Jardins : Art, mais ici ils ne sont pas qu'à admirer... ( N° 1956 quater, le dernier )

Publié le par Quinquine1159

De tous les "jardins de la paix" des Hauts de France, le plus beau est peut-être celui de SERICOURT dans la Somme.

Entre Arras et Le Touquet, deux paysagistes Yves et Guillaume Gosse de Gorre célèbrent les deux forces opposées. En hommage aux soldats de la Der des ders, mais aussi à ceux de tous les conflits qui ont si fortement marqué leur région, le père et le fils ont créé un incroyable jardin.

C'est un jardin de contrastes au niveau des thématiques puisqu'à côté d'un jardin guerrier, se situe le jardin de la paix. 

Jardins des Hauts de France dont SERICOURT dans la SOMME

Jardins des Hauts de France dont SERICOURT dans la SOMME

C'est à SERICOURT un jardin de contrastes au niveau des thématiques, puisqu'à côté d'un jardin guerrier, se situe le jardin de la paix. 

On y pénètre par des bataillons d'ifs, que l'on a taillés à différentes hauteurs et qui dressent leurs silhouettes de combattants, sanglés dans un feuillage vert bronze. Ce sont les soldats en terre cuite de l'empereur chinois Qin qui ont inspiré à Yves cette réplique végétale d'une armée en marche. 

 

Ifs: bataillons de combattants

Ifs: bataillons de combattants

Y répondent les fers de lance blancs ou rouges des lupins de printemps, flammes ou encore explosions, les traces sanguines des coquelicots d'été et, pour finir, le drapeau blanc des ibéris à l'automne.

Lupins: fers de lances, flammes ou explosions

Lupins: fers de lances, flammes ou explosions

Coquelicots: traces sanglantes

Coquelicots: traces sanglantes

En face, pensif et sombre, se tient le conseil des chefs d'armée, sculptés dans des pieds de thuyas nains , soit une mer de têtes gigantesques casquées ou non, et semblant réfléchir aux conséquences des batailles.

Thuyas: chefs des armées

Thuyas: chefs des armées

Les effets des combats sont stylisés aussi. 

Ici, la pelouse laisse voir les immenses cicatrices rondes que firent les bombes. 

Pelouse trouée par les obus

Pelouse trouée par les obus

Là, fantômes d'une armée, des silhouettes de tôle ondulée rouillent le long d'une prairie.

Armée des fantômes de soldats

Armée des fantômes de soldats

Plus loin, une allée de l'infini, l'infini symbole de la guerre absurde et vide de sens. Elle aligne des thuyas sur 2 rangs de 100 mètres de long. Les thuyas sont d'abord distants de 2 mètres l'un de l'autre. Puis, après 50 mètres, les 2 rangs se rapprochent pour accentuer l'effet de longueur. Une barrière en interdit l'accès pour attiser la curiosité et la perception de l'infini.

L'allée de l'infini prolonge la perspective de l'allée des trous.

Allée de thuyas: allée de l'infini

Allée de thuyas: allée de l'infini

Plus loin encore, un bois des ombres, groupe de conifères aux troncs blanchis à la chaux, où l'esprit des guerriers morts erre sans bruit.

Conifères blanchis: ombres des guerriers morts

Conifères blanchis: ombres des guerriers morts

On termine la visite du jardin guerrier en longeant les pleureuses, ces femmes se lamentant sur la mort des défunts et représentées par des cerisiers pleureurs.

Pleureurs: le cerisier et la pluie !

Pleureurs: le cerisier et la pluie !

La paix survient enfin, après avoir passé les bras d'une croix vivante, topiaire fervente imposée à un tilleul.

Topiaire: croix vivante

Topiaire: croix vivante

La cathédrale de roses, avec ses arceaux fleuris où s'entrelacent lianes et grimpantes fait naître dans l'espace, si par bonheur le temps est beau, des vitraux bleus et roses et forme une nef végétale où l'âme s'apaise .

Cathédrale de roses: paix de l'âme

Cathédrale de roses: paix de l'âme

Labellisé «Jardin remarquable» par le ministère de la Culture, ce domaine remarquable, de plus de 4 hectares, se visite tous les jours. 

Un livre lui a également été consacré, "Les Jardins de Séricourt"  (Editeur Ulmer, 96 p., 19,90 €).

 Les "Jardins de la paix"  ont fait l'objet de 4 articles de ce blog. J'ai puisé les informations dans la page événementielle du journal Le Figaro du 11 novembre 2018.   Les illustrations émanent de mes recherches sur le Net.

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Yves Gosse de Gorre, diplômé de l'École supérieure du jardin et du paysage d'Anderlecht, en Belgique, est à l'origine de ce magnifique, extraordinaire jardin. La curiosité éveillé par l'auteure de ce blog m'a piqué et je suis allé voir sur internet la façon dont Yves Gosse de Gorre a imaginé ce vrai chef d’œuvre. Nichés dans un vallon boisé, ces jardins ont été imaginés comme une suite de "chambres" et d'espaces paysagers. Mes remerciements de nouveau à l'auteure de nous avoir permis de nous enrichir.
Répondre
Q
J'ai été la première à m'enrichir de ces découvertes de jardins paysagers.
Je souhaite maintenant aller visiter celui de Sericourt, mais au printemps plutôt.
L'attente est un plaisir aussi.
Bises
M
Bonjour Marie
quelle bonne idée ce jardin c'est vraiment magnifique en plus au milieu des trous d'obus il fallait y penser j'aimerai bien visiter cet endroit bonne journée bisous
Marcel
Répondre
Q
Moi aussi je voudrais y passer une après-midi et je crois qu'en allant là-haut, c'est ce qui va arriver, parce que finalement ce n'est pas très loin.
Mais ce sera sûrement mieux au printemps, pour les fleurs.
Bonne semaine à toi.
R
C'est vraiment superbe
Merci Marie-J
Bonne nuit car il se fait tard :)
Répondre
Q
Toi qui aimes la nature, même si ici elle n'est pas toujours laissée naturelle, avoue que c'est assez extraordinaire.
Bonne semaine