N° 2107 ) Des Pyrénées Orientales à Arras: une sacrée émancipation, grâce à la fondation "La Dépêche"."

Publié le par Quinquine1159

Marion PETRAUD a fait ses études secondaires près de chez elle, à THEZA dans les Pyrénées Orientales. après un bac scientifique, elle a un projet d'études très précis.

N° 2107 ) Des Pyrénées Orientales à Arras: une sacrée émancipation, grâce à la fondation "La Dépêche"."

Après un bac scientifique, elle a un projet d'études très précis: un BTS professions immobilières, une licence professionnelle en transactions et, pourquoi pas, un master en droit d'urbanisme.

N° 2107 ) Des Pyrénées Orientales à Arras: une sacrée émancipation, grâce à la fondation "La Dépêche"."

N'ayant pas les moyens de se payer un logement, il lui fallait donc choisir, pour préparer ces diplômes, un établissement avec un internat. Il y en avait un à Arras.

N° 2107 ) Des Pyrénées Orientales à Arras: une sacrée émancipation, grâce à la fondation "La Dépêche"."

Marion PETRAUD a présenté son projet à la Fondation "La dépêche du Midi".

 

Marion Petraud

Marion Petraud

Créée en 2008, la Fondation Groupe Dépêche est la première fondation d’entreprise issue d’un groupe de presse quotidienne régionale. Elle relaie les valeurs du Groupe sur l’ensemble de la zone de diffusion, en s’appuyant sur un ancrage régional puissant et sur une large audience.

Ses engagements :

  • Soutenir l’excellence,
  • Renforcer les solidarités,
  • Faire vivre le patrimoine.

 
Dans un souci de rendre réelle l’égalité des chances, la Fondation mène des actions en faveur de la jeunesse sur l’ensemble du territoire de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. 

Sa mission  – éducative et sociale 

N° 2107 ) Des Pyrénées Orientales à Arras: une sacrée émancipation, grâce à la fondation "La Dépêche"."

N'ayant pas hésité à s'éloigner à l'autre bout de la France, aussi grâce au soutien financier de la Fondation et aux bourses sur critères sociaux, l'étudiante est entièrement autonome, n'a pas besoin de travailler et peut consacrer tout son temps aux études. D'ailleurs, depuis deux ans, elle est première de sa classe. 

Financé par la Fondation, l'internat dans la Cité scolaire Gambetta-Carnot d'ARRAS libère l'étudiante.

Financé par la Fondation, l'internat dans la Cité scolaire Gambetta-Carnot d'ARRAS libère l'étudiante.

Marion était déjà interne au lycée. L'éloignement de sa famille lui fait accéder à l'autonomie. Lors de stages en promotion immobilière, elle a déjà établi des comptes rendus de chantiers immobiliers.

Elle s'apprête à entamer sa licence professionnelle. Désormais apprentissage ou filière professionnelle ne donnant plus droit aux bourses sur critères sociaux, elle trouve essentiel le soutien de la fondation "la Dépêche".

  ( Source : un article dans le journal l'Indépendant du dimanche 26 avril 2021 )

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Garsdusud 04/05/2021 22:55

Quelle belle initiative qui a permis à cette étudiante de poursuivre ses études dans d'excellentes conditions; Puisse cet exemple faire tache d'huile et permettre ainsi à des jeunes de progresser.

Quinquine1159 06/05/2021 18:56

Ah oui, l'origine de cette fondation est dûe à Madame Baylet mère.
Quant à cette jeune fille, ce qui est formidable c'est qu'elle n'a pas hésité à quitter le giron familial et partir dans une région inconnue au climat qu'on dit hostile. Elle fait preuve d'une grande matûrité et reconnait sa chance d'être sélectionnée.