D'AMIENS, on connaissait la cathédrale. Et voilà une rue de la ville qui passe à la télé ( N° 1454)

Publié le par Quinquine1159

Mercredi passé, la chaîne M6 a démarré une série de documentaires-réalité intitulée "Rue des Allocs".

Au générique

Au générique

"La rue des Allocs" se situe à AMIENS, dans le quartier Saint-Leu, quartier proche de la cathédrale et traversé par les canaux de la SOMME.

Le long du canal à Amiens

Le long du canal à Amiens

A AMIENS, 19°/° de la population est au chômage. Dans le quartier de logements sociaux de Saint Leu, 40°/° est au chômage. Telle Marie-Jo, en situation de précarité, seule avec 5 enfants, veuve depuis l'assassinat de son mari. La majorité des habitants a ici moins de 1000 euros mensuels.

Le documentaire télévisé a fait pendant 6 mois, une immersion dans le quotidien des familles vivant des allocations, ou de petits boulots et fréquentant régulièrement les Restaurants du coeur.

Argent d'allocations

Argent d'allocations

Distribution de repas

Distribution de repas

Récupération et revente de vieux métaux

Récupération et revente de vieux métaux

L'oisiveté étant, c'est connu, mère de vices, les hommes, surtout, passent le temps, festoient ou tombent dans la consommation excessive de bières, la dépression, la violence.

Image du téléfilm

Image du téléfilm

Evidemment cette émission n'a pas fait le bonheur des Amiénois , de la Municipalité et même de Français. Sur les réseaux sociaux, les critiques sont tombées. Je cite : voyeurisme, racolage, mauvais goût, racisme, exploitation de la misère sociale à des fins commerciales, manque de pudeur, recherche d'audimat... Une pétition est en ligne et un hashtag a été créé : AmiensEnVrai. Les esprits s'échauffent. Avant sa parution, une émission ne pouvait être suspendue, comme il avait été demandé, sous peine de censure.

La ville d'AMIENS, qui a déjà manqué le titre de Capitale Régionale, est bien pénalisée.

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Je dirais que c'est "dégueulasse" de faire un reportage sur cette rue, et plus généralement sur des sujets de cet ordre.Je suis contre cet assistanat actuel dont ne profitent pas toujours ceux qui en ont réellement besoin. Mais je suis totalement opposé à ce genre de reportage inquisitorial. J'aimerais bien connaître la ou le journaliste à la base et savoir si elle ou il aimerait que l'on aille voir dans sa vie, découvrir ses secrets cachés. Télé qui, par une curiosité malsaine, va dans ce qui est le bas chez les individus. il y a des services officiels pour mettre bon ordre; la Télé n'en n'est pas un. Qu'elle cherche à nous distraire - ce qu'elle n'arrive pas à faire - serait déjà bien.
Répondre
Q
Absolument d'accord avec tes réflexions. C'est du "voyeurisme" . Bien sûr je ne regarde pas, la télé est de moins en moins intéressante, beaucoup le disent. Les actualités nous suffisent bien, inutile d'en rajouter.
Quant aux pauvres gens filmés, ils ont dû être rémunérés et c'est surtout cela qu'ils ont vu. Mais d'avoir la parole leur a peut-être fait plaisir aussi.
R
Les médias ne montrent jamais ce qui va , ce qui ne va pas c'est vendeur
Lorsque j'étais enfant, mes parents n'étaient vraiment pas riches du tout et bien mon père ne buvait PAS car gaspiller l'argent "en liquide" il n'avait vraiment pas envie de sombrer dans la déprime facile,
il faisait du jardin pour nous donner à manger et on mangeait bio; alors quand on veut on peut à mon avis , et pendant des années, en tant que réfugiés politiques, tu sais koi, ce n'était pas comme maintenant, ils ne percevaient pas les allocs donc moi, je sais ce que sait les fins de mois difficiles mais nous nous ne traînions pas les rues, nous apprenions nos leçons bien sagement à la maison, et je suis fière de l'éducation que j'ai reçue et surtout sans argent mais tellement d'amour ça fait grandir .....
Voilà Marie-J , je te souhaite une agréable soirée
Répondre
Q
Oui, on en a un peu marre de cet assistanat, qu'on prend dans nos poches. Autrefois, on savait à qui donner, à qui le méritait. Maintenant c'est systématique. Le jardinage est un bon exemple de résistance. Les "Jardins Ouvriers" étaient déjà beaux à voir et une bonne activité en plein air et plein de bonnes ressources bio. L'oisiveté est mère de tous les vices.
Je devine ton enfance et tu as toutes raisons d'en être fière.