( N° 1809 )

Publié le par Quinquine1159

Givenchy. Ce nom, connu dans le monde entier, incarne depuis plusieurs décennies l'élégance à la française.

Né à BEAUVAIS en 1927, Hubert de Givenchy grandit au sein d'une famille sensible à l'art. Un arrière-grand-père réalisateur de décors à l’opéra de Paris, un grand-père administrateur de la manufacture de tapisserie de Beauvais, l’autre designer et décorateur de renom… Le jeune Hubert suit les pas de ses illustres aïeux. À 17 ans, il part à Paris étudier aux Beaux-Arts et devient apprenti chez le couturier Jacques Fath. C’est la révélation.

 Robe en maille

Robe en maille

Il a débuté sa collaboration avec l‘actrice américaine en 1953. Au départ, Hubert de Givenchy avait refusé de l’habiller. «Quand Audrey est venue me demander de lui faire ses robes pour le film Sabrina, je ne savais pas du tout qui elle était et j'attendais Katharine Hepburn », racontait l’élégant couturier, au vernissage de l’exposition « Audrey With Love » qu’il a supervisé à La Haye. « Elle est arrivée frêle, gracieuse, jeune, pétillante, vêtue comme une jeune fille de maintenant, d'un pantalon en coton, de ballerines et d'un t-shirt dévoilant son nombril, un chapeau de gondolier vénitien à la main. Je n'étais pas en état de faire une garde-robe importante pour Sabrina et je lui ait dit non, Mademoiselle, je ne peux pas vous habiller », s’amusait le couturier. Mais tenace la belle brune l’invite à dîner. A la fin du repas, sous le charme, Givenchy lui propose de revenir le lendemain à la maison de couture. « Avec la taille qu'elle avait, tout lui allait », racontait le créateur. « Elle m'a persuadé. Et combien j'ai été sage d'accepter ! »

L'actrice Audrey Hepburn

L'actrice Audrey Hepburn

Croquis Givenchy pour Audrey Hepburn

Croquis Givenchy pour Audrey Hepburn

 Hubert de Givenchy est un travailleur acharné. Toujours arrivé le premier à l’atelier, avenue Georges V à Paris, il porte une éternelle blouse blanche. Son regard bleu voit tout, surveille tous les détails ; il est attentif, calme, concentré, il reste courtois au milieu de la ruche affairée qui l’entoure.  Rien ne l’arrête, il s’applique aussi bien sur les sièges d’une voiture (pour Ford et Nissan) que pour les robes du soir.

En 1960 Hubert de Givenchy dans son atelier

En 1960 Hubert de Givenchy dans son atelier

Hubert de Givenchy n'en oublie pas sa terre natale. S'éloignant de Paris, il choisit de s’installer dans l’Oise, à BEAUVAIS. Il y ouvre une usine de parfums en 1959, suivie d’une unité de productions de soins et cosmétiques. "J’ai toujours été attiré par le Beauvaisis, tout d’abord une partie de ma famille s’y trouvait, j’y avais passé ma jeunesse [...] Il m’a semblé que je devais choisir la Picardie pour cette implantation car mon cœur y avait une place…" L'usine, très vite trop étroite, sera maintes fois agrandie pour faire vivre des dizaines d'employés.

Ysatis, Amarige ou Organza... Au sein du site beauvaisien seront produits les plus célèbres des Parfums Givenchy. Le créateur y fait exploser toute sa créativité. Il trouve surtout dans la proche vallée de la Bresle les verreries dont il a besoin pour façonner ses précieux flacons. Des flacons sculptés, qui donneront encore plus d'écho à la marque "made in France". Le succès de ces essences, retentissant, dépasse les frontières de la France. 

Parfum Live irresistible

Parfum Live irresistible

( N° 1809 )

Le grand couturier s'est éteint samedi 10 mars 2018, à l’âge de 91 ans.

Ref: La lettre d'info hebdomadaire des Hauts de France

( N° 1809 )

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Frank Michael chante:
"Toutes les femmes sont belles ,
Toutes les femmes ont un sourire qui parle au coeur
Quelque chose qui ressemble à du bonheur
Certaines ont des prix de beauté
Et d'autres n'en n'auront jamais
Car la beauté de l'âme reste cachée

Toutes, toutes, toutes les femmes sont belles
Toutes, toutes au coeur ont une rose
Une douceur dans les yeux
Une chaleur qui ne peut
Que nous rendre amoureux", Etc...
Hubert de Givenchy s'en est allé dans une certaine indifférence, car la France ne reconnaît pas toujours ses grands hommes et oublie trop souvent les femmes qui l'ont sauvée. Par contre on se souvient de Pépé le Moko ou de Landru. dur, dur, dur quand on a oeuvré pour le bien d'un pays;
Répondre
Q
Les femmes sont belles, souvent embellies par leurs toilettes. Mais lesquelles peuvent se payer un vêtement signé Givenchy ?
Cet homme a surtout oeuvré pour la gloire de la France à l'étranger et au maintien de sa renommée de mode.
Tellement d'évènements nous parviennent et sauf à vouloir se faire médiatiser ( comme par exemple Jean d'Ormesson ), on disparait très vite.
C
Un Personnage qui travaillait avec rigueur, sans rigueur on n'arrive à rien ...
Une vie bien remplie ... Il laissera un grand vide dans le monde de la mode .... ! .
Un bel hommage rendu dans ta page !
Bises pour un agréable printemps bien qu'il soit encore bien frileux !
Nicole
Répondre
Q
Merci pour ton commentaire élogieux au sujet de cet article, que j'ai pas mal pompé dans la presse.
Ici c'est un vent à 110, alors la température ressentie n'est pas du tout celle du thermomètre à l'abri.
Le beau printemps finira bien par arriver et par ici, on passera du tout au tout vite fait.
Merci, Nicole, merci.
M
Bonjour Marie
un grand Monsieur s'en est allé on en a pas beraucoup parlé hélas dans la presse beaucoup vont le regretter bonne journée bisous
Marcel
Répondre
Q
J'ai trouvé aussi qu'on n'a pas beaucoup parlé de cette disparition. Tu vois j'ai rattrapé cela.
Ne fais pas comme Calypso: il fait encore trop froid pour te couper les cheveux.
Bisous
R
Pardon bel article c'est mieux écrit comme cela
Tu en parles mieux que les médias qui en ont à peine fait part ...du départ de ce grand homme
Répondre
Q
Je ne sais pas s'il avait de la famille. Peut-être avait-il trouvé avoir eu suffisamment de gloire de son vivant pour partir discrètement ?
Terrible que je ne puisse pas effacer des erreurs dans le texte....
R
Très belle article à la hauteur de cet homme.....du Nord :)
Bonne soirée Marie-J
Répondre