Un jour, au mauvais endroit ( N° 1224 )

Publié le par Quinquine1159

Ce titre d'une chanson de Calogero a résonné hier, à CAUDRY. Il reflète ce qui est arrivé à Aurélie Châtelain, Caudrésienne de 32 ans, professeur de danse et de fitness, ancienne conseillère municipale, maman d'une petite fille. Ce jour là, elle avait quitté sa ville et rejoint Villejuif, pour son travail. C'était le mauvais endroit, là où son tueur l'a exécutée.

La tulipe violette était sa fleur préférée et ses amis lui en ont offert une, en hommage.

La fleur aimée d'Aurélie: la tulipe

La fleur aimée d'Aurélie: la tulipe

Les obsèques religieuses d'Aurélie auront lieu ce mercredi à 14 heures 30, à la basilique Ste Maxellende de Caudry.

Mais hier dimanche 26 avril 2015, trois mille personnes, toutes générations confondues, ont défilé dans sa ville, pour manifester leur émotion. Même ceux qui ne la connaissaient pas ont voulu montrer, d'une part, leur soutien à la famille et, d'autre part, leur effroi devant le caractère aléatoire de la VIE.

Marche blanche pour la Caudrésienne, que son destin attendait à Villejuif.

Marche blanche pour la Caudrésienne, que son destin attendait à Villejuif.

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Je suis révoltée par ce drame et très peinée
Mes pensées vont vers cette petite à qui on a enlevé la Maman, c'est vraiment pas juste la vie
Je suis désolée, mais une chose pareille est impardonnable mais qu'ont-il donc à la place du coeur ces gens-là,
Mes sincères condoléances à la famille d'Aurélie
Répondre
G
La vie est un risque permanent; c'est vrai. Mais elle revêt, aussi, quelquefois, un aspect "dégueulasse", si je peux me permettre cette expression. Témoin gênant malgré elle d'un acte gravissime, elle a permis de sauver des dizaines de personnes. On ne le lui rendra jamais assez.
Répondre
Q
Tu sembles écoeuré, Garsdusud. La joie de vivre a, il est vrai, été coupée net cette fois.

On ne saura jamais combien de personnes ont échappé à un désastre, à la mort et pis encore à des douleurs sans fin. Merci Aurélie !
M
Bonjour Marie quel Malheur de voir cela pauvre fille pauvres parents bisous
Marcel
Répondre
Q
Et tu sais qu'elle avait une petite fille. Voilà celle-ci sans maman et sûrement que les grands-parents seront à contribution. On ne sait jamais ce qui peut arriver.