Guéguerre électorale dans deux villes de la Côte d'Opale ( N° 1595 )

Publié le par Quinquine1159

Tiphaine Auzière est la belle-fille du candidat à l'élection présidentielle Emmanuel Macron. Avocate au barreau de Boulogne sur mer , elle est la plus jeune des enfants de son épouse. Soutien de son beau-père, ses terrains de campagne privilégiés sont les villes de la Côte d'Opale

Tiphaine Auzière

Tiphaine Auzière

A Berck sur mer, des agents assermentés (agents de surveillance de la voie publique, ASVP) ont surpris deux colleurs d’affiches, en train de vandaliser des affiches électorales à proximité du collège. Il s’agit de militants d’ En Marche  ! 

 La belle-fille du candidat, a présenté ses excuses au maire de Berck. Elle a rappelé à l’ordre ses deux militants. «  Nos affiches sont régulièrement endommagées ou décollées et nos deux militants ont eu une réaction disproportionnée. Je leur ai rappelé le code électoral  », indique la responsable d’ En Marche ! Opale Montreuillois.

 

 

 

Tags sur panneaux électoraux

Tags sur panneaux électoraux

Les Républicains, assurent qu’ils vont aussi déposer une main courante. «  La dégradation des panneaux électoraux est inadmissible (...), toute personne qui sera prise en flagrant délit sera systématiquement poursuivie  », indique le député-maire de Le Touquet.

Tiphaine Auzière souhaite que des investigations soient aussi menées sur les dégradations dont sont la cible les affiches d’Emmanuel Macron, en particulier au Touquet.

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Ce genre de (basse) manœuvre a toujours existé. Et c'est regrettable, même si on voit, ici ou là, apparaître des « talents de dessinateur ». A qui faire des moustaches ou une barbe ? Sur quelle affiche écrire des propositions ordurières ? En fait, les affiches électorales servaient – et servent toujours – de défouloir, même si il y a internet maintenant. Cela me rappelle la liberté qui existait au temps de la monarchie où, le jour du carnaval, on pouvait tout se permettre, comme injurier le roi. Ou bien, le fou du roi. Chaque roi de France avait son fou qui pouvait le tutoyer, lui dire – sans risques majeurs, mais jusqu'à un certain point seulement – les pires grossièretés. Le plus célèbre, bien décrit dans le roman « Les quarante-cinq » d'Alexandre Dumas, fut Chicot, de son vrai nom Jean-Antoine d'Anglerais, fou de Henri III puis de Henri IV. Mis n'est pas Chicot qui veut. Bien le reportage fait dans cette page.
Répondre
Q
Tu fais des commentaires remarquables qui prouvent tes connaissances historiques, que tu sers fort à propos. Merci, merci ! Je ne connaissais pas Chicot.
L'amusant dans mon article est double : d'abord c'est la famille du candidat qui se fait prendre en défaut et ensuite c'est le fait qu'elle s'excuse !