N° 2097 ) Femmes du Nord : quand la vie est un combat.

Publié le par Quinquine1159

Dans le cadre de l’émission "Le Monde en face", France 5 a proposé mardi 03 mars au soir   un documentaire inédit qui nous a intéressés. 

Quatre femmes nordistes ont raconté, à l’animateur et documentariste O. Delacroix, la manière dont elles ont affronté les coups durs et l’extrême précarité.

N° 2097 ) Femmes du Nord : quand la vie est un combat.

Marina Carrère d'Encausse a proposé un débat  avec plusieurs intervenants dont une femme qui témoigne .

Marina Carrère d'Encausse

Marina Carrère d'Encausse

Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé intervenait.

Ministre de la Solidarité et de la Santé

Ministre de la Solidarité et de la Santé

Pauline Leclère, auteure du rapport de l'OXFAM  "pauvreté au travail, femmes en première ligne".

Pauline jeune auteur de rapports

Pauline jeune auteur de rapports

Enfin, Xavier Broussier a présenté son  association dont il est le fondateur "La Pioche aux savoirs".  

"La Pioche aux savoirs" Épicerie solidaire, vente de vêtements et lieu d’échanges de savoir - faire et de partages à 59320 Haubourdin.

Oui…. Mais pas que… il y a toujours quelque chose à faire !

Dans La Pioche, il y a des espaces pour exposer, chanter, se distraire, échanger, découvrir… Une véritable AUBERGE ESPAGNOLE DES SAVOIRS ! Chez nous, c’est L’HUMAIN qui compte, l’essence de chaque personne !

Venez-voir, vous croiserez l’atelier couture, cuisine du monde, création des enfants, la compagnie des gourmands, la chorale, la cuisine bio….

Des ateliers éphémères sont aussi proposés…

N° 2097 ) Femmes du Nord : quand la vie est un combat.

Au début, on s’interroge. Il est question de chômage, d’alcool, de violences, qui plus est dans les Hauts-de-France, « la deuxième région la plus pauvre de France » (sachant que la première, la Corse, suscite moins ce genre de reportages).

Au final, on observe miraculeusement bien plus de sourires que de pleurs. Les quatre femmes qui racontent leur parcours sont en effet davantage que des survivantes : ce sont des battantes.

N° 2097 ) Femmes du Nord : quand la vie est un combat.

Pépée (CATTENIERES, près de CAMBRAI) a beau être célèbre pour ses chroniques sur France Bleu Nord, elle n’en demeure pas moins une femme énergique qui a surmonté pas mal de galères.

Son credo : « Il faut se battre en permanence, sans s’apitoyer sur son sort. »

Pépée

Pépée

On est ému en écoutant Stéphanie (BLENDECQUES) raconter qu’après sa séparation, elle s’est retrouvée seule avec quatre filles et « un bac pro d’il y a vingt ans ».

Stéphanie

Stéphanie

Karine (DUNKERQUE) a pour sa part connu les coups, le foyer, l’hôpital. Il faut l’entendre rendre hommage à l’employée de la mission locale qui lui a tendu la main.

Aujourd’hui, elle « vérifie son compte tous les deux ou trois jours ».

Karine

Karine

Élisabeth (LOOS-lez-LILLE) a de son côté réussi à se sortir de la dépression qui l’a frappée après une perte d’emploi. Elle travaille aujourd’hui pour une association d’insertion.

Elisabeth

Elisabeth

Les quatre femmes des Hauts-de-France, région durement touchée par la pauvreté, ont raconté comment elles ont fait face à la précarité et comment elles l'ont surmontée. Après un licenciement ou d'autres accidents de la vie, elles se sont battues pour ne pas sombrer. Dans ces vies parfois sur un fil, elles n'ont jamais cédé.

Fidèles à leur terre du NORD, elles y ont trouvé entraide et solidarité. Ces mères courageuses n'ont jamais cessé de croire en un avenir meilleur et elles ont su garder la tête haute malgré les épreuves.

N° 2097 ) Femmes du Nord : quand la vie est un combat.

De ces quatre portraits lumineux, on retient qu’un accident de vie est très vite arrivé              (un divorce, une maladie, une perte d’emploi, un endettement) mais que les rencontres sont primordiales. Saisir la main tendue, reprendre confiance en soi… Les structures sociales et associations jouent un rôle majeur. Les familles aussi.

On est resté pantois devant le discours mature des enfants de ces mères courage.  Déjà bien au fait des rudesses de l’existence.

C'est dur de vivre dans ces corons !

C'est dur de vivre dans ces corons !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Cet article soulève pour moi plusieurs problèmes. D'abord celui du devenir de cette région qui était une des plus riches de France par la qualification de ses travailleurs et son industrialisation. Ensuite celui de ces femmes confrontées à un accident de la vie le plus souvent indépendant de leur volonté : divorce avec des enfants à charge dont l'ex-conjoint se moque éperdument et qui perdent un certain confort de vie par manque de ressources. Ensuite la perte d'emploi avec les restructurations permanentes des entreprises et leur recherche inlassable de trouver une main-d'oeuvre moins couteuse à l'étranger. Espérons que la crise Covid - 19 va être la source, comme beaucoup l'annoncent, d'un retour en métropole d'industries nécessaires à notre survie. Enfin celui de la solidarité, financière certes, mais tout autant si ce n'est plus, une prise de conscience de la chaleur humaine nécessaire dans les rapports entre hommes et femmes. Donc du travail en perspective pour nos "élites politiques" et "têtes pensantes" de notre société. L'assistanat c'est bien mais il y a mieux à faire dans une politique nouvelle de formation et d'industrialisation afin de redonner du souffle à notre "cher et vieux pays" comme le disait le général de Gaule. Puisse-t-il être écouté de façon à ne plus retrouver des situations de détresse comme celles décrites dans cet article.
Répondre
Q
Oui, il y a beaucoup de causes à la misère. Et les hommes qui abandonnent une femme avec des enfants sont vraiment lâches.
Pour ce qui est des compensations financières données de tous les côtés, je parle volontiers de "la semeuse". L'argent devra bien venir d'ailleurs et le généreux donateur voudra des remerciements en 2022.
Ton commentaire a très bien résumé la situation.
G
Ne pas s'appitoyer sur son sort c'est le bon remède pour relever la tête , ça c'est certain
Bonne journée Marie-J
Répondre
Q
Je n'étais pas trop d'accord avec le titre de cet article. Car moi je pense que "pour tout le monde la vie est un combat" -à un moment ou à un autre ou bien tout le long avec plus ou moins d'intensité pour certains, mais on ne connait pas tout et il faut se méfier des apparences de chance.-
Bonne nuit Rose, je suis plutôt du soir (du moins sur l'ordinateur).