Les Arrageoises et la mercerie ( N° 1.072 )

Publié le par Quinquine1159

Je ne me permettrais pas de le dire, mais c'est écrit quelque part et vous savez où et par qui :

" La mercerie n'a jamais marché très fort. Je dois faire face à la concurrence des 4 hypermarchés, 11 supermarchés, aux prix scélérats du mercier du marché , à l'indolence des Arrageoises, qui préfèrent la facilité du prêt-à-porter à la créativité du fait main. "

Heureusement, ce jour-là, Grégoire Delacourt est venu dans la mercerie, dédicacer son livre.

L'auteur, dans le lieu où il a situé son roman

L'auteur, dans le lieu où il a situé son roman

" Je ferme la boutique entre midi et deux. Parfois, nous allons avec Danièle, manger un croque à l'estaminet ou au café Leffe. "

Demain, la mercière nous parlera de quelques plats typiques, car, pour ce qui est du croque-monsieur, on ne peut pas vraiment lui donner ce qualificatif !

C'est ici, que la mercière et son amie font quelquefois, la pause de midi.

C'est ici, que la mercière et son amie font quelquefois, la pause de midi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Quelle galère ces grandes surface qui ont "mangé" les petites boutiques à chaleur humaine
Chacune rivalise avec des idées pour attirer la clientèle comme ici la venue de cet écrivain...
@ bientôt pour la suite ...
Répondre