Le numérique est un catalyseur d'inclusion et un outil de liberté. ( N° 1835 )

Publié le par Quinquine1159

"Le numérique est un catalyseur d'inclusion et un outil de liberté."

Cette phrase est de Joséphine GOUBE, qui a ici, exprimé hier ses remarques sur les réfugiés.

Mais si un magazine féminin accorde un espace à Joséphine Goube,  ce n'est pas pour ses idées. C'est que la 6e édition de la Journée de la "femme digitale" s'est tenue mardi 17 avril, à la Maison de la Radio à Paris. 

 

Digitale c'est-à-dire numérique

Digitale c'est-à-dire numérique

Joséphine confie avoir souvent peur et se répéter ce mantra, offert par une amie, encadré près de sa porte : « J’ai peur, j’avance. »  Cette force, elle la doit en partie à une « famille matriarcale ». « J’ai eu la chance d’avoir des parents ouverts et intelligents, et deux modèles de femmes fortes et indépendantes: ma mère et ma grand-mère. »

Le numérique est un catalyseur d'inclusion et un outil de liberté. ( N° 1835 )

Le virus de l’entreprenariat, elle l’a attrapé petite : « J'étais enfant unique, j’habitais dans un patelin dans la région de CALAIS, où il n’y avait pas grand chose à faire.  Alors je devais m’inventer mes propres occupations. Entreprendre et être toujours entourée, c’est un peu ma revanche sur cet isolement. »

Aujourd'hui, elle est arrivée là où elle voulait : à la tête d’une Organisation Non Gouvernementale d'action humanitaire, au sein de laquelle elle se sent vraiment utile. 

Le numérique est un catalyseur d'inclusion et un outil de liberté. ( N° 1835 )

Joséphine Goube est PDG de "TECHFUGEES". Lancée à Londres et présente dans vingt-cinq villes dans le monde, cette organisation réunit divers acteurs de la technologie, autour d’événements ayant pour but de favoriser l’autonomie des réfugiés. En tout, plus de 20.000 personnes font partie de la communauté, et une douzaine de nouveaux bureaux sont en cours d’ouverture.

Le numérique est un catalyseur d'inclusion et un outil de liberté. ( N° 1835 )

Diplômée de Sciences Po et de la London School of Economics, Joséphine a ainsi à son actif la création d’une "couveuse" pour les entrepreneurs sociaux.           La Calaisienne est une "serial entrepreneure", une "startuppeuse reconnue".

De plus, elle n'hésite pas à donner de son temps bénévolement, pour faire avancer les causes qu’elle trouve justes : elle est par exemple experte à la Commission européenne pour les affaires d’immigration.

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
À 29 ans, elle est arrivée là où elle voulait : à la tête d’une ONG au sein de laquelle elle se sent vraiment utile. C'est bien, mais... il y a réfugiés et réfugiés. j'espère que cette dame de 30 ans qui dirige donc cette ONG, ne va pas tomber dans la facilité, c'est à dire s'investir contre la politique de flux migratoires de son pays. A voir de prés.
Répondre
Q
Il y a effectivement risque d'engrenage. Le doigt, la main, le bras et voilà c'est trop.