Dissertation de philosophie ou de droit ? ( N° 1966 )

Publié le par Quinquine1159

" Responsable, mais pas coupable".

" Tout homme est responsable de tout devant tous." (Dostoïevski)

Les étudiants en droit auront certainement eu le loisir d'approfondir la question . Voilà, il y a bien des années, deux sujets de dissertation proposés en classe de Philosophie qui m'ouvrirent bien des horizons. Aujourd'hui, Google a ses consultants et j'ai consulté Google:

" Responsable mais pas coupable" est rigoureusement juste en droit."

"La culpabilité s'exerce exclusivement au plan pénal, alors que la responsabilité, notion beaucoup plus large, concerne notamment le droit civil."

Et encore: "Un coupable est toujours responsable, sauf s'il souffre de troubles altérant son jugement."

Dissertation de philosophie ou de droit ? ( N° 1966 )

En cette joyeuse période précédant la fête, une triste actualité nous interpelle: huit personnes sont mortes, lors des manifestations des "gilets jaunes".

Mais qui est (qui sont) le (ou les) responsable(s) des manifestations ou des barrages ?

La Voix du Nord rapporte que, là-haut, deux personnes sont mortes dans deux accidents, en marge de barrages érigés.

Deux lieux d'accidents mortels

Deux lieux d'accidents mortels

Vendredi, un premier accident a eu lieu sur la commune belge d'ERQUELINNES située à la frontière avec le département du Nord.

Un conducteur est mort après avoir percuté un camion arrêté par un barrage érigé par des "gilets jaunes" côté français.

A la frontière franco-belge

A la frontière franco-belge

A SOISSONS (Aisne), à l'approche d'un rond-point, un automobiliste a cherché à contourner un barrage tenu par des "gilets jaunes". Il a alors emprunté la Nationale 2 à contre-sens. Après quelques kilomètres, le véhicule a percuté une autre voiture qui arrivait en face dans le sens LAON-PARIS. La passagère est décédée sur le coup. Le conducteur a été placé en garde à vue. 

Accident mortel à SOISSONS

Accident mortel à SOISSONS

Lu dans le journal: "C'est une personne qui roulait à contresens sur la nationale qui a provoqué cet accident."

"Faire le lien direct avec un barrage des "gilets jaunes", moi je ne le ferai pas à ce stade", a précisé le permanencier du parquet de Soissons.

La justice belge et la Justice française auront bien à débattre dans le cas du premier accident.

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Le 4 novembre 1991 sur TF1, suite aux tornades naissantes des affaires du sang contaminé :« Je me sens profondément responsable; pour autant, je ne me sens pas coupable, parce que vraiment, à l’époque, on a pris des décisions dans un certain contexte, qui étaient pour nous des décisions qui nous paraissaient justes ». Ainsi parlait  Georgina Dufoix, quand elle était ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale du gouvernement Fabius et que se tramaient des affaires dont personne ne mesurait la portée. La longue phrase de Georgina Dufoix fut vite résumée : « responsable mais pas coupable ». La formule fit florès, donna lieu à bien des exégèses. On peut citer encore : Jean de La Fontaine (1621-1695) : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir». C’est, on le sait, la morale d’une fable terrible intitulée « Les Animaux malades de la peste ». Bien vu par l'auteure.
Répondre
R
Vaste sujet d'autant que l'on sait que chez nous les coupables le plus souvent sont innocentés
Ce sujet aurait tendance à me faire sortir de mes gonds surtout lorsqu'il est commenté dans la presse à deux balles que l'on connait depuis des années ...
Et toi qu'en penses-tu de ces coupables jouissant d'une liberté autorisée par des lois mal faites ?
Bonne semaine Marie-J
Répondre
Q
Notre fils me dit que d'abord pour être reconnu coupable, il faut des PREUVES et que celles-ci sont quelquefois difficiles à trouver.
J'aimerais que les bracelets électroniques d'une part et surtout que les"Travaux d'Intérêt Général" d'autre part, soient beaucoup plus largement utilisés.
Comme j'ai dit : ce sujet m'a vraiment portée à "tergiversations dans la tête" quand j'avais 17 ans. Je n'avais jamais réfléchi à cela auparavant. Je pense que de nos jours ce sujet peut encore être donné au Bac.
Je n'aimerais pas être appelée comme juré en assises. Il doit y avoir de quoi n'en pas dormir .