N° 2055 ) Le Louvre-Lens au pays de l'or noir

Publié le par Quinquine1159

Ne pas oublier

Ne pas oublier

 Organisée par le musée du Louvre-Lens, l'exposition "Soleils noirs" initialement prévue du 25 mars au 13 juillet 2020, n'a débuté que le 16 juin 2020, en raison de la crise sanitaire du coronavirus.

 L'exposition est prolongée jusqu'au 25 janvier 2021.

L'exposition plonge d'emblée le visiteur dans une expérience du noir. Omniprésent dans les phénomènes de la nature, le noir a nourri de tout temps les artistes, cherchant à retranscrire dans leurs oeuvres cet éveil des sens.

 

Affiche de l'exposition

Affiche de l'exposition

Le noir industriel

Le noir industriel trouve un écho particulier au Louvre-Lens, installé au cœur de l’ex-bassin minier.

Le noir du charbon, emblématique de l’ère industrielle, marque les visages des mineurs.  

Avec son "Tas de charbon" , Bernar Venet fait sculpture de ce matériau ordinaire, directement déversé sur le sol, sans dimension ni forme spécifique.

Un vrai tas de charbon

Un vrai tas de charbon

Ces travailleurs des profondeurs, souvent désignés par l’expression "gueules noires" deviennent iconiques de cette modernité.

Gueules et mains noires

Gueules et mains noires

Pour le physicien, le noir n'est pas une couleur. Pour tout artiste, c'est un défi abyssal et SOULAGES s'en est fait une spécialité.

On parle même des ses "outrenoirs".

L'exposition en affiche 3 des plus beaux, parmi 180 oeuvres exposées.

Un outrenoir de Soulages

Un outrenoir de Soulages

Il y a aussi des créations de la Haute-Couture dans le Louvre-LENS, telles ces petites robes noires du soir , à la mode dans les années 30.

Des vidéos montreront aussi des extraits de chefs-d'oeuvre du cinéma en noir et blanc.

L'ensemble à voir sera donc très riche dans son éclectisme. Mais les plus admirables seront les peintures. Ainsi ce "Ruisseau du Puits-Noir" signé COURBET créera-t-il peut-être une angoisse chez le visiteur.

de Courbet

de Courbet

Angoisse peut-être aussi avec cette "Solitude" baptisée ainsi par son auteur américain Alexander HARRISON, en 1893.

Immédiatement, le personnage central, fantomatique, accapare le regard. Suivant le sien, on découvre peu à peu l'étendue verdâtre et mystérieuse. La rame abandonnée git sur la barque, signe que la femme dont le dos nu apparaît de trois quarts renonce à guider son embarcation. Les nuances froides de l’œuvre engagent à une certaine torpeur et achèvent de traduire la pesanteur discrète de cette scène. "

de Harrison

de Harrison

Le noir n'est-il donc que source de peur ? 

"La dame au gant", portrait en pied grandeur nature de la jeune épouse de l'artiste CAROLUS DURAN, se détachant sur un fond dépouillé est réduit à une variation de gris et de noirs, auquel se superposent les teintes sombres et moirées de la robe.

Elle est élégante, cherchant peut-être seulement à attirer l'attention, mais n'inquiète pas.

" la dame au gant"

" la dame au gant"

"Le syndic des Drapiers " ne fait d'ailleurs que montrer une mode ancienne, que Guerlain n'a pas dédaigné pour un parfum.

la corporation

la corporation

L'ensemble de l'exposition reflétera donc le symbolisme du noir, de l'Antiquité à nos jours.

Les interprétations des visiteurs seront multiples. Pour les organisateurs, le noir a la qualité de convoquer les imaginaires. Le noir, de tantôt la misère, de tantôt le luxe, aurait toutes les qualités ou tous les défauts. 

Le noir est un des premiers pigments utilisé il y a plus de 15000 ans. Les artistes sont des alchimistes ayant su calciner le bois pour obtenir du fusain, patiner le bronze, tourner les premières pellicules à émulsion photosensible.  

Malgré la découverte du Spectre par Isaac Newton au XIIème siècle, le visiteur du LOUVRE-LENS considèrera-t-il le noir comme une couleur  ou comme la somme de toutes les couleurs ?

Sur une autre affiche, une lithographie évoque une éclipse.

Sur une autre affiche, une lithographie évoque une éclipse.

Ndlr : plusieurs sources pour textes et illustrations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
J'aime les contrastes de couleur noir-blanc; Je l'ai déjà écrit à propose de photos et de films. Idem ici et la "Dame au gant" me fait penser à la reine Victoria qui s'habillait toujours de cette couleur dans la 2ème période de s a vie; Quant à "La corporation" ce tableau saute aux Yeux. Cette exposition devrait avoir beaucoup de succès.
Répondre
Q
Moi, je crois avoir un à priori sur le noir, à cause des tableaux de Soulages...
J'aime m'habiller avec du noir, mais toujours rehaussé d'une touche soit de blanc soit de rouge.
La nature est en couleur ( je serais bien triste si j'étais daltonienne), donc pour les photos témoignages je suis pour celles en couleur.
Désolée de ne pas penser comme toi à ce sujet.
B
Si vous voulez supprimer les pubs de votre blog n'hésitez pas a consulter cette page, elle vous aidera a avoir un blog plus propre sans débourser un centime et en quelques minutes, merci pour le partage en tous cas. https://supprimer-la-pub-sur-overblog.blogspot.com/2020/09/supprimer-la-pub-sur-overblog-en.html
Répondre
Q
Merci du renseignement car je n'ai jamais sollicité ces pubs ni rien reçu en dédommagement .
La lecture des articles est désagréable avec ces coupures.
G
Très intéressant ce billet
Dommage que ce soit si loin car depuis mars dernier je ne voyage plus ...
Bonne semaine à vous deux
Répondre
Q
Nous ne voyageons plus non plus !.
Ce musée est d'une vraie richesse car il varie les expos et elles sont toutes avec un thème bien documenté, avec des prêts de musées prestigieux . Le nom du Louvre associé y est sûrement pour quelque chose et dans un certain sens une obligation.
Celle-ci peut surprendre. Je n'aime pas Soulages, mais sinon il y a de très beaux tableaux à dominante noire qu'on ne connait pas.
A bientôt Rose !