Willy1er ( N° 1476 )

Publié le par Quinquine1159

Quatre jeunes réalisateurs de cinéma ont repéré Daniel Vannet lors de courts-métrages. Ils le convainquent alors de jouer dans un film. Et le tournage n'a pas toujours été facile. Pour que Daniel ne stresse pas avec les dialogues, ils les traduisaient sous forme de dessins et de rébus.

Les réalisateurs de leur 1er long-métrage

Les réalisateurs de leur 1er long-métrage

 

                              Willy 1er n’est pas un film comme les autres, mais un « pur joyau d’humanité », comme l’écrit 20Minutes, sur l’affiche.

 

L'affiche du film

L'affiche du film

La preuve par trois que c’est vrai.

1/L’histoire du film, est intimement liée à celle de son comédien principal, un quinquagénaire qui ne savait ni lire, ni écrire il y a encore quelques années, et il sort résolument de l’ordinaire.

2/ Il s’agit d’un road-movie d’une rare modestie (quelques kilomètres parcourus d’un village à l’autre tout au plus). Une tragi-comédie sur fond de misère psychologique et sociale, mais traitée avec une verve humoristique détonante et un optimisme revigorant.

3 /  Les jeunes réalisateurs ont décidé de dédoubler le rôle. Daniel est à la fois Willy et son jumeau Michel. 

Willy et son jumeau dans le film

Willy et son jumeau dans le film

Qu'en pense Daniel ?

" C'est vrai que je prends beaucoup de place dans le film ! "

 Et les réalisateurs ?

" On est allé le voir là-bas, on a rencontré ses voisins, ses proches. Il y a dans le parcours de Daniel une certaine résonance avec nous. A presque 50 ans, Daniel vivait toujours chez ses parents, et ce n’est qu’après plusieurs drames familiaux et un énième rappel à l’ordre médical, qu’il a décidé de tout envoyer valser. En fait, il a fait, à 50 ans, ce qu’on fait tous généralement entre 15 et 20 ans : il s’est rebellé. Pour la première fois, il a dit non, il a dit merde. "

 

En costume, ce n'est pas un petit changement.

En costume, ce n'est pas un petit changement.

Willy1er a été sélectionné à Cannes, primé à Deauville et est maintenant en compétition au festival du film français de Los-Angeles pour avril 2017. 

Le film est une fiction, mais directement inspirée de la personnalité de Daniel, au point d'utiliser ses propres mots. On y montre qu'il n'est jamais trop tard pour prendre sa vie en main, quand on a du courage et, comme il dit, " un trèfle à 4 feuilles ", à savoir sa prof de français.

Maintenant Daniel Vannet va reprendre des cours à l'association Mots et merveilles. Car il n'est pas encore très à l'aise avec la lecture. Quant à l'éventualité de tourner un autre film, il réfléchit...

Il avait dit " Ma moto, j'aurai ". Et il a sa moto.

Il avait dit " Ma moto, j'aurai ". Et il a sa moto.

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Un reportage qui fait honneur à ces jeunes
J'espère que vous allez bien , un voyage en fin d'année pour vous ?
Bonne soirée
Répondre
Q
Ces jeunes ont compris la beauté de ce héros malgré lui.