Yann MOIX a voulu s'identifier aux migrants. ( N° 1863 )

Publié le par Quinquine1159

  "Pour comprendre exactement" la situation des migrants à Calais,    "il fallait se rendre sur place", a déclaré l'écrivain Yann MOIX à nos confrères de l'AFP, après y avoir séjourné "très régulièrement" pendant huit mois.

Yann MOIX a voulu s'identifier aux migrants. ( N° 1863 )

Entre septembre et avril, l'auteur a tourné plus de 120 heures d'images et recueilli des "témoignages à la pelle".  Il prépare une version longue destinée au cinéma.

Yann MOIX a voulu s'identifier aux migrants. ( N° 1863 )
Au milieu des migrants, des passeurs censés faciliter leur traversée.   "Eux, ils ne veulent surtout pas être identifiés, c'est comme si vous vouliez filmer des dealers", raconte l'écrivain, "nous n'étions pas les bienvenus". Ils règnent sur le terrain. Même la police les redoute.


Selon lui, "ce trafic humain rapporte des dizaines de milliers d'euros

 

par jour" à un système mafieux "ultra-sophistiqué, ultra-hiérarchisé"

 

dont les "big boss", sont des chefs de communauté, établis à Paris et

 

sa banlieue.

Yann MOIX a voulu s'identifier aux migrants. ( N° 1863 )

Entre les passeurs et les gaz lacrymogènes des forces de l'ordre, c'est le "jeu du chat et de la souris . Les images témoignent.

L'écrivain aurait souhaité "dormir avec eux" afin de "filmer la police quand elle vient démanteler" mais c'était courir "le risque de prendre un coup de couteau par un passeur". Couchés à même le sol, les nuits "sont interrompues toutes les deux heures, c'est un enfer".

Yann MOIX a voulu s'identifier aux migrants. ( N° 1863 )

 Yann MOIX rapporte "Re-Calais", un film au ton décalé, programmé sur Arte.

Selon les sources, entre 300 et 600 migrants vivent à Calais et aux alentours, dans l'espoir de gagner la Grande-Bretagne. Les exilés, le plus souvent diplômés, en mathématiques ou en chimie, n'ont "pas de patrie, pas de papiers, ils ne sont pas armés", précise-t-il.

Yann MOIX a voulu s'identifier aux migrants. ( N° 1863 )

                                                                 ( Images et textes issus du net )

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Quand on dénonce la "lèpre" mondiale ou la rhétorique de M.Collomb on escamote les faits qui NOUS dérangent,qui dérangent en FRANCE.De nombreux enfants innocents & migrants,en France,sont jetés en prison et ce pendant des mois avant d'être expulsés ou relâchés.Les cas devraient se multiplier "grâce" à la nouvelle loi du gouvernement "Asile et immigration".Ce fait jette une lumière assez crûe sur la réalité de la "patrie des droits de l'homme".Afin d'éluder cette scandaleuse réalité on préfère bien sûr se réfugier derrière des mots,on préfère se payer de mots.Cela ne mange pas de pain et cela permet surtout de se dédouaner de ses responsabilités à peu de frais.
Répondre
Q
Un blog, c'est forcément des mots à peu de frais.
Merci de votre passage et de votre commentaire.
G
On peut toujours faire dire n'importe quoi et son contraire aux mêmes faits. C'est vrai qu'il y a un trafic d'êtres humains. Mais avez-vous remarqué l'âge de ces gens là qui fuient leur pays où l'on se bat ? Avez-vous remarqué que, non content de les accueillir plus ou moins bien - il est vrai -, nous envoyons NOTRE JEUNESSE se battre à leur place ? Avez-vous remarqué que personne en Europe ne se décide à vouloir prendre cette question par la racine ? Que ce soit notre président ou un autre chef d'Etat , NON, on se contentent de refiler la patate chaude au voisin et qu'il se débrouille. Quelle hypocrisie.
Répondre
Q
Yann Moix n'est jamais particulièrement objectif. Dans cette situation, il défend donc son point de vue, qui en vaut un autre. Efficacité ?
C
Ce film amènera certainement à beaucoup de réflexions … je ne connais pas cet écrivain .
Bonne fin de journée à toi !
Nicole
Répondre
Q
A quoi mèneront des réflexions ? Depuis le temps que le problème existe et même à Paris, et dans toute l'Europe.
Pourquoi l'Arabie Saoudite par exemple n'accueille-t-elle pas les migrants ? Voilà une réflexion.
Je reparle de ce reportage demain, car il a fait des vagues.
Et bonne nuit aussi.
R
Avec cet écrivain
Je suis partagée entre des sentiments qui parfois .....
Je n'en dirais pas plus pour ne pas vexer les 100% Moixxxxxxxxxxxxx
Répondre
Q
J'ai vu, écrit sur le net : " ET MOIX et MOIX et MOIX ! "
Je ne le connais pas trop. J'en reparle demain.
Merci de ton passage.