L'abbaye qui abrite l'expo du Ch'ti L'Mathieu ( N° 1407 )

Publié le par Quinquine1159

La visite de l'exposition de peintures de Mathieu Lempereur (N° 1406) a permis à Quinquine de voir l'abbaye bénédictine de Saint-Hilaire ( Aude). D'abord, c'est le cloître qui séduit.

L'abbaye qui abrite l'expo du Ch'ti L'Mathieu ( N° 1407 )

Les piliers supportant les arcades présentent des chapiteaux souvent abimés par le temps En voici trois néanmoins assez lisibles.

Ces têtes et ces feuilles ne sont pas trop attaquées.
Ces têtes et ces feuilles ne sont pas trop attaquées.
Ces têtes et ces feuilles ne sont pas trop attaquées.

Ces têtes et ces feuilles ne sont pas trop attaquées.

Les fresques, elles aussi, sont effacées. Mais voici un ange qui a résisté pour nous offrir, outre son calice, ses douces couleurs pastel.

Délicate fresque murale dans la cour

Délicate fresque murale dans la cour

Sur le sol, on foule vraisemblablement des tombes.

L'abbaye qui abrite l'expo du Ch'ti L'Mathieu ( N° 1407 )
L'abbaye qui abrite l'expo du Ch'ti L'Mathieu ( N° 1407 )

Sur un muret entre deux colonnes, la trace d'un échiquier est restée. C'est une curiosité. Pas interdit à des moines de se récréer un peu, à moins que cela ne servit à compter. Les cases n'y sont pas peintes, mais creusées.

Il faut lire l'échiquier en plan horizontal.

Il faut lire l'échiquier en plan horizontal.

A l'entrée de la chapelle de l'abbaye de Saint Hilaire, le bénitier est en marbre rose des Pyrénées Orientales.

L'abbaye qui abrite l'expo du Ch'ti L'Mathieu ( N° 1407 )

Le joyau de la chapelle est un sarcophage, dédié à Saint Sernin, œuvre du Maître de Cabestany au XIIème siècle.

Trop étroit, ceci n'était en fait, vraisemblablement, qu'un maître-autel retraçant la vie de Saint Sernin.

Trop étroit, ceci n'était en fait, vraisemblablement, qu'un maître-autel retraçant la vie de Saint Sernin.

Des détails montrent saint Sernin , attaché à la patte arrière d'un taureau aiguillonné par un bourreau et excité par deux chiens. Le saint reste serein.

L'abbaye qui abrite l'expo du Ch'ti L'Mathieu ( N° 1407 )

Des fouilles ont aussi permis de voir des fragments .

L'abbaye qui abrite l'expo du Ch'ti L'Mathieu ( N° 1407 )
L'abbaye qui abrite l'expo du Ch'ti L'Mathieu ( N° 1407 )

Passant au côté profane du lieu, on peut imaginer la vie quotidienne des Bénédictins.

L'abbaye qui abrite l'expo du Ch'ti L'Mathieu ( N° 1407 )

La salle à manger du logis ayant été restaurée, les murs et le plafond s'y révèlent œuvres d'art.

Entrons et levons la tête.
Entrons et levons la tête.

Entrons et levons la tête.

L'abbaye qui abrite l'expo du Ch'ti L'Mathieu ( N° 1407 )
L'abbaye qui abrite l'expo du Ch'ti L'Mathieu ( N° 1407 )
L'abbaye qui abrite l'expo du Ch'ti L'Mathieu ( N° 1407 )

Il est reconnu que c'est dans cette abbaye, qu'un moine découvrit un breuvage pétillant appelé Blanquette de LIMOUX ( ville proche et plus grosse que Saint Hilaire ). La méthode sera calquée pour donner ensuite le champagne. Mais demandez à un Audois ce qu'il boit ... Tiens ! un visiteur de la cave, autrefois entrepôt, restera sur sa soif.

Pour le souvenir
Pour le souvenir

Pour le souvenir

Forte de ses découvertes, Quinquine avait presque oublié, en reprenant la route, qu'elle était arrivée ici par la grâce d'un peintre. Et rencontrant un paysage coloré, elle repensa peinture et se serait bien prise pour Monet .

Il est plus aisé de photographier les coquelicots que de les peindre.
Il est plus aisé de photographier les coquelicots que de les peindre.

Il est plus aisé de photographier les coquelicots que de les peindre.

Publié dans Région

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
J'admire beaucoup plus la très belle photo sur les coquelicots. La splendeur du champ me laisse pantois, d'autant plus que c'est une fleur que j'aimerais tellement cueillir et pouvoir garder ; je me le répète chaque printemps et me dis qu'une fois, à titre d'essai, j'en passerai plusieurs à la laque à cheveux avant de les cueillir. de beaux plafonds dans cette abbaye qui ne vaut pas, à mes yeux, ni en taille, ni en richesse, d'autres abbayes en France et à l'étranger que j'ai pu visiter. En particulier, il y a plusieurs années l'abbaye d'Heiligenkreuz près de Vienne en Autriche. A voir.
Répondre
Q
On n'a que l'embarras du choix en France, au niveau des abbayes. Près de Narbonne, on a Fontfroide et Lagrasse. Dans les P-O. il y en a beaucoup que je n'ai pas encore visitées. On a la preuve des racines chrétiennes de notre pays, ce qu'on voudrait maintenant démentir.
Tu as eu la chance d'aller en Autriche. J'ignore si le pays est très religieux.
Ah les coquelicots ! Ils colorent nos champs de blé et nos prairies. Mais dans celles-ci, il ne faut pas que les mauvaises herbes les masquent et je viens d'en faire l'expérience visuelle.
Bises
M
Bonjour Marie
c'était un endroit ou le silence régnait c'était vraiment particulier de vivre toute une vie dans un tel endroit mais c'est le choix de ceux qui veulent être en communion chaque jour avec Dieu
bonne journée bisous
Marcel
Répondre
Q
Beau commentaire, Marcel, où je sens le respect pour le choix de ces hommes, et l'admiration aussi pour leur vie sévère.
C'est vrai que nous, avec nos occupations, nous sommes bien loin de penser à Dieu. Moi, le soir en m'endormant, j'y pense.
Merci de tes fidèles passages sur mon blog.
R
Bravo l'instit
Ton billet est rondement mené
De nombreux détails peaufinent cette visite
Et que dire de ce champ de coqulicots
J'adore
Bonne soirée Marie-J
PS: Noël a arrêté le temps , il n'a pas changé depuis Gandia
Répondre
Q
Je vais avoir des complexes face à Noël...
Ce lieu t'a inspirée, je sais que tu aimes te recueillir dans de tels endroits. J'ai bien étudié le guide de visite, mais j'ai retenu seulement les belles œuvres ou les notes originales, difficiles à trouver pourtant, car il y a beaucoup de ressemblances à toutes les abbayes. La région en recèle.