Après le Brexit, quitter LONDRES pour LILLE. A LILLE, on y croyait pourtant ( N° 1733 )

Publié le par Quinquine1159

L'Agence européenne du médicament doit quitter Londres.

L'Agence européenne du médicament doit quitter Londres.

Le principal atout de Lille pour accueillir l'Agence européenne des médicaments, est d'abord sa position géographique. Une dizaine d'Eurostar chaque jour permet de rejoindre Londres et des connexions rapides relient la ville avec les grandes capitales.
Autre avantage en faveur du dossier lillois, son excellence en matière de santé. Paroles du directeur du Centre régional de pharmacovigilance:

"Nous traitons à Lille, avec des experts internationalement reconnus, les grandes pathologies qui intéressent l'Agence européenne: le diabète, les maladies neurodégénératives, les maladies inflammatoires, le cancer. Ce sont des enjeux majeurs pour l'Agence européenne. Et ici à Lille, nous avons les experts".
 "On a un très bon dossier" Un dossier porté depuis des mois par les élus régionaux, toutes tendances confondues. Sur le papier désormais, Lille remplissait tous les critères. Mais sa candidature avait besoin d'un dernier coup de pouce politique.

Excellence lilloise en matière de santé

Excellence lilloise en matière de santé

Lors de sa visite dans la métropole lilloise, le président de la République avait défendu le dossier lillois. "Je ferai tout pour que nous puissions gagner cette candidature", avait-il précisé. "Il y a des bonnes chances et c'est maintenant le rush final. Les élus ont fait un travail remarquable, avec un très beau projet.. La ministre de la santé a soutenu et maintenant je vais y mettre tout mon poids".

En attendant, les architectes avaient travaillé sur le futur projet. Un bâtiment de 30 000 mètres carrés sur mesure, avec un atrium baigné par la lumière et la végétation. "Nous avons conçu un bâtiment qui comprend de nombreux espaces végétalisés intérieurs et extérieurs, un auditorium de 300 places, un restaurant panoramique, une crèche bilingue. Tout pour travailler dans les meilleures conditions et pour assurer la continuité de service de l'Agence européenne des médicaments."       Plus de 3 000 chercheurs, 80 laboratoires, des centaines d'entreprises sont installés dans la métropole lilloise.

 

Pour accueillir l'Agence Européenne du médicament

Pour accueillir l'Agence Européenne du médicament

«Au lieu de tout perdre en défendant à la fois Lille et Paris, on avait décidé depuis quinze jours de se concentrer sur l’Agence bancaire européenne», affirme un diplomate français, cité par Libération. Une petite phrase qui vient relancer le débat autour du soutien du gouvernement à la candidature de Lille pour l'Agence Européenne du médicament. Soutien trop mou, voire absent, selon Martine Aubry, Xavier Bertrand et des élus régionaux de toutes tendances.

Si ce diplomate anonyme dit vrai, alors la communication d'Emmanuel Macron était de pure forme : "Je défends avec beaucoup de force la candidature. Je ferai tout pour que nous puissions gagner. (...) J'y crois, je vais mettre tout mon poids", avait déclaré M. Macron à Roubaix.

"J'y crois", vraiment ? Le Président de la République a-t-il fait semblant d'ignorer l'orientation choisie par les diplomates français à Bruxelles ? A-t-il eu du mal à assumer publiquement, devant les élus régionaux qui y croyaient, l'idée que Lille n'avait aucune chance ?

L'article de Libé relance clairement le débat. D'autant que le journal affirme que, concernant l'agence bancaire, "Emmanuel Macron a plaidé pour Paris auprès de plusieurs de ses partenaires". Alors que le dossier de Paris paraissait mal engagé. 

La maire de Lille avait soutenu le projet .

La maire de Lille avait soutenu le projet .

Exit Lille. Exit la France. C’est finalement AMSTERDAM, qui sera le nouveau siège de l’Agence européenne du médicament (EMA). Ainsi, en ont décidé les diplomates de l’Union européenne, dans un vote, qui décidait des nouveaux lieux où allaient s’installer les agences européennes, pour cause de Brexit. Parmi les 27 Etats membres, les candidats se bousculaient pour profiter des retombées économiques associées. «En coulisses, il y a eu des marchandages étonnants», selon une source diplomatique, les différents gouvernements tentant de s’assurer le soutien d’autres pays.

Après le Brexit, quitter LONDRES pour LILLE. A LILLE, on y croyait pourtant ( N° 1733 )

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Déjà lorsque j'étais en activité dans l'industrie pharmaceutique Amsterdam avait une grande place et gérer dans de nombreux domaines , c'était la plateforme du médicament , tout passait par ce pays pour être dispatcher bon depuis 2007 je ne sais pas ce qu'il en est , et oui Lille n'a pas fait le poids , que veux-tu la balance a penché vers les plus influents comme d'hab ...et on ne nous dit pas tout <br /> Bonne nuit Marie-J
Répondre
Q
Sur 27 candidatures, peu de chances quand même pour Lille.<br /> J'ignore la valeur de la ville d'Amsterdam. Ton témoignage restaure bien ma pensée un peu dubitative. <br /> Quant à Paris, ce n'est pas le centre du monde, il a déjà trop de choses.