En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Publié le par Quinquine1159

Le samedi 5 mai, on ne fêtait pas un saint de glace. Mais le matin, il valait mieux être courageux et bien se couvrir pour se balader. Les Ch'tis du Narbonnais avaient pourtant programmé une marche printanière à PEYRIAC de mer.

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

C'est un endroit charmant au bord de l'étang du Doul. A quelques kilomètres seulement de Narbonne, tout est prévu pour les marcheurs et les amoureux de la nature. Deux circuits sont possibles, selon son âge et son entraînement.

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Une passerelle en bois a été aménagée et et c'est normalement un plaisir que de se trouver entre ciel et eau !

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Ce matin là, brr... Mais puisqu'en mai, on ne fait que ce qui plait, certains se sont désistés. Une petite vingtaine a quand même bravé la pluie et le froid. Bravo à Marc en tête, à Martine, à Liliane et Francis, à Bénédicte et Philippe, à Sylvie et Christian, à .....

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )
En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Si on marche vite, on a moins froid. Alors la petite troupe s'égaille

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

La passion de la photographie permet néanmoins à Sylvie de préparer des souvenirs.   Au fur et à mesure que l'heure passe, et même si elle trouve ses clichés un peu tristounets, ils montrent bien que le temps s'éclaircit un peu. On verra plus tard que cela donnera des regrets aux timorés, car "il n'y a pas de samedi sans soleil" dit-on.

La sente pédestre se dévoile. la vigne crie que soleil et pluie donneront de beaux grains, les flamants suggèrent de se rapprocher d'eux.

La sente serpentine.

La sente serpentine.

La vigne interpelle.

La vigne interpelle.

Les flamants appellent.

Les flamants appellent.

Le chemin est caillouteux. Il faut être chasseur ou berger pour monter des murs ici, car les jours de grand vent, il vaut mieux manger le casse-croûte à l'abri .

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Son émerveillement, Sylvie l'attendait. Elle le trouvera dans des fleurs aussi modestes qu'elle, aussi simples que son naturel, aussi rares que sa patience.

Sylvie fera ainsi un beau cadeau à tous les lecteurs du blog et à la rédactrice, qui faisait partie des frileux et des douillets.

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

L'artiste puis la plus belle - fleur et donc photo- ont laissé éclater leur talent . A vous d'en juger.

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Il était temps de récupérer. Au fait : pour certains de récupérer de quoi ?

Il y a bien quelque part par là une bonne auberge et si elle affiche complet, c'est pour Quinquin. Maintenant tout le monde est là !!

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

La bien nommée voit tout en rose et, s'il était encore besoin, réchauffe avec un kir tradi..

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Francis, le Président, souhaite un moment fort, comme ils le sont toujours. Vous connaissez la devise des Hauts de France: "Chez nous, le temps est toujours à l'amitié."

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Pas de surprise, le menu était prévu. D'abord salade au Saint-Nectaire sur canapé. 

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

La surprise viendra de la délicatesse et de la fraîcheur  du loup , de sa sauce et de son accompagnement de légumes du jardin.

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

L'apothéose pour les " bouques à chuque", c'est un framboisier et sa petite calotte blanche.

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Ne pas oublier la cohésion légendaire et le proverbe : " Pluie du matin n'arrête pas le pèlerin."

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Que de beaux plans photographiques de paysages et de plats...tellement appétissants. L'auberge est certainement située dans un cadre qui parait magnifique. Espérons que malgré un temps incertain les Ch'tis aient pu passer une bonne journée.
Répondre
Q
Je suis arrivée après la pluie, j'ai amené le soleil !
L'auberge est effectivement très sympathique, le repas était très bon. Même le dessert était digne d'un pâtissier.
J'ai parlé à la cinquantaine de personnes, pourtant partagées en 2 salles. Bonne journée, amicale comme toujours .
D
Voir tous ces bons plats me donnent de l'appétit ! quoique il est 19 H 32 c'est l'heure lol
Répondre
Q
Le soir, il vaut mieux ne pas en prendre autant !
R
Oh j'espère que la tartine de fromage était fondante, j'en prépare pour mes garçons ils adorent
Le gâteau me fait bien envie
Je ne t'ai pas vu sur le chemin,
Noël porte le grand chapeau ? à vrai dire je ne vois pas bien si c'est lui
Marcher avec la fraîcheur ça ouvre l'appétit
Bonne nuit
Bon weekend @ vous deux
Répondre
Q
Nous n'étions pas sur le chemin. Nous avions pourtant fait sonner le réveil et étions en tenue de marcheurs. Au moment de partir de chez nous : une pluie diluvienne; alors on s'est désisté, d'autant que Noë avait mal à la gorge; nous n'étions pas les seuls à l'avoir fait.
Evidemment une heure plus tard grand soleil. Marre de cette saison où dès qu'il fait chaud, on a un orage ! On a rejoint au restaurant.