Elles ne savaient pas qu'on est quelquefois mieux chez soi qu'en vacances. ( N° 1681 )

Publié le par Quinquine1159

          «  On est en sécurité et on va bien, mais c’est très fatigant. » Les traits de Mathilde et Delphine, deux Nordistes, sont tirés mais les voix rassurantes, dans la vidéo envoyée sur Facebook de La Voix du Nord. Les deux copines de Lesquin et Pecquencourt, y décrivent le chamboulement de leurs vacances à Punta Cana en République Dominicaine. Témoins du passage de l’ouragan Maria, avec des vents à plus de 185 km/h, elles furent pour se protéger confinées avec 500 personnes, dans une sorte de "bunker".

L'accueil des réfugiés de l'ouragan Maria à Punta Cana

L'accueil des réfugiés de l'ouragan Maria à Punta Cana

 «  Mercredi, on nous a demandé, à midi heure locale, de gagner une pièce sécurisée. On était tous les uns sur les autres, mais il y avait bien à manger et à boire. Un peu plus tard on nous a dit qu'on allait peut-être pouvoir sortir parce que l'ouragan était passé et avait réduit d'intensité. Mais une heure après, il fallut y rester et passer la nuit car l'ouragan était trop proche. On voyait que le vent était très fort au point qu'on pensait que les portes allaient céder et s'ouvrir. Les gens étaient à peu près calmes. C’était juste très compliqué de recharger nos téléphones, car il y avait très peu de prises. Nous sommes restés 19 heures dans cette pièce, avant de  pouvoir sortir,  mais nous avons ensuite dû rester dans nos chambres.  »

Leur message s’achève sur ces mots : « On pense au Nord. Nous avons tellement hâte de retrouver notre région !  »

Les deux amies nordistes ont passé des vacances indésirables.

Les deux amies nordistes ont passé des vacances indésirables.

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
C'est bien triste tout cela
@+ Marie-J
Répondre
Q
Elles s'en sont bien sorties ces deux-là, et cela leur a fait une expérience de la vie . Car à cet âge on n'imagine pas que ce qu'on voit à la télé peut nous arriver. Ceux qui vivent là-bas le savent !