Iris Mittenaere a confié son parcours de Miss dans le livre "Toujours y croire". ( N° 1943 )

Publié le par Quinquine1159

  Si vous craignez une énième autobiographie insipide, détrompez-vous. Miss Univers 2017 partage sa vie , mais aussi les dessous des Miss, et des conseils pour se sentir belle et bien dans sa peau.

" J’avais envie de tout écrire tant que c’était encore frais."

Voici les raisons pour lesquelles ce livre peut séduire :

Couverture du livre

Couverture du livre

Mieux connaître Iris Mittenaere

Le récit débute par l’enfance d’Iris. On y découvre une future Miss bagarreuse dans la cour de récré face aux moqueries. " Je me bagarre systématiquement avec les garçons. Ou plutôt, je me défends. Quand ils m’insultent ou se moquent de moi, je ne me laisse pas faire. Comment ne pas riposter lorsqu’ils s’amusent à me viser avec des ballons plein de boue ? "

 Son enfance, ses photos, ses complexes, ses joies, ses peines. Tout est dans "Toujours y croire". Et la jeune femme, sensible, n’hésite pas à dire ce qu’elle a ressenti dans toutes les situations. Mais le vrai plus de ce livre, ce sont les encadrés rédigés par les proches de la jeune femme : ses parents, sa sœur, son maquilleur/coiffeur et ami, son agent et attaché de presse, Camille Cerf, Sylvie Tellier, ses copines de fac, d’anciennes Miss, son entourage à Miss Univers…

Ce livre n’est pas un monologue et là est sa force.

Iris Mittenaere a confié son parcours de Miss dans le livre "Toujours y croire". ( N° 1943 )

Voir l’envers du décor

Vous vous êtes peut-être demandé si les Miss s’entendaient vraiment bien ou si elles se faisaient des croche-pattes dans les coulisses.

Eh bien, c’est les deux visiblement. « Certaines sont prêtes à tous les coups bas pour gagner. Comme voler du maquillage, subtiliser un portable pour accéder aux messageries, ou répandre des choses ignobles sur Internet. J’ai subi les trois, je sais de quoi je parle », raconte la Miss . Mais elle évoque aussi sa rencontre avec l’une de ses meilleures amies

Iris et ses rivales

Iris et ses rivales

Apprendre à se mettre en valeur

« Pour être Miss France, il faut à la fois être élégante, naturelle et se faire remarquer. C’est un équilibre subtil à trouver ».

Mais, pas avare, la jeune fille ne nous laisse pas nous débrouiller avec de grandes phrases et donne des conseils mode, « Ne cherchez pas à tout prix à vous faire remarquer », maquillage (avec des fiches de maquillage de jour, de soirée, de « red carpet »), sport et nutrition. Tout y est pour correspondre aux attentes des comités de Miss.

Iris Mittenaere a confié son parcours de Miss dans le livre "Toujours y croire". ( N° 1943 )

Relativiser

On a toujours du mal à y croire, mais Iris Mittenaere a démarré dans la vie avec un énorme manque de confiance en elle, et, avant d’en gagner un peu, elle a appris à relativiser 

« 19 décembre 2015, Zénith de Lille. Je ne crois pas un instant que je vais gagner. Un doublé avec Camille est peu probable, et puis il y a plus jolie que moi. Inutile, cependant, de s’encombrer de pensées négatives. Ce qui m’importe le plus, c’est de rendre ce qu’on m’a donné : offrir un beau spectacle, ne pas tomber, ne pas trop bafouiller si je fais partie des 12 présélectionnées, et aller le plus loin possible ».

Encore hésitante

Encore hésitante

Apprendre à tout donner

A la fin de son règne de Miss France, Iris Mittenaere était un peu perdue.

Arrivée à Miss Univers, elle l’était encore plus. Jusqu’à ce qu’elle se décide à entrer dans la compétition : « Si la Miss Univers en titre prend la parole, je m’approche d’elle au plus près pour être sur la photo. Tout cela me fait l’effet d’une grande comédie. Mais si j’avais respecté l’étiquette française, je serais restée assise sur ma chaise, j’aurais ri poliment avec mes voisines de table, et rien de tout ce qui a suivi ne serait arrivé. »

Etre forte

Etre forte

Voilà les raisons pour lesquelles ce livre peut séduire.

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Oui, elle n'est pas que belle ; cette jeune femme possède des qualités intellectuelles évidentes, surtout lorsque l'on sait les barrages pour des études médicales. Mais écrire est une autre paire de manches, ce qui l’empêche pas d'avoir, peut-être, du talent en écriture. Voir combien d'exemplaires seront vendus. Dans un article paru dans la Voix du Nord, elle reconnaissait : «  Mais écrire, c'est un vrai métier, l'éditeur a choisi de faire appel à quelqu'un pour m'aider. Ça nous a pris énormément de temps. Tous les mots sont les miens, je voulais vraiment que ça vienne de moi. C¹est un livre qui me ressemble", avait-elle conclu. Un second « bouquin » - s'il y en a un – devrait calmer les incertitudes sur son talent.
Répondre
Q
Je vois que la lecture de l'article t'a fait approfondir le sujet. J'ignorais qu'Iris avait eu l'aide d'un spécialiste, mais finalement j'aurais pu m'en douter.
Mise en page, couverture, section en chapîtres, etc, tout cela relève d'un métier.
Selon moi, elle devrait écrire maintenant sur ses actions humanitaires.
R
Ce n'est pas vraiment le livre qui m'attire mais je sais que beaucoup lui achèteront ...peut-être le liras-tu et auquel cas tu nous en feras part , maintenant chacun(e) écrit à sa guise et sous prétexte d'une étiquette , on va lui faire don d' un talent ! ça me fait doucement rire ...
Bonne journée Marie-J
Répondre
Q
Tu lui fais un procès d'intention, elle n'est pas que belle, elle est allée en fac dentaire. S'il n' y avait que des philosophes aux rayons des librairies, ils feraient fuir les clients.
Je ne cherche rien à apprendre d'une Miss, je n'ai pas cette prétention. Les jeunes filles peut-être que oui.
Je crois qu'il est bon de les faire rêver et de leur montrer qu'avec de la ténacité on peut améliorer son naturel et gommer ses origines .
On cherche bien à tout faire pour avoir un joli jardin, pourquoi pas pour avoir un joli physique. Il y a tant de tristesse à voir.