N° 2061 ) Photo intrigante : celle d’un enfant roux sur un vélo sans selle ni pédales.

Publié le par Quinquine1159

Si, le samedi 19 septembre,  vous n'étiez pas devant la chaîne 2 de votre poste de télévision, pour l'émission  "13 heures15" (avec Laurent Delahousse), vous avez manqué un reportage qui m'a émue au plus haut point et je vous recommande sa lecture en replay.

Titre du reportage

Titre du reportage

Premièrement la photo qui intrigue est remarquable et pourrait être attribuée à un grand photographe (même si sa copie ci-jointe n'est pas de bonne qualité). Elle figurerait même en bonne place de l'exposition "Visa pour l'image" sans qu'on y voit à redire. 

Elle fut probablement prise dans les années 60 et a ému les internautes. ( Donc je ne suis pas la seule !)

La photo anonyme

La photo anonyme

Grâce à Twitter, deux LENSOIS, Pascal Demuynck et Guillaume Lecointre ont lancé, quant à l'anonymat de cette photo, une enquête qui a touché des milliers de personnes.

Les 2 amis intrigués par la photo

Les 2 amis intrigués par la photo

Ensuite ce reportage montre la pertinence des sujets traités, car de bout en bout, on n'avait qu'une hâte: celle de  connaître la suite.

Le récit est construit sans lasser le spectateur, grâce à l'alternance entre auditions, géographie, témoignages.

La suite...

La suite...

C'est une véritable enquête menée à la manière d'un enquête policière qui s'est déroulée dans un espace relativement restreint.

Une enquête virtuelle qui a tenu en haleine en 2019. Mais il fallait être connecté.

Véritable enquête

Véritable enquête

L'émission est une démonstration des bienfaits de la technologie moderne: appels et interviews dans la presse écrite, usage des caméras avec les interviewés, utilisation des téléphones ou smartphones entre intervenants en recherche de solution, sur Internet quelquefois, bienfait des réseaux  sociaux, dont Facebook, pour le voyage des idées parmi les participants.

Qui aurait cru que le mystère de son histoire serait levé par… les réseaux sociaux !

 

Interview par la presse écrite ( La Voix du Nord )

Interview par la presse écrite ( La Voix du Nord )

Smartphone entre intervenants

Smartphone entre intervenants

 Internet pour recherches
 Internet pour recherches

Internet pour recherches

 Facebook et les réseaux sociaux

Facebook et les réseaux sociaux

Cette histoire est une très belle histoire qui n'aurait jamais vu le jour sans la curiosité et l'opiniâtreté de l' homme à l'origine de la recherche.

C'est l'histoire d'un enfant qui n'a pas d'autre nom que sa couleur de cheveux .       Il est un ange déchu pour notre bonheur de spectateur.

Un enfant roux

Un enfant roux

Elle est la preuve d'une affection profonde pour la région minière des Hauts de France, où elle se déroule. 

Elle plonge dans un passé pas si lointain, où les mines de charbon tournaient à plein régime dans le nord de la France.

La région minière du nord de la France pour cadre

La région minière du nord de la France pour cadre

La vie d'un enfant des années 60 dans ce milieu particulier des mines de charbon est édifiante de morale, prouvant la joie trouvée dans les jeux les plus basiques, les objets les plus ordinaires, ( à comparer avec ceux des enfants de 2020 et leur insatisfaction ) .

L'enfant roux s'amusait avec une vieille bassine qu'il emplissait de boue, non sans imagination.

Un pauvre jouet sans l'imaginaire

Un pauvre jouet sans l'imaginaire

La solidarité entre chercheurs a été à la hauteur de la réputation de cette qualité chez les gens du Nord, par exemple de ces COURCELLOIS qui ont mené leur enquête.

Depuis le départ, le couple Houriez en est sûr et certain. Sur cette photo, « c’est un des fils Longeois, a priori Jean-Michel ». Un nom qui ressortait massivement sur les réseaux sociaux et que le couple a pu confirmer grâce aux témoignages recueillis auprès d’anciens Courcellois. « J’ai mené mon enquête vous savez », sourit Marie-Christine qui pouvait déjà compter sur les souvenirs de son mari.

 

Encore une autre famille en recherche

Encore une autre famille en recherche

Le mari de Marie-Christine, André Houriez, habitait gamin (et habite toujours d’ailleurs) dans cette fameuse rue de Fismes. « Moi j’étais au nº11 et lui, il était au nº14.   Ils étaient sept enfants dont trois garçons. » En voyant le fameux cliché, « J’ai tout de suite reconnu l’endroit, les arbres, les maisons et même les hortensias qui étaient encore là y a pas longtemps dans le jardin de gauche ».

" Oui c'était ici !"

" Oui c'était ici !"

Si aujourd’hui la boue dans laquelle le vélo de Jean-Michel était prisonnier a laissé place à un macadam bien lisse et les arbres ont été remplacés par des lampadaires, les habitations de ce coron de la fosse 7, elles, sont intactes. 

L'évocation du passé minier est faite sans pathos et sans tomber dans le misérabilisme , même s'il nous émeut.

70 ans après, on a offert un vélo à Jean-Michel, l'enfant roux.

70 ans après, on a offert un vélo à Jean-Michel, l'enfant roux.

Les noms de leurs villes ont résonné d'un bout à l'autre : WAZIERS

N° 2061 ) Photo intrigante : celle d’un enfant roux sur un vélo sans selle ni pédales.

Ou alors HOUDAIN ?

N° 2061 ) Photo intrigante : celle d’un enfant roux sur un vélo sans selle ni pédales.

A moins que ce soit à HENIN-BEAUMONT ou NOYELLES-GODAULT ...

N° 2061 ) Photo intrigante : celle d’un enfant roux sur un vélo sans selle ni pédales.

L'enthousiasme suscité par la recherche a même été une grande fierté pour les gens de la région.

N° 2061 ) Photo intrigante : celle d’un enfant roux sur un vélo sans selle ni pédales.

La modestie, la simplicité de l'homme "wanted" et puis "retrouvé" en font un héros effacé qui a dit n'avoir jamais été malheureux.

Sans le vouloir le héros d'une histoire, qui a gardé la modestie de ses origines

Sans le vouloir le héros d'une histoire, qui a gardé la modestie de ses origines

Le hasard a finalement bien fait les choses ou alors on pourra plutôt remercier la passion de deux amis et de tout un peuple nordiste.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
J'ai bien vu ce reportage qui ma procuré un très grand plaisir pour de multiples raisons. D'abord par la fraîcheur du sujet traité avec beaucoup de délicatesse. Ensuite, par l'acharnement et la solidarité des protagonistes qui font tout pour arriver à répondre à la question lancinante : qui est ce garçon à chevelure rousse ????? Enfin par la rétrospective sur le milieu des mines et des mineurs. Les descendants des mineurs de fond ont gardé le même état d'esprit que leurs aïeux. Très bon reportage dont l'auteure a bien rapporté l'ambiance.
Répondre
Q
Mais l'auteure a tellement apprécié l'ambiance du reportage, qu'elle n'a eu aucun mal . D'ailleurs l'émission est souvent très prenante.
Ce midi c'était "Allons enfants de la patrie" J'ai dit à mon voisin de table : "Si tous les récits de guerre étaient aussi attachants je les regarderais plus volontiers." Il faut dire que là aussi on mélangeait le présent au passé et cela rend bien vivant et bien émouvant .
G
Je l'ai vu ce reportage
C'est émouvant en effet
Bonne journée Marie-J
Répondre
Q
J'ai dit, Rose, combien j'avais trouvé ce sujet passionnant et surtout l'investissement de toute une population pour retrouver le nom de cet enfant. Il était temps de le retrouver vivant.
Bon week-end à tous les tiens