Quelle famille ! ( N° 1704 )

Publié le par Quinquine1159

Je vous emmène encore au cinéma et encore à CALAIS ! La ville provoque livres et films On a déjà dit qu' avec ses couleurs de ciel, la Région attire les tournages. Donc en voici un de plus sur la jolie côte.

Quelle famille ! ( N° 1704 )

On sait Calais proche de l'Angleterre, mais quand même on peut se demander pourquoi on donne un titre anglais à un film français. A tel point que j'ai vérifié à 2 fois qu'il ne s'agissait pas d'une version sous-titrée pour "Happy End".

L'affiche du film dont je parlerai aujourd'hui

L'affiche du film dont je parlerai aujourd'hui

Les acteurs attireront : Isabelle Huppert et Jean-Louis Trintignant.

Isabelle Huppert et Jean-Louis Trintignant
Isabelle Huppert et Jean-Louis Trintignant

Isabelle Huppert et Jean-Louis Trintignant

On trouvera aussi, sur l'écran et dans l'histoire, des migrants, car il ne faut pas oublier que l'action se situe à Calais. On peut penser qu'ils ne sont pas étrangers au phénomène de regain des sorties livresques ou cinématographiques.

Le film évolue sur fond de crise des migrants.

Le film évolue sur fond de crise des migrants.

"Happy end" dresse le portrait satirique d'une famille bourgeoise calaisienne en proie au mal-être. Le réalisateur autrichien Haneke est dérangeant ( le résumé, qui m'inspire l'article, écrit: "délicieusement dérangeant" ) ? Et voici la critique de la revue Télérama :

" Isabelle Huppert joue la chef, femme de tête qui veut aller de l’avant. A quoi bon ? Tout fout le camp. Son père vient de rater sa tentative de suicide et prépare la suivante. Son fils boit et, au lieu de se préoccuper de l’entreprise familiale, la néglige. Son frère est très occupé par sa maîtresse musicienne, avec laquelle il explore des fantasmes d’avilissement, et par sa fille, une gamine quelque peu soupçonnée d’avoir tué sa mère à coups de tranquillisants… Ces personnages sont ceux d’une farce sombre et débridée.

Mais la maîtrise est partout. D’ abord, chez les comédiens, qui évitent les écueils de la dérision comme de la sur-signi­fication. Mathieu Kassovitz, qui interprète le frère, se fait le reflet d’un monde lisse, où tout n’est que neutralité apparente et mensonge. Jean-Louis Trintignant, en patriarche déterminé à mourir, dans la dignité ou dans l’indignité, embrasse déjà un néant qu’il n’essaie pas de faire passer pour une forme de sagesse philosophique. Même la jeune Fantine Harduin sait tenir, sans le simplifier, son personnage de petite fille qui joue avec la vie et les tranquillisants. Haneke, lui aussi, garde de la mesure."

S’il réaffirme sa vision d’une société occidentale mortifère, le réalisateur n’en appelle pas à la condamnation de ses bourgeois. Il en fait des aveugles, buttant sur une vie qu’ils ne savent plus voir et dont même la dureté leur échappe. C’est l’effondrement général, mais on prépare un mariage. Où des migrants qui errent dans la ville finiront par trouver une place saugrenue, invités à s’asseoir à une table. Tout se mêle, le décorum d’une classe sociale qui n’est plus dans le vrai et la brutalité de la réalité. L’inconscience joyeuse et la tragédie. Un film d’une lucidité tranquille, jamais sentencieuse, sur une perte généralisée des repères."

L'intérieur de la famille bourgeoise
L'intérieur de la famille bourgeoise

L'intérieur de la famille bourgeoise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Ce n'est pas son physique qui me déplaît mais l'homme et surtout le comportement qu'il a eu envers au moins une femme et peut-être ce que l'on ne sait pas ...c'est le genre d'humain qui horripile ...
Répondre
Q
Désolée de t'avoir fait penser à lui ! Je ne le connais pas trop, je juge les gens sur leur figure et j'ai peut-être tort ? Mais non, d'après ce que tu me dis.
C'est mercredi, c'est récré! hihihi
C
Je ne pense pas aller voir ce film trop sombre d'après l'exposé mais il est sûr que çà doit démontrer les travers de la société !... Pourquoi un titre anglais en effet ???
Je te souhaite un bon mercredi, lea météo étant plus clémente aujourd'hui, on en profite !
Nicole
Répondre
Q
Bonjour Nicole et merci de donner ton sentiment. Les bourgeois ont toujours les travers depuis Molière !
Ici on se demande ce qui nous vaut ces températures. Bien sûr j'aime , mais à la longue, quel impact ?
Je devrais être davantage dehors, mais l'ordinateur !
Bises
R
Je ne me vais sûrement pas me déplacer pour Trintignant , cet homme fait partie de ceux qui me donnent des boutons ...
Et quant au titre oui je suis de ton avis , parlons français ...
Bonne soirée Marie-J
@ dEMAIN
Répondre
Q
Je n'aime pas non plus le physique de Trintignant. S'il pleut dimanche, j'irai peut-être parce que c'est à 17 heures et c'est une bonne heure. Pour le titre, étant donné que c'est un drame, je me demande pourquoi il y aurait une fin heureuse !!
Bonne soirée aussi