Le téléphone appréhendé comme un instrument de musique: c’est avant-gardiste.

Publié le par Quinquine1159

Pierre Pécourt, professeur d’éducation musicale et de Chant choral au lycée Boucher de Perthes à ABBEVILLE, a constitué un double chœur de smartphones, d’une vingtaine d’élèves de seconde du lycée. Ces élèves suivent l’option "enseignement d’exploration création et activités artistiques arts du son". Ils ont préparé ce concert avec l’Orchestre de Picardie, qui est en résidence dans cette ville. 

 

D'autres élèves explorent aussi ce défi musical.

D'autres élèves explorent aussi ce défi musical.

Le téléphone intègre la musique symphonique ! 

« Chaque élève est équipé d’un smartphone, dans lequel sont enregistrées plusieurs bande-son différentes : voix de femmes, d’hommes, violon ou encore woodblock, un instrument de musique de percussion en bois. Chaque téléphone est relié à une enceinte.

Les smartphones agissent ainsi en opposition à l’orchestre ou s’intègrent, en proposant des sonorités nouvelles. Le lycéen peut véritablement jouer avec cet outil, moduler le son, varier les paramètres, grâce à une gestuelle simple de la main. Il n’a aucune partition, mais il suit les instructions du chef de chœur. Cette technologie a été mise au point par Christophe Lebreton, ingénieur en informatique musicale au Centre National de création musicale (Grame). »

Instruction du chef de choeur par smartphone

Instruction du chef de choeur par smartphone

Avant le concert, le public avait pu lui aussi télécharger une application qui lui permettait d’intervenir, à certains moments clés de la pièce, avec l’ensemble de la Philharmonie . Les spectateurs présents, disposant de ce type de téléphone,  sont invités à télécharger l’application « Smartfaust » sur leur smartphone, pour pouvoir s’intégrer au chœur à un moment donné de la pièce.

Public associé

Public associé

Les spectateurs présents, disposant de ce type de téléphone,  sont invités à télécharger l’application " SMARTFAUST " sur leur smartphone, pour pouvoir s’intégrer au chœur à un moment donné de la pièce.

Application SMARTFAUST

Application SMARTFAUST

Le 20 janvier , l'Orchestre national de LILLE donnait un concert « smartphone » très particulier. Quelques jours avant le concert, les spectateurs pouvaient  télécharger une application baptisée " SMARTPHONY ", sur iPhone ou Androïd, qui permet de jouer au chef d’orchestre, le temps d’un concert. Lorsqu’il vient écouter les 80 musiciens interpréter Le Sacre du printemps de Stravinsky, le public , pour une fois, est prié de ne pas éteindre son téléphone. Diriger l’Orchestre depuis son portable, en influençant les tempi et les nuances… Le maestro tient compte des requêtes des spectateurs : toutes les données lui sont transmises sur un pupitre numérique.

Les nouvelles technologies sont le cheval de bataille de l’Orchestre national de Lille, avec son nouveau chef  Alexandre Bloch qui se revendique comme un chef connecté, voire carrément  geek (passionné) . La phalange a noué un partenariat de trois ans avec la startup Waigéo, qui a développé son application, et prévoit de réaliser, chaque année, un projet associant musique et numérique.

A LILLE, le chef d'orchestre aussi à l'aise au smartphone qu'à la baguette.

A LILLE, le chef d'orchestre aussi à l'aise au smartphone qu'à la baguette.

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
On peut faire de la musique avec n'importe quel objet que l'on transforme en instrument de musique: bouteilles, verres, batterie de cuisine, bouts de bois, etc... le tout edt d'avoir de l'oreille et du genie.
Répondre
Q
N'ayant ni oreille ni génie, je ne peux pas juger !
R
On arrête plus le progrès, ni la fantaisie dans tous les domaines
Bonne soirée Marie-J
ET bon weekend à vous deux
Répondre
Q
Le week-end fut prolongé comme tu as pu le constater.
La musique n'est pas mon fort, le smartphone non plus, alors je ne comprends pas trop comment on arrive à ne pas tomber dans la cacophonie !