N° 2179 ) C'était en 2013, sur la plage de BERCK. C'est en 2022 une fiction à SAINT-OMER.

Publié le par Quinquine1159

En ce blog, les 25 et 26 novembre 2013, les 03 et 10 décembre 2013, une triste réalité me donnait à rédiger  les articles N° 1000, 1001, 1004 et 1007.

A BERCK, sur la plage,  la mère avait déposé sa petite fille, non pas pour la laisser jouer, mais pour la laisser mourir.

Cette année, l'histoire terrible a fait l'objet d'un film. Il s’inspire de l'affaire Fabienne Kabou, condamnée en 2016 à vingt ans de prison par la cour d’assises de SAINT-OMER pour avoir assassiné sa fille, la petite Adélaïde, trois ans plus tôt sur la plage de Berck.

affiche du film

affiche du film

Le film a été tourné en grande partie à SAINT-OMER, au palais de justice notamment, à l’été 2021. Il sortira en France le 23 novembre 2022.

La réalisatrice, Alice Diop, qui affirme avoir été « fascinée, effrayée et en même temps attirée » par ce fait divers, avait d’ailleurs assisté aux cinq jours de procès de Fabienne Kabou devant la cour d’assises, « une expérience fracassante sur ce qu’est la complexité de l’âme humaine et sur la difficulté de l’éclaircir. »

Projeté pour la toute première fois sur grand écran mercredi soir dans la cité lacustre, le film "Saint-Omer" a été unanimement salué par la critique. « Ses choix osés de mise en scène se révèlent toujours payants et constructifs. » « Film très aride mais percutant. » « Un film exigeant et radical qui pousse à la réflexion. Alice Diop réussit son passage à la fiction, en puisant judicieusement dans ses méthodes documentaires » étaient quelques-unes des réactions après la projection du film en avant-première.

au procès

au procès

Synopsis

Rama, romancière d’une trentaine d’années, assiste au procès de Laurence Coly aux assises de Saint-Omer. Celle-ci est accusée d’avoir tué sa fille de quinze mois en l’abandonnant sur une plage du nord de la France, au moment où la marée montait.

De cette histoire, Rama voudrait écrire une adaptation contemporaine du mythe antique de Médée. Médée un personnage tragique par excellence. Par ses actes excessifs et ses émotions puissantes, elle permet la purgation des passions des spectateurs (catharsis).

sculpture: le mythe de Médée

sculpture: le mythe de Médée

Mais au cours du procès, rien ne se passe comme prévu. La parole de l’accusée, l’écoute des témoignages font vaciller les certitudes de la romancière.

C’est finalement son propre rapport à la maternité que le huis clos du procès vient questionner…

salle d'Assises de Saint-Omer

salle d'Assises de Saint-Omer

"Saint-Omer", le premier long-métrage d'Alice Diop,  a été sélectionné cette année pour la compétition officielle de la 90e Mostra de Venise.

Le film remporte le Grand prix du jury – le Lion d’argent -, et rate de peu le Lion d’or. La réalisatrice s’est aussi vu décerner le Lion du futur, prix récompensant le meilleur premier film. 

Un formidable coup de projecteur pour la ville de Saint-Omer, même si le sujet du film, très lourd, n’est pas directement lié à Saint-Omer.

Lion d'argent, Lion du futur

Lion d'argent, Lion du futur

Alice Diop continue de collectionner les prix, tels ceux de 2021 et 2017.

Le prestigieux prix Jean-Vigo 2022 lui a été remis mercredi au centre Pompidou  Avec "Saint-Omer" le jury a salué «sa manière singulière de penser notre époque à partir de l’impensable, en reliant l’intime et le collectif, la société et l’histoire, l’inexplicable et la nécessité politique de trouver un sens».

 

Réalisatrice du film

Réalisatrice du film

Active depuis plus d’une quinzaine d’années dans le genre documentaire, Alice Diop accède pour la première fois à la reconnaissance internationale.

Le film représentera le France dans la course aux Oscars 2023, dans la catégorie «meilleur film international».

Comme annoncé précédemment, ce n'est donc pas "les Pires" qui ira à Los Angeles. Pour ceux que ce dernier film intéresse, malgré son échec en concurrence, nous signalons qu'il sera projeté le mardi 1er Novembre à 14 heures au Cinéma du Théâtre de Narbonne.

 

En sélection internationale: "Saint-Omer" le film

En sélection internationale: "Saint-Omer" le film

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Triste histoire au départ de ce film.  En novembre 2013, un bébé découvert mort sur la plage de Berck-sur-Mer a été abandonné volontairement à la marée montante par sa mère Fabienne Kabou; sa fille avait de 15 mois.  Fabienne KABOU est condamnée à 20 ans de prison en première instance, 15 ans en appel. Cette affaire a suscité beaucoup de questions pour comprendre les motivations de cette femme et de l’âme humaine en général. Est-ce cela qui a attiré la réalisatrice de ce film, Alice Diop, qui a affirmé avoir été fascinée et effrayée par ce fait divers ? Par l'intermédiaire d'une romancière, Rama, on cherche dans le film à s'inspirer du mythe antique de Médée. Médée, personnage tragique s'il en fût. Se rappeler que Médée tombée amoureuse de Jason, trahit sa lignée pour l’aider à voler la Toison d’Or. Par amour, elle tue son frère dont elle jette les morceaux à la mer. Nul doute que ce film devrait passionner les foules : tous les ingrédients sont réunis pour y parvenir : intrigue, relation mère-enfant, destin tragique de cette femme et de sa fille, le thème de l’étranger , l’anomalie, le monstre. Oui ce film est à voir.
Répondre
Q
Oui, cher commentateur, ce film doit remuer les spectateurs. Et j'avoue que moi qui ne vais pratiquement pas au cinéma, je souhaite le voir. Ce qui a poussé la mère tueuse, est comparable à ce qui pousse à un avortement en période avancée. Sauf qu'ici, elle a vu le bébé et même pendant plus d'une année. Cela a-t-il déclenché doublement le rejet, alors que cela aurait dû l'attendrir. On ne sait pas si la petite était difficile au point d'exaspérer. On sait seulement qu'elle était seule pour l'élever. Mais que font donc tous ces géniteurs qui disparaissent après l'accouplement ? Faiblesse des deux côtés. Elle seule paie.
G
Merci Marie-J<br /> J'espère que vous allez bien tous les deux
Répondre
Q
Merci Rose de ton souci pour nous. L'âge avance ! avec son cortège de douleurs, mais quand ce n'est que cela, il faut les supporter, c'est tout. On passe beaucoup de temps dans toutes les structures médicales ! Cela fait passer le temps ( avec les attentes !)<br /> J'espère que toi tu continues ton bonhomme de chemin, donc tes balades photographiques.<br /> Bon automne à toi.