A CRAONNE, ils sont morts deux fois ( N° 1116 )

Publié le par Quinquine1159

CRAONNE est un village de l'AISNE, haut-lieu de combats en 1917. Sur le Chemin des Dames, donc, une stèle en bronze y était élevée , mémorial rappelant qu'ici des hommes avaient souffert. Un sculpteur a fait sortir de la terre quelques-uns de leurs visages, les offrant au regard des pèlerins, dans un enchevêtrement de liens.

Stèle en bronze, de 4 mètres de haut et pesant 1,7 tonne

Stèle en bronze, de 4 mètres de haut et pesant 1,7 tonne

Mais le regard fut de convoitise pour quelques irrespectueux de tout. Dans la nuit, la stèle fut désolidarisée de son socle et emportée. Un véhicule de grande taille fut certainement nécessaire pour l'emmener.

Exhumés, voici ces poilus livrés une seconde fois à la mort, vraisemblablement dans le feu d'une fonderie. A moins qu'ils aient eu affaire à des amateurs d'art, car l'œuvre est expressive et belle. Ou, plus étonnant, à la passion de collectionneurs d'objets sur la guerre. Les associations d'anciens combattants s'insurgent contre le vol, contre le vandalisme et contre l'affront fait à la reconnaissance des héros anonymes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Comment des hommes peuvent-ils commettre un tel sacrilège ? Comment ces mêmes hommes n'ont-ils pas pensé un instant que, dans ces représentations, il avait peut-être celle de leur grand-père ? Comment ces mêmes hommes peuvent-ils croire un seul instant qu'ils sont des HOMMES, des vrais HOMMES ? Non, lâches jusqu'au bout des ongles, ils ne savent qu'une chose : le profit, le profit et tant pis pour les autres. Où allons-nous ? Pauvre humanité face à tant de veulerie, d'incivilités et d'égoïsme.
Répondre
Q
C'est vrai: pour un peu mon père aurait pu être là. Sûr: il en est revenu, sinon je ne serais pas là pour l'écrire. Mais tous les 11 novembre, au monument aux Morts, il pleurait sur ses camarades perdus.
M
J'ai envie de revenir, non pas sur le vol et la lâcheté des auteurs, mais sur la beauté et la symbolique de cette stèle. Elle m'émeut beaucoup: ces têtes qui essaient de sortir de leur enfermement el l'enchevêtrement impossible à démêler ! Elle s'élève, légère malgré tout, pour se dresser vers le ciel. Il y a beaucoup de doigté dans l'interprétation par l'artiste, c'est finalement très fin.
Répondre
R
Comment es-ce possible de faire un sacrilège devant un tel hommage , je ne comprendrais jamais ce monde dans lequel je ne me sens plus très bien
Je ne supporte plus l'incivilité qui gagne tous les pays
Bonne journée Marie-J et merci pour ton com sur mes pas ...
Répondre
Q
Nous sommes, mon mari et moi dans les mêmes ressentiments que toi.
M
Bonjour Marie je crois que cette œuvre était en laiton d'où le vol cela se revend cher personne na plus le respect de rien bisous
Marcel
Répondre