N° 2198 ) Stolpersteine

Publié le par Quinquine1159

LILLE a accueilli le 12 mai ses premiers pavés à la mémoire des victimes du nazisme.

Ces pavés de l’Holocauste, des Stolpersteine en allemand, sont scellés devant le dernier domicile de juifs lillois dont deux furent arrêtés lors de la grande rafle du 11 septembre 42.

Ceux-ci devant la maison à façade blanche où vivaient Micheline Teichler – 11 ans quand elle a été déportée – et son père, Bernard.

 

N° 2198 ) Stolpersteine

Ils pèsent leur poids, ces petits pavés de ciment et de laiton. Dix centimètres sur dix, et quelques mots. Un nom, une date de naissance, celle de leur arrestation et la date supposée de leur assassinat à Auschwitz. C’est tout, mais tout est dit. Littéralement « des pierres sur lesquelles on trébuche », imaginées par ­l’artiste allemand Gunter Demnig à qui l’on doit l’idée de ce mémorial à ciel ouvert.

Président de l’association Lille-Fives 1942, Dominique Leser en a fait poser trois autres dans l’espace public ­lillois ce matin-là.

N° 2198 ) Stolpersteine

                                           Info: La Voix du Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article