Communauté ici, Confrérie là-bas ( N° 1344 )

Publié le par Quinquine1159

Club ( plus restreint ), association ( plus officielle ), communauté ( plus intéressée ), confrérie ( plus religieuse ), les Ch'tis se reconnaissent dans les 3 premières définitions de groupes. Pourquoi en évoquer une 4ème ?

Le hasard a voulu que la Mamie de Quinquine se trouve, ce dimanche des Rameaux, à Valence ( Drôme ). A la recherche de croissants, elle voit une étiquette de biscuits qui l'intrigue: les suisses de Valence. Elle leur trouve une certaine ressemblance avec les coquilles de Noël dans le Nord.

Curieuse, elle se demande pourquoi des suisses à Valence.

Curieuse, elle se demande pourquoi des suisses à Valence.

Sauf que les coquilles n'ont pas de jambes apparentes, puisque l'enfant Jésus est emmailloté.

Sauf que les coquilles n'ont pas de jambes apparentes, puisque l'enfant Jésus est emmailloté.

A la Messe des Rameaux en la cathédrale de Valence, Mamie assiste à une cérémonie inédite, dont elle ne comprend pas la signification. Un groupe d'hommes et femmes, précédé d'une bannière, entre en procession.

La bannière d'une confrérie évoquerait-elle les biscuits ?

La bannière d'une confrérie évoquerait-elle les biscuits ?

Les confrères et consoeurs portent un joli costume : celui de gardes suisses, qu'abstraction faite des couleurs, on peut encore aujourd'hui voir à Rome, au Vatican .

Costumes confectionnés localement
Costumes confectionnés localement

Costumes confectionnés localement

Pendant l'office, détails
Pendant l'office, détails

Pendant l'office, détails

Comme des Ch'tis à Narbonne, y-a-il des Suisses à Valence ?

Ils ont amené avec eux des panières pleines et un très beau et gros biscuit , qu'ils demandent au prêtre de bénir.

Le prêtre bénit les biscuits.

Le prêtre bénit les biscuits.

Ces femmes et hommes qui emportent leur "pain béni ", seraient-ils pâtissiers plutôt que Suisses ?

Sans jeu de mots, on vous le dit : du pain béni.
Sans jeu de mots, on vous le dit : du pain béni.

Sans jeu de mots, on vous le dit : du pain béni.

De chance en bonne surprise, la sortie d'église ravit les Valentinois et la Mamie, qui emporta un "suisse" pour Quinquine.

Pâte sablée, parfumée à l'écorce d'oranges confites et à la fleur d'oranger.
Pâte sablée, parfumée à l'écorce d'oranges confites et à la fleur d'oranger.

Pâte sablée, parfumée à l'écorce d'oranges confites et à la fleur d'oranger.

Il faut y avoir goûté pour écrire cela !! Restent à savoir pourquoi la tradition, pourquoi la confrérie, pourquoi le costume, pourquoi le nom.

Comme dit un proverbe : "L'ancien ne voulait jamais mourir, car il en apprenait chaque jour." Pour la recherche, vive l'Internet:

Le biscuit existe depuis 2 siècles et demi.

Historique : Le pape Pie VI, fait prisonnier par Napoléon 1er, acheva son exil à Valence, où il mourut en 1799. Des gardes suisses y furent envoyés pendant deux ans, pour surveiller les reliques du Pape. C'est en souvenir, qu'un pâtissier de la ville eut l'idée de confectionner cette spécialité, censée représenter un garde. Une confrérie fut créée, dont les membres porteraient le costume des gardes.

Et voici , pour les plus gourmands et les plus habiles, en copié-collé, la recette des suisses de Valence.

Pour 1 Suisse

Ingrédients 520 g de farine (T45) 150 g de beurre ramolli 160 g de sucre 2 oeufs (cela comprend l'oeuf pour la dorure) 4 g de bicarbonate 50 g d'écorces d'oranges confites 20 g de rhum brun 40 g d'eau de fleur d'oranger 1 c. à café de miel 2 grains de café ou 2 billes de chocolat

Couper en petits dés les écorces d'oranges confites. Battre les oeufs dans un récipent. Dans un récipient ou le bol d'un robot, crémer le beurre, le sucre, le bicarbonate et l'écorce d'orange confite. Ajouter 60 g d'oeuf battu et bien mélanger. Puis ajouter le rhum et la fleur d'oranger. Incorporer la farine (à l'aide de la feuille si vous utilisez un robot). Inutile de pétrir la pâte, il faut juste que la pâte soit homogène. Filmer la pâte et la laisser reposer au moins 30 minutes au frais. Préchauffer le four à 190°C - 180°C.

Garder un morceau de pâte afin de faire les décorations du suisse. Façonner le pâton en forme de fuseau un peu ventru.

le pâton ventru

le pâton ventru

~~, puis étaler la pâte au rouleau sur une épaisseur d'environ 3 cm. Vous devez avoir une pâte de forme ovale. A l'aide d'un couteau entailler 4 triangles au niveau de la tête et des épaules. Puis découper l'entre-jambe, et entailler des encoches pour les bras de chaque côté. Ecarter les bras et les jambes et arrondir la tête. Mélanger le miel avec le reste de l'oeuf battu, et dorer le suisse. Cela permettra de coller les éléments de décoration. Déposer le suisse sur une feuille de papier cuisson.

Le corps se dessine.
Le corps se dessine.

Le corps se dessine.

~~Etaler de la pâte sur une épaisseur de 3 mm, et découper un demi-cercle pour le chapeau. Faire 2 boules pour le nez et le menton, et un boudin fin pour les moustaches. Utiliser les grains de café ou les boules de chocolat pour faire les yeux.

pour le chapeau
pour le chapeau

pour le chapeau

~~ Etaler de nouveau de la pâte et découper des bandes, et boutons. Décorer votre suisse. Dorer votre suisse une seconde fois intégralement, et enfourner pour 30 minutes.

Bandes et boutons
Bandes et boutons

Bandes et boutons

Laisser refroidir sur une grille. Il peut se conserver dans une boîte en métal quelques semaines.

Merci à "macaronnette" pour ses explications très pédagogiques.

Merci à "macaronnette" pour ses explications très pédagogiques.

Publié dans Région

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Au petit-déjeuner, ça fait envie. Incroyable histoire des reliques du pape...
Répondre
G
Bravo pour l'article, les commentaires et les photos. Je connais un peu cette ville de dromadaires - que les habitants me pardonnent -, mais j'avoue ignorer cette tradition. Ces Suisses, à ne pas confondre avec les petits suisses, délicieux par ailleurs, donnent envie de les MANGER. Mais, dans les photos il me semble avoir vu un prêtre avec une calotte. Serait-ce l'évêque ? En tout cas, ce fût certainement une belle messe à laquelle la maman de Quinquine a participé. Quant à la recette, je vais demander à ma femme de la faire afin de gouter à ces bonnes choses.
Répondre
Q
Tu as bien vu sur les photos: la messe était célébrée par l'évêque. Il semble que pour les Valentinois, ce soit une grande fête.
Je crois que les habitants ont déjà entendu ta blague; ce n'est pas une injure, juste un jeu de mots, que l'on pardonne volontiers si on a de l'humour.
Pour moi, ce serait un gros travail que de confectionner ce biscuit, surtout avec les détails. Tu aurais une femme bonne pâtissière ?
P
génial cet article .... et tes légendes sont humoristiques, j'adore .... mes voisins suisses se sont invités à la messe des rameaux avec leur bannière.... incroyable mais .... adorable
hihihi
à plus et bonne soirée
Répondre
Q
Je t'avais dit que je me rapprocherai de toi le week-end dernier.
Mais ce ne sont pas des Suisses que j'ai vus à Valence. Ce sont des Valentinois pâtissiers habillés en Suisse, en souvenir du passé avec les gardes suisses du Vatican qui gardèrent le pape mort à Valence.
M
Bonjour Marie
tu a raison ces suisses de valence ont une ressemblance avec nos coquilles de Noël mais sont elles aussi bonnes ? hihi bisous
Marcel
Répondre
Q
Honnêtement (et pas chauvine !!!), meilleurs ! Mais ce n'est pas du tout pareil en texture, ce n'est pas de la brioche, c'est plutôt un gros sablé. J'ai aimé son parfum d'oranger.
R
Ils ont l'air bons :)
Joyeuses fêtes @ vous deux
Répondre
Q
Maintenant que tu as la recette, toi la bonne pâtissière, tu peux l'essayer, même si tu ne mets pas tous les décors. A moins que tu n'aimes pas le parfum de la fleur d'oranger. C'est super bon.