L'itinérance mémorielle du Président de la République pour entretenir le souvenir de la Grande guerre C) ( N° 1940 )

Publié le par Quinquine1159

De la fin 1914 à la fin 1918, durant quatre longues années, le Nord et le Pas-de-Calais ont été au cœur du premier conflit mondial.

Cent ans après l’armistice, la région en porte encore les stigmates.

Le chef de l'Etat a débuté la journée à LENS, dans le Pas de Calais.

L'itinérance mémorielle du Président de la République pour entretenir le souvenir de la Grande guerre C) ( N° 1940 )
Lens aujourd'hui

Lens aujourd'hui

Au centre social de LENS, Emmanuel Macron a créé un événement lié au Plan pauvreté . A 11 minutes de LENS, Emmanuel Macron est allé à LOOS en Gohelle à la rencontre d'élèves à qui il a dit :

Annonce de malus pour trop d emplois courts

Annonce de malus pour trop d emplois courts

 A 11 minutes de LENS, Emmanuel Macron est allé à LOOS en Gohelle sur un terril, à la rencontre d'élèves à qui il a dit :  "Votre devoir pour votre génération c'est d'être à la hauteur de ce que les gueules noires et les gueules cassées nous ont laissé".

In haut de ch'terril

In haut de ch'terril

Puis il a rencontré la première ministre britannique Theresa May à l'hôtel de Ville d'ALBERT. Après la bataille de la Somme en 1918, la ville n'était que ruines.
 

L'itinérance mémorielle du Président de la République pour entretenir le souvenir de la Grande guerre C) ( N° 1940 )
La reconstruction

La reconstruction

Tous deux sont arrivés en début d'après-midi à la nécropole franco-britannique de THIEPVAL.

Sur ce mémorial massif sont gravés les noms des 72 000 soldats du Royaume-Uni et d’Afrique du Sud portés disparus entre 1914 et 1918 dans la Somme.

Mémorial franco-britannique de Thiepval

Mémorial franco-britannique de Thiepval

Le bleuet de France et le coquelicot britannique

Le bleuet de France et le coquelicot britannique

Dans la soirée, le président de la République visite le musée de l'historial de PERONNE.

Et il participe à une table ronde avec des historiens de la Grande Guerre à l'hôtel de Ville.

Musée de la grande Guerre à Péronne

Musée de la grande Guerre à Péronne

Vitrine du musée de 14-18

Vitrine du musée de 14-18

C'était l'itinérance mémorielle du 9 novembre 2018.

C'était l'itinérance mémorielle du 9 novembre 2018.

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Pour le centenaire de nos villes meurtries et pour tous ceux tombés il fallait bien ce parcours hommage de la part du Président … On n'aurait pas compris qu'il en soit autrement …
Bon dimanche avec les amicales pensées de ma campagne ch'ti !
Nicole
Répondre
Q
Cela lui a permis de découvrir cette histoire que bien sûr il n'a pas pu connaître.
Bonne semaine dans ta campagne !
G
Cette partie de l'errance présidentielle semble s'être mieux déroulée que dans les jours qui ont précédé. En effet, la presse n'est pas tendre pour Emmanuel MACRON. J'en citerai quelques extraits qui vont dans le sens des réserves que j'ai exprimées l'autre jour : Courir deux lièvres à la fois peut faire perdre sur tous les tableaux, le président ayant entrepris une opération reconquête hasardeuse, a souligné la presse. Quelques extraits: Un double objectif qui tient de l'impossible gymnastique pour Florence Chédotal dans La Montagne : « Il faut parfois en passer par l'histoire pour réparer le présent. Telle semble être la volonté de ce jeune président en décrochage qui, lancé dans une itinérance mémorielle à travers les terres martyres, veut en profiter au passage pour se délester de ses habits de citadin perché et renouer avec les vrais gens. Alors que dans "L'Alsace, Laurent Bodin en doute écrivant  "Cette absence de gestes concrets que les Français considèrent comme un manque d'empathie, voire comme une marque de mépris". Et l'analyse de Didier Rose dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace : « Le président Macron à son tour montre que la commémoration ne cesse de revêtir de nouveaux habits cérémoniels. Son itinérance mémorielle trace une géographie de la dévastation guerrière, le chef de l'État esquisse dans la France d'aujourd'hui l'onde de choc qui a frappé le début du XXe siècle. Ce faisant, il trouve là, aussi, l'occasion de revenir, dans une veine empathique, au contact de territoires qui se sentent délaissés par la macronie et malmenés par l'économie. » Je conclurai par ce qu'écrit
Michèle Cotta dans Le Point : Emmanuel Macron dans l'enfer de l'Élysée. Lors de son « itinérance mémorielle », le président de la République n'a cessé d'être pris à partie. L'impatience des Français s'est transformée en colère.
Répondre
Q
Tu as des lectures et cette semaine beaucoup étaient concordantes en effet.
On va voir si le week-end lui a été plus bénéfique.
De toutes façons ses aspirations sont très nettes et La France ne saurait lui suffire. Je dirai moi : " Qui trop embrasse, mal étreint."
Bonne semaine par chez toi.
M
Bonjour Marie
je ne sais pas si notre président a fait toute l'escalade a pied je penche plutôt a un dépot de sa personne en hélicoptère a quelques mètres du sommet mais bon jolie phrase qu'il a dite au sujet des gueules noires bon week end gros bisous
Marcel
Répondre
Q
Je me doutais, Marcel , que cette montée in haut de ch'terril te ferait plaisir. Il n' a oublié personne dans cette phrase aux jeunes. Là il a fait fort.
Moi, j'ai cru comprendre qu'il était monté à pieds. Ta presse locale doit mieux te renseigner que moi.
Bisous du week-end
R
Demain je vais aller aux commémorations chez moi dans ma petite ville
Point de président mais sûrement moins guindé et je préfère car tout ce beau monde qui nous arrive en masse n'est là que pour se montrer , dans les petites communes c'est plus ressenti et sincère et ils ont autant eu de mérite à cet époque ...
Bonne journée Marie-J
Répondre
Q
Après le voyage itinérant sur notre région meurtrie, là c'est une opération de communication pour le Président.
Mais tant de pays ont combattu au côté des Français, qu'il fallait bien inviter leurs représentants.
Et puisqu'il s'agit de souhaiter la paix, il fallait bien aussi inviter Angela Merkel. Le soldat inconnu fera toujours venir à Paris.
Mais heureusement que toutes les communes prennent le relais.
Bon week-end