Le charbon en toile de fond ( N° 1253 )

Publié le par Quinquine1159

Un roman pour le temps de vacances, car il est touffu . " Les noces de charbon " ont pour auteur Sophie Chauveau . Le titre a fait un clin d'œil à une Nordiste.

La romancière, pour un genre de roman qui n'est pas son habitude

La romancière, pour un genre de roman qui n'est pas son habitude

Deux familles, l'une du côté Simenon, l'autre du côté Proust, selon l'auteur. Il y a lieu de toujours se référer à l'arbre généalogique inclus dans le livre. Car, dans la famille ouvrière on a 11 enfants et, dans la famille bourgeoise il y en a 5, plus un couple illégitime avec une enfant adultérine. Dans une collection livre de poche, cela fait, avec les descendants , beaucoup de personnages. C' est donc une saga, qui aurait mérité la parution en plusieurs tomes. De plus, l'histoire des générations entraîne nécessairement l'évocation de l'histoire de France avec ses nombreux évènements, ce de 1900 à 1968. Et l'auteur jongle ne cessant de faire des parallèles entre les deux familles, qui d'ailleurs se rejoindront à la fin.

La couverture, dans la collection Folio

La couverture, dans la collection Folio

Un pavé ! Forcément : on est dans le Nord (sic) . Noir ! Forcément il est question de charbon . Le charbon, ils en vivent tous, les uns au fond de la fosse et à peine de quoi vivre, les autres à la Société des Houillères et largement de quoi vivre dans le luxe.

Beaucoup de haine entre ces représentants de classes sociales opposées. Beaucoup d'insouciance, de cruauté, même vis à vis de leurs enfants, chez les "riches". Bien du mépris pour leur origine, chez les "pauvres". Des traits grossis jusqu'à l'exagération, écrits avec un foisonnement de mots à outrance.

Sophie Chauveau, engagée en politique, a vraisemblablement un compte à régler avec ses ancêtres. Elle dit " avoir voulu mettre à jour l'histoire de sa famille ". Une thérapie sans doute.

La couverture , chez Gallimard

La couverture , chez Gallimard

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Si je peux me permettre , l'auteur traite un des aspects d'une réalité sociologique qui passe bien dans ce monde avide de sensation , mais je suppose qu'elle a dû arranger le réel à une fiction pour amadouer le lecteur , mais je n'en ai que simplement lu des extraits et surtout ce genre de livre est vendeur car dans la réalité un pauvre du fond qui épouse la société qui n'est pas la sienne , ça aide à noircir les pages
Mais je ne doute pas que ce livre aura du succès
Vas-tu le lire Marie-J ?
comme toi j'aime me nourrir de ce qui se passe dans ma région , et d'ailleurs le dernier livre que j'ai lu est d'un auteur originaire de par chez moi ( hihi) mais pas que..........
Répondre
Q
Je viens de terminer sa lecture. Comme j'ai dit, il faut le temps et s'accrocher, ne pas trop le laisser en attente, sinon on oublie qui est qui, (sauf la grand-mère bien sûr !); en vacances c'était possible, mais ouf ! La fin du livre devient un réquisitoire politique, l'auteur est engagée, (d'après mes recherches sur Google). Cette dame connaît bien les lieux et les milieux avec leur mentalité , c'est maintenant de l'histoire ancienne forcément.