Amiens qui rit, Lens qui pleure. ( N° 1607 )

Publié le par Quinquine1159

Décidément tout réussit actuellement à AMIENS. Après la paternité d'un Président de la république, voici que le football les mène en haut. D'aucuns pensent qu'avoir envoyé avant le match de vendredi soir, à Emmanuel Macron, un maillot dédicacé de leur club, leur a porté chance ! C'est la première fois qu'une équipe picarde monte en 1ère division pour la prochaine saison, et cela a rendu joueurs et supporters fous de joie.

Les Amiénois exultent .

Les Amiénois exultent .

Après 2 changements dans les rangs de l'Amiens S.C. et plusieurs occasions manquées,

preuve de la volonté des Amiénois de ne pas laisser l'issue du match à leurs adversaires,

un 2ème but d'Emmanuel Bourgaud, à la 95ème minute, délivre joueurs et leurs 7000 supporters, à quelques minutes de la fin de la rencontre. 

In extremis, le but décisif pour Amiens

In extremis, le but décisif pour Amiens

Déception majuscule pour le Racing lensois : vainqueur de Niort au stade Bollaert (3-1), dans une ambiance sublime, il pensait avoir accroché une place de barragiste. La décharge a été foudroyante, comme un éclair. On a vu les joueurs s’écrouler dans la pelouse, mains sur le visage, pendant que le public se regardait, interloqué, abasourdi. Tout le monde venait d’apprendre la nouvelle et de comprendre. 

joueur lensois effondré

joueur lensois effondré

Quand il  était encore barragiste, le public était debout, les chœurs du stade résonnaient.

Les Lensois y croyaient vraiment.

Les Lensois y croyaient vraiment.

Et puis, badaboum, Amiens est sorti de sa boîte une dernière fois, pour mettre un point final à l’espoir de tout un peuple , reparti groggy chez lui, sans doute, conscient qu’il faudra de l’énergie pour relancer la machine, l’an prochain, après être passé aussi près de son bonheur.

Si près du bonheur : une ultime seconde !

Si près du bonheur : une ultime seconde !

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Je ne connais pas bien la valeur de cette équipe mais...comme à chaque mi-temps du RC Lens, tous les supporters lensois reprennent les Corons de Pierre Bachelet. Quand j'entends les Corons je frissonne et je cite :
« Et c'était mon enfance, et elle était heureuse 
Dans la buée des lessiveuses 
Et j'avais des terrils à défaut de montagnes 
D'en haut je voyais la campagne 
Mon père était "gueule noire" comme l'étaient ses parents 
Ma mère avait les cheveux blancs 
Ils étaient de la fosse, comme on est d'un pays 
Grâce à eux je sais qui je suis 
Au nord, c'étaient les corons 
La terre c'était le charbon 
Le ciel c'était l'horizon 
Les hommes des mineurs de fond"
C'est un air poignant. Dommage pour Lens équipe qui y croyait.
Répondre
Q
Je conçois que même un gars du sud puisse être ému en entendant, comme on l'a vu dans le film "Bienvenue chez les Ch'tis", cet air chanté avec leurs tripes ! C'est tout à leur honneur.