Ni évangéliste, ni empereur, Mathieu LEMPEREUR ( N° 1406 )

Publié le par Quinquine1159

Mathieu LEMPEREUR, dit L'Mathieu, laissons la presse ( Midi Libre) vous en parler :

Toute une vie consacrée à la peinture. Un clin d'oeil à "La Pie qui chante" !

Toute une vie consacrée à la peinture. Un clin d'oeil à "La Pie qui chante" !

Invitée, comme tous les Ch'tis du Club du P'tit Quinquin, à visiter son expo du moment, Quinquine est allée à SAINT-HILAIRE ( Aude ), dans l'abbaye bénédictine. Les tableaux du peintre se voient dans le réfectoire des moines.

Salle habituelle de l'abbaye offrant des expositions

Salle habituelle de l'abbaye offrant des expositions

Les regardant volontairement en béotienne, Quinquine a vu ce que le seul titre du tableau n'a pas pu refléter de la version de l'artiste. Que Mathieu pardonne son interprétation, mais c'est ainsi: chacun comprend ce qu'il peut et voit ce qu'il veut.

Il en est ainsi de cette " Fête des pères ". Tableau que la visiteuse aime et qui lui fait penser à Dali, pour son évocation onirique.

On ne cherchera pas l'année où la fête des pères a suscité ces images.

On ne cherchera pas l'année où la fête des pères a suscité ces images.

Sous la voûte centrale, est bien mis en valeur, un tableau auquel l'auteur a donné le nom de " Témoignage historique ". Certes les colonnes rappellent celles du cloître des Bénédictins de l'abbaye, les sculptures évoquent celles des cariatides, les vases ressemblent aux vases romains; l'ensemble est digne d'une demeure princière. L'observatrice y trouve la même veine que dans le précédent tableau.

Parc d'une demeure rêvée !

Parc d'une demeure rêvée !

Photographe, Quinquine ne donne ici que quelques œuvres, ses préférées, les plus simples, tel ce pot bleu, dont malheureusement le flash déforme les nuances. De ce tableau, elle aime le sujet d'abord: fleurs, fruits, objets. Et aussi les couleurs, celle du fond, la touche de rouge des coquelicots, l'étincelle bleue des ? , la modestie des petites fleurs blanches.

Fraîcheur, pour ce tableau

Fraîcheur, pour ce tableau

Elle aime aussi l'enfant blond qui manque à l'artiste. Elle imagine pourquoi, il lui manque. Les boucles d'or, la pose des gambettes sur le plaid, la mise en scène de l'attache du chemisier, la tendreté rose de la peau sont- ils un souvenir trop lointain, ou trop éloigné, pour Mathieu ? L'encadrement est noir; l'enfant est-il décédé et les fleurs ont-elles été déposées sur la tombe que représenterait le rectangle de marbre vert en bas à gauche ? L'hommage tient-il dans les frises latérales et dans la frise d' algorythmes qu'aurait bien pu dessiner un petit garçon ?

Sous-titré: "Il me manque"

Sous-titré: "Il me manque"

Mais le préféré, le premier qui s'est imposé au regard, qui s'est détaché dans le grand nombre de peintures exposées, c'est incontestablement ce clin d'œil malicieux, malice du couple de voyeurs, malice du jeu de cache-cache, malice de celui qui a pensé à saisir le moment en instantané photographique et à l'enfermer dans plusieurs cadres.

Nommé "Derrière les volets"

Nommé "Derrière les volets"

Les Néo-Audois, exilés des Hauts de France, ont découvert l'Mathieu ,lorsqu'il fut baptisé dans le Club de Ch'tis du Narbonnais. Ce jour-là, il était de l'autre côté du miroir.

Il était dans le miroir de Quinquine, avec son chien.

Il était dans le miroir de Quinquine, avec son chien.

Comme tout grand artiste, il a fait son auto- portrait et comme il ne manque, ni d'humour, ni de culture, il ne se prend pas au sérieux, tellement peu qu'il ne sait pas s'il est Louis XIV, dont il a le pommeau et les volants, ou Henri IV, dont il envie la fraise, ou Louis XIII, dont il prend la pose avec cuirasse et perruque. Tellement ressemblant qu'il est bien trois personnages à la fois, l'Mathieu. Et Quinquine a bien ri.

Auto-portarit de Mathieu Lempereur

Auto-portarit de Mathieu Lempereur

Pour accrocher ses œuvres aux cimaises , l'auteur a choisi un cadre à la hauteur de son talent: une abbaye monument historique.

Dans l'ancien réfectoire, en ce mois de mai 2016, tous les sens revivent : le bon goût du passé, l'odeur de la peinture, le toucher des pinceaux, l'écoute religieuse du silence, la vue, qu'en quittant l'endroit, on a sur la nature.

Vue sur le jardin, depuis l'intérieur du réfectoire des moines, salle d'expédition.

Vue sur le jardin, depuis l'intérieur du réfectoire des moines, salle d'expédition.

L'enfant d'HENIN-LIETARD, celui que l'ALGERIE a marqué, le TOULOUSAIN d'adoption, ami de Claude Nougaro, a bien fait de se poser dans les CORBIERES. Les Quinquin l'ont adopté et lui, il n'a pas oublié qu'il est né au pays de Matisse et de Watteau . Claude Nougaro ne s' était pas trompé en le prédisant voué à la célébrité et avait, d'un seul trait, restitué le visage, désormais familier, de Mathieu LEMPEREUR.

L'Mathieu vu par Claude Nougaro

L'Mathieu vu par Claude Nougaro

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Un petit coucou des Mouxois, qui vous remercient de votre "photo-reportage" sur l'exposition de Saint-Hilaire. Nous l'avons utilisé auprès de nos amis et il a été également repris par les responsables de l'abbaye. Donc un vrai succès !
A bientôt pour de nouvelles rencontres chez les Ch'tis.
Amicalement et artistiquement.
Répondre
Q
Bonjour à vous 2. C'est bon de lire votre commentaire sur l'article de mon blog. Merci.
J'ai pris beaucoup de plaisir à voir votre exposition et à la revivre en photos et textes.
Vous apportez quelque chose de nouveau à l'association. J'espère que beaucoup le comprendront.
Comme dans tous les groupes, il y a des intérêts divers. Je considère comme une chance, mon intérêt pour l'art.
Il y a en ce moment, à Narbonne, une expo " Madone Emoi ", que je vous recommande si vous veniez en ville.
La chapelle des Pénitents bleus est, comme l'Abbaye de Saint Hilaire, un lieu particulièrement favorable à montrer des tableaux.
A une prochaine rencontre !
R
Si je devais en choisir un

L'intitulé" Fêtes des Pères"

Mais j'aime aussi
"Derrière les volets"
@Bientôt Marie-J
Répondre
Q
Joie de te relire. Comme toujours tu as bien observé les tableaux et apprécié les plus beaux ( selon moi aussi ).
G
Je trouve "assez marrant" la représentation de l'artiste dans son auto- portrait; C'est vrai, il tient - un peu- des portraits des 3 rois cités. Je pencherai plus, cependant, pour celui de Louis XIV. Avez-vous un nouveau soleil au firmament des ch'tis ? Quel éclairage alors pour cette association qui semble tenir la route.
Répondre
Q
Très drôle aussi ton commentaire ! Oui, l'artiste est plutôt ressemblant à Louis XIV dans son auto-portrait. Je ne le connais pas assez pour savoir s'il brillera parmi nous.
M
Bonjour Marie
tous ces tableaux sont plus jolis les uns que les autres merci du partage bisous
Marcel
Répondre
Q
J'ai mis ici ceux que je préférais, il y en avait beaucoup et dans des genres différents.
BIses