A MARCQ-en-Baroeul, Marielle avait imaginé un art de vivre. ( N° 1812 )

Publié le par Quinquine1159

MARCQ en Baroeul, commune de la métropole lilloise, a un logo qu'une jeune femme originaire de cette ville aurait aimé faire sien. Elle s'appelle Marielle.

Un art de Vivre !

Un art de Vivre !

Marielle va vivre, mais dans la douleur. Son mariage religieux, prévu pour le 9 juin 2018, ne pourra pas être célébré. Même à titre exceptionnel et malgré la présence du prêtre de l'abbaye de LAGRASSE (Aude) qui devait y procéder, il n'a pas pu l'être dans la nuit de vendredi à samedi, parce que son mari était inconscient.

Arnaud Beltrame

Arnaud Beltrame

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame était lié à la commune de Marcq-en-Baroeul (Nord) depuis son mariage civil en 2016 avec Marielle.

Celui qui est dans tous les esprits depuis son acte de bravoure  à Trèbes l’était encore un peu plus, ce dimanche, à Marcq-en-Barœul. Durant son office à l’église Saint-Vincent, le père Jean Boulanger a en effet appelé à une pensée particulière pour le héros, mais aussi pour sa belle-famille marcquoise et pour Marielle.

A MARCQ-en-Baroeul, Marielle avait imaginé un art de vivre. ( N° 1812 )

L’office a été marqué par une intervention émouvante du prêtre en l’honneur de celui qui a donné sa vie en échange d’otages. 

«  L’émotion était très forte, ce matin, durant l’office, raconte un fidèle. Certaines personnes, dont moi-même, ont appris durant l’hommage du prêtre que le lieutenant-colonel Beltrame était le gendre de Monsieur Vandenburden.  »

 

«  Je leur ai tout de suite envoyé un message pour adresser mes condoléances, souffle le maire. Je leur ai bien sûr manifesté , au nom des Marcquois, toute notre admiration.  »

Le père de Madame Marielle Beltrame, Bernard Vandenburden, est une figure connue des habitants de la ville nordiste et a présidé durant plusieurs années l’association marcquoise des Amis de la Sainte-Famille de Ramallah (jumelée avec la Palestine).

A MARCQ-en-Baroeul, Marielle avait imaginé un art de vivre. ( N° 1812 )

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
La femme d'Arnaud Beltrame, le lieutenant-colonel de Gendarmerie mort pour sauver un otage dans l'attaque du Super U de Trèbes, s'est confiée au magazine "La Vie". Elle y a évoqué, il y a quelques jours, le souvenir de celui avec qui elle devait se marier religieusement. "Il n'avait de cesse de s'améliorer, d'être le meilleur époux possible et de me rendre heureuse", déclarait-elle; Oui, la vie est dure pour celles et ceux qui restent après une tragédie;. Ainsi va la vie ce qu'illustre tellement de films et de livres; Marielle, l'épouse d'Arnaud Beltrame, déclarait aussi :"Les obsèques de mon mari auront lieu en pleine Semaine sainte, après sa mort un vendredi, juste à la veille des Rameaux, ce qui n'est pas anodin à mes yeux. C'est avec beaucoup d'espérance que j'attends de fêter la résurrection de Pâques avec lui. » Saluons son courage.
Répondre
Q
La foi sauve du désespoir. Son mari mort lui a certainement insufflé un modèle de courage.
Quelle tristesse sûrement de ne pas pouvoir se marier religieusement pour un croyant. Vivre dans le deuil en une période où elle pensait à la vie à deux. Je pense souvent à elle depuis qu'on parle moins de son héros.
R
Je suis bouleversée
Comment ne pas se dire mais pourquoi ?
Ton billet est émouvant
La vie est déchirante
J'ai beaucoup de peine ...
Mais que faut-il faire pour que cesse ce carnage ?
@ Demain Marie-J
Répondre
Q
Une femme pense à une femme bien sûr. Quelle désillusion pour cette jeune femme. Le couple avait fait la connaissance du Père, lors d'une visite de l'abbaye de Lagrasse. Ils avaient noué sympathie.
Ici on ne s'en remet toujours pas.