Jardins : Art, mais ici ils ne sont pas qu'à admirer... ( N° 1956 ter )

Publié le par Quinquine1159

Dans les Hauts de France, des jardins évoquent la paix souvent, la guerre quelquefois.

A LE QUESNOY (Nord), c'est surtout la victoire qui est célébrée.  2 artistes Belges ont voulu évoquer l'assaut des remparts par les Néo-Zélandais, assaut ayant libéré la ville. Ils ont transposé à l'horizontale le mur d'enceinte pour en faire un lieu de repos.

Mur tombé, tel un immense caveau

Mur tombé, tel un immense caveau

Plus loin, toujours au pied de la muraille, une paysagiste néo-zélandaise a créé un somptueux jardin "maori", baptisé le "rangimarie" mot synonyme de paix. 

Le jardin maori, quand il n'était encore qu'un projet

Le jardin maori, quand il n'était encore qu'un projet

Richement planté, le "rangimarie" propose des bancs pour prendre le temps de méditer.

Un champ de coquelicots fait planer l'esprit des "morts pour la France".

Jardins : Art, mais ici ils ne sont pas qu'à admirer... ( N° 1956 ter )

Dans la forêt de RETHONDES, près de COMPIEGNE, un "troisième train"  est évoqué: celui de la paix. Ce sont 3 paysagistes, un allemand, un français et une italienne, qui l'ont installé au milieu de poches jardinées.

Le "troisième train"

Le "troisième train"

A PERONNE dans la SOMME,  les douves du château accueillent un jardin de la paix sur le thème de l’Irlande. On devine bien sur le plan l'emplacement des 4 tours et du pont. 

Jardins : Art, mais ici ils ne sont pas qu'à admirer... ( N° 1956 ter )

La thématique a été imaginée par 2 artistes irlandais.

Le premier :«  Cela n’a pas tout de suite été aisé à imaginer, au vu de la configuration du château… Nous avons décidé de créer des espaces de 4 mètres sur 3, dans lesquels nous planterions pommiers, poiriers et cerisiersLes familles pourront s’approprier ces espaces, cueillir les fruits directement dans les arbres. Même chose avec la partie fleurie, où les gens pourront se servir. Ce "Jardin de la paix " sera fait pour qu’elles s’y sentent bien. Mais le plus gros défi sera de les faire venir. »

 

Le second :«  C’est un projet pour les gens, pour qu’ils s’y impliquent, pour que ce soit un endroit partagé, de retrouvailles, d’échanges.  »

Quand ce n'était encore qu'un projet

Quand ce n'était encore qu'un projet

L'été chaud n'était pas propice aux plantations. Mais aujourd'hui, le jardin baptisé "EUTYCHIA" peut vous accueillir à PERONNE.

Jardins : Art, mais ici ils ne sont pas qu'à admirer... ( N° 1956 ter )

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Je viens de regarder le 3ème volet de ce vrai reportage sur la conception de ces jardins d'art. Tout y est évoqué de façon très symbolique. Les maîtresses d'école vont avoir bien de la chance de faire découvrir à des classes et à des enfants comment, hélas, les faits se passent dans la vraie vie. L'actualité est là pour nous le rappeler.
Répondre
Q
En rédigeant ces articles, en recherchant leur illustration, je me promenais littéralement dans ces jardins et c'était un bonheur ( la nature ), une admiration ( les interprétations ), une mélancolie( les symboles ), une tristesse ( le sujet qui est à l'origine ) et un rêve ( de bienfait espéré sur les visiteurs ). Vraiment superbes.