notamment aux écoliers ) une maquette de la mine,

le rôle du chevalet.

Le fruit des remontées, que les jeunes ne connaissent pas dans leur maison, est quelquefois enrichi de fossiles tels ceux exposés.

Notre génération a connu l'anthracite !

Notre génération a connu l'anthracite !

Fossiles de feuilles dans la roche

Fossiles de feuilles dans la roche

L'intimité du mineur était chaleureuse. Même sans eau courante, il fallait se laver et lessiver toujours.

Des petits Quinquin y connaissaient une famille aimante.

Plus souvent 2 ou 3

Plus souvent 2 ou 3

Nous remercions les guides ( nous étions partagés en plusieurs groupes ) du musée de la mine d' AUCHEL ( Pas-de-Calais ) qui ont montré la pénibilité de leur métier sans misérabilisme. Ils se sont vu décerner à juste titre " Les Bravos de l'accueil " par la Fédération Nationale des Offices du Tourisme créés par le Secrétaire d'Etat au Tourisme.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
bonjour Marie les terrils jumeaux j'y suis alle tout en haut il y a quelques mois de la haut la vue est magnifique bisous
Marcel
Répondre
A
Pour y avoir participé moi-même - et en toute objectivité - je juge ce et ces reportages de l'auteur particulièrement remarquables. Tout y est : l'écriture (comme je l
'envie), le montage en puissance et progressif des diverses photos et l'atmosphère des lieux, le tout présenté avec une maîtrise pédagogique totale. C'est un véritable roman qui est proposé ici. Bravo.
Répondre
R
même si je ne les aime pas , je dis pauvre rat :)
Q
Tu me fais beaucoup d'honneur, Alexandre.
Je n'ai guère de mérite: d'abord , le sujet me passionna. Ensuite, j'ai dû recevoir, à la naissance, des dispositions particulières de l'un ou l'autre ? hémisphère du cerveau.
J'ai enfin, bénéficié d'une formation littéraire d'une part, pédagogique d'autre part.
Alors, je me devais de transmettre dans les meilleurs termes.
PS: J'ai aussi un très bon appareil photos et un goût pour l'image et la couleur.
Alors vraiment je me régale et tant mieux si tu as apprécié. Mais je garde raison !
R
Beau reportage , très instructive cette visite
Je vois que Noël a l'air d'être serré dans la file :), c'est ce que je crains au cours des visites .
Tu n'as pas rencontré Marcel sur le chemin des jumeaux ?
Répondre
Q
Je suis aussi un peu claustrophobe ( souvenir des bombardements chez moi avec descente à la cave ), mais là, j'étais vraiment boostée par cette expérience, qu''il était temps de réaliser !!!
J'ai bien pensé à Marcel. On ne devait pas être loin de lui.
Est-ce que le rôle du rat te satisfait ? En tous cas celui-ci est du vécu.