Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une moule cherche souvent sa frite ( N° 1638 )

Publié le par Quinquine1159

En Espagne, on mange les moules à l'escabèche en apéritif. Mais les Nordistes, même arrivés dans le Narbonnais, sont bien attachés aux moules-frites.

Le dimanche 23 juilet  à midi, comme chaque année, ils se retrouveront donc à Thézan des Corbières. En cas de grand vent, de grosse chaleur, la Salle des fêtes les abritera.

Pas qu'une !

Pas qu'une !

- Mais où court-elle ?

- Voir ses soeurs à Thézan des Corbières et se marier avec des frites, se faire arroser peut-être par une bière ! 

Publié dans lifestyle

Partager cet article
Repost0

Avoir 10 ans à DUNKERQUE en 1940 ( N° 1637 )

Publié le par Quinquine1159

Jacques DUQUESNE, enfant de la basse ville de Dunkerque, parti en 1947 (non sans avoir participé à la première bande carnavalesque !) pour « faire ses humanités » à Paris, le journaliste de La Croix, Panorama chrétien, RTL, Europe 1 ou L’Express, fondateur du Point au début des années 70, a toujours gardé sa ville dans son cœur. 

Le Dunkerquois Jacques DUQUESNE

Le Dunkerquois Jacques DUQUESNE

De son propre aveu, toute sa vie, Jacques Duquesne a cherché à comprendre les raisons et le sens de la tragédie qui a touché de plein fouet le Dunkerquois en mai-juin 1940. 
« J'avais 10 ans en 1940, quand éclata la première grande bataille de la Seconde Guerre mondiale, en France, précise-t-il d’emblée dans son dernier livre, « Dunkerque 1940, une tragédie française », édité voilà quelques jours aux éditions Flammarion.

Elle se termina par la victoire du dictateur allemand Adolf Hitler. À Dunkerque, où je vivais. J'avais 10 ans, et je rêvais, je voulais, je croyais que les Français allaient gagner, comme ils l'avaient fait vingt ans plus tôt, sur la Marne et à Verdun. Mais j'ai connu le drame d'une défaite comme mon pays en avait rarement subi. Et j'étais au cœur de cette bataille. J'ai vu les troupes anglaises la quitter, pour rentrer chez elle. J'ai aussi assisté, dans ma rue, aux tristes défilés de milliers de prisonniers français dont bon nombre avaient protégé ce départ, en luttant jusqu'à la dernière nuit, au soir du 3 juin. » 

Couverture du livre de Jacques Duquesne

Couverture du livre de Jacques Duquesne

« Les élèves de Jean-Bart ne savaient rien 
des événements de 1940 ! »

À quelques jours de la sortie sur grand écran de « Dunkerque », la superproduction hollywoodienne de Christopher Nolan consacrée à l’Opération Dynamo, Jacques Duquesne a souhaité apporter sa contribution pour sortir cette « tragédie de Dunkerque » de l’oubli. 
« J’ai souhaité compléter ce qui sera présenté dans ce film, en rappelant le sacrifice des soldats français de 1940 pour que cette opération militaire rembarque un maximum de soldats alliés. 


Et puis surtout, je me souviens d’être venu voilà quelques années au lycée Jean-Bart . Lors de mes discussions avec les élèves, j’avais constaté qu’ils ne savaient rien des événements de 1940 ! Rien ! Ils ne savaient donc pas pourquoi leur ville était construite en briques rouges !"

Le minimum de connaissance

Le minimum de connaissance

Soixante-dix-sept ans après la bataille de Dunkerque, Jacques Duquesne n'a rien oublié de ces neuf jours tragiques, qu'il retrace dans son dernier livre. Surtout  cette journée du 27 mai 1940, « jour funeste des bombardements décidés par Goering, selon le même mode opératoire que celui qui avait rasé Guernica en 1937 ».

Ainsi que le lourd tribut payé par les soldats alliés (et principalement français) pour que l'Opération Dynamo soit un succès.
Le 4 juin 1940, alors que les troupes allemandes entraient dans Dunkerque, près de 340 000 soldats alliés avaient pris la route de l'Angleterre (dont plus de 120 000 Français). Le courage, la bravoure et le sacrifice des soldats belges, néerlandais et français a permis le succès de l'Opération Dynamo et sont les oubliés de l'Histoire. De même les 18 000 soldats alliés morts pendant cette bataille et les 35 000 soldats français, faits prisonniers sur nos plages. 

 

 
Evacuation vers l'Angleterre, à partir de Dunkerque

Evacuation vers l'Angleterre, à partir de Dunkerque

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

Etes-vous beurre ou huile ? ( N° 1636 )

Publié le par Quinquine1159

Dans le Nord- Pas de Calais, la tradition de la cuisine au beurre perdure. On met aussi systématiquement un morceau de beurre sur la table. 

En vacances en Bretagne, Quinquine voit cette même mise de table. Ceci étonne ses camarades de voyage, des Toulousains, des Gersois, des Narbonnais, donc des gens du Sud. 

 

Etes-vous beurre ou huile ? ( N° 1636 )

Un repas dans une crêperie, c'est l'assurance d'une crêpe au beurre salé, dont la taille dépasserait celle de l'assiette ! 

A la Normandie la crême, au Sud l'huile d'olive, au Nord le beurre  !

Crêpe au saumon en entrée !

Crêpe au saumon en entrée !

Publié dans Région

Partager cet article
Repost0

Les loisirs japonais s'installent en France et aiment les Nordistes ( N° 1635 )

Publié le par Quinquine1159

Du 7 au 9 juillet s'est tenu à Paris, le plus grand festival européen de la culture et des loisirs japonais. A cette occasion un concours était proposé aux graphistes freelances. Le thème: imaginer un personnage charismatique pour les 100 ans de l'animation nippone. 

Natacha, alias Natacha et Liiame, alias Emaiil,  deux jeunes graphistes du Nord de la France, figurent parmi les gagnants de ce concours "Japan Expo & Creads".  

Parmi les 243 créations, ils ont remporté ce challenge. 

Le concours de graphisme

Le concours de graphisme

Natacha témoigne : "Pour honorer les cents ans de l'animation nippone, j'ai voulu créer un petit personnage kawaii en puisant dans diverses références, comme Mon voisin Totoro, Kiki la petite sorcière, ou encore l'ensemble des créations du studio Chizu que j'affectionne particulièrement. J'ai choisi des couleurs pastels très douces qui correspondent à mon univers et qui sont en accord avec la personnalité que j'imagine pour ce personnage. " 

 

La douce création de Natacha

La douce création de Natacha

"L'idée du Yōkai m'est tout de suite apparue. C'est une créature surnaturelle du folklore japonais très présente dans l'animation nippone. Tout d'abord, j'ai procédé par croquis pour enfin arriver à un être mi-homme, mi-démon borgne. Ensuite, j'ai réalisé que la colorisation en CMJN rendait à mon personnage un aspect étrange et mystérieux." témoigne Liiame.

La création du garçon

La création du garçon

Nos jeunes ont du talent.                                                               (Infos : presse )

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

NINON, une fleur narbonnaise parmi les autres ( N° 1634 )

Publié le par Quinquine1159

Ninon est née le 26 décembre 2007 à 23 heures, un peu bleue mais rien d’alarmant. Elle se met à pleurer lors de sa toilette. Là, le pédiatre se présente au seuil de porte de la salle d’accouchement et le verdict tombe : « suspicion de trisomie 21 ».
Je ne réalise pas sur le moment, puis l’infirmière me l’amène pour le « peau à peau », effectivement, je la regarde et pour moi pas de pseudo suspicion, elle a « une trisomie 21 »      Et alors ! Ça ne change rien! C’est notre fille un point c’est tout.
Nous n’avons pas tout de suite réalisé que sa vie allait être un combat.
Au début, nous sommes dirigés vers le CAMPS, nous sommes à l’écoute des professionnels, nous suivons le protocole. Le programme : du kiné et de la psychomotricité. Ninon évolue bien, mais est-ce assez ?

Ninon trisomique

Ninon trisomique

Ninon est âgée de 4 ans, lorsque je tombe sur le blog de l’association de Lohan. Il n’est jamais trop tard. Cette entrevue nous a permis de connaître des méthodes non reconnues en France.

 

La première la méthode ADA* est d’éduquer et non de rééduquer les enfants.
Cette méthode préconise une éducation précoce et quotidienne, par le biais de stimulations multi sensorielles nécessaires pour une vie meilleure. Elle propose un programme personnalisé complet, cognitif et moteur, adapté à l’évolution de Ninon.

 

Puis nous avons complété cette méthode, avec la méthode Tomatis*. 
Elle porte sur les relations existant entre l’oreille et la voix, et par extension entre l’écoute et la communication : il s’agit, en fait de retrouver le désir de communiquer en apprenant à utiliser au mieux le système auditif dont on dispose. Cette méthode reste un bon complément à une prise en charge orthophonique classique.
Cette dernière poursuit de nombreux objectifs, elle :
entraine le travail de l’écoute,
améliore la capacité de perception,
stimule la motricité, 
augmente la concentration, 
améliore la manière de parler,
renforce la conscience de soi,
change le comportement,
donne de l’énergie,
réhabilite la motivation,
Un programme individuel est mis en place afin d’atteindre les objectifs propres à la problématique de chacun. En règle générale, les premiers stades du développement de l’oreille sont répétés au sein desquels apparaissent la plupart des dysfonctionnements de l’écoute. Le Brain Activator a la tâche la plus importante : travailler la musique de Mozart, les chants grégoriens ou la voix de la mère, de sorte qu’ils stimulent le cerveau et influencent positivement les réseaux neuronaux. De cela peuvent ressortir de nouvelles manières d’écouter, de communiquer et de se comporter. Il a été prouvé que l'entraînement de l’oreille selon Tomatis doit être effectué en parfaite tranquillité comme une cure, dans des conditions différentes de celles de la vie quotidienne. Une écoute intensive suivie de phases de repos permet le succès de la thérapie. 

Des méthodes peuvent aider Ninon.

Des méthodes peuvent aider Ninon.

 

Croyant plus que jamais aux bienfaits de ces méthodes ; nous décidons de donner vie à l’association « Ninon une fleur parmi les autres ! » afin d’acquérir le matériel nécessaire, le financement et la chaîne de bénévoles qui nous aidera à assumer ce programme quotidien.

Séjours de 5 jours sur Bordeaux avec un temps de repos de 6 à 8 semaines ainsi que, 2 journées à Saint-Trond en Belgique (une fois par an pour réaliser le Brain mapping), pour la méthode Tomatis et une journée sur Toulouse 2 fois par an, pour la méthode Ada, ont des coûts assez onéreux et difficilement réalisables, car ils ne sont pas reconnus par la sécurité sociale et autres organismes d’aide.

Aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir deux filles : Ninon et sa petite sœur Loli.

Association " Ninon une fleur comme les autres "

Association " Ninon une fleur comme les autres "

Ensemble nous avançons encore et toujours, dans le seul but que Ninon soit une adulte la plus autonome possible, dans une vie ordinaire, pour une enfant extraordinaire. 
Et pour réaliser ce rêve : nous avons besoins de VOUS !

Pour la deuxième année consécutive, une manifestation sportive (des courses à pieds) aura lieu à Narbonne, organisée par le comité Voltaire-Joffre.

Peut-on oublier ce problème du quotidien ?

Peut-on oublier ce problème du quotidien ?

Ce sera le samedi 29 juillet l'Urban Race 2017. Les bénéfices de l'après-midi iront à l'association "Ninon une fleur comme les autres". 

                                                          Renseignements pris sur le Net 

A Narbonne, une manifestation sportive de soutien à Ninon trisomique

A Narbonne, une manifestation sportive de soutien à Ninon trisomique

Publié dans associations

Partager cet article
Repost0

Vive les vacances dans les Hauts de France ( N° 1633 )

Publié le par Quinquine1159

Pour la petite Martine, "Vacances" rime avec "Hauts de France". Il y fait beau, les plages sont immenses, le sable est fin. Pas besoin d'aller plus loin, de perdre une journée de voyage, de faire des kilomètres et des kilomètres - même avec la clim dans une voiture que des bouchons vont ralentir et exaspérer papa.

" I am happy in Calais" disent les enfants de parents raisonnables.

" I am happy in Calais" disent les enfants de parents raisonnables.

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

Ami de l'hiver, le poireau s'invite en été. ( N° 1632 )

Publié le par Quinquine1159

Pour sa 18ème édition, le concours Eco Trophélia était organisé cette semaine au Palais des Papes à Avignon, dans le Vaucluse.

Une glace a fait sensation à ce prestigieux concours, qui porte sur l'innovation alimentaire. Ce produit original a été conçu par cinq étudiants d'Uni LaSalle à Beauvais, tous élèves-ingénieurs de 4ème année en Alimentation et Santé. Ils ont visiblement convaincu les professionnels de l'agroalimentaire puisqu'ils ont remporté deux trophées : le prix communication et marketing et le prix Argent du concours National. 
 

 

L'imagination a le pouvoir.

L'imagination a le pouvoir.

Ce produit, nommé "Légivrais" propose une redécouverte du poireau sous forme de glace onctueuse et sans additifs. Les informations télévisées nationales en ont parlé. Ce rafraîchissement est élaboré à partir de poireaux frais entiers, issus de l'agriculture raisonnée et locale (dans un emballage recyclé et recyclable). Avec cette glace salée, les jeunes étudiants veulent faire redécouvrir le plaisir du légume. Il leur aura fallu 36 recettes testées avant d'aboutir au produit final.
L'aventure ne s'arrêtera pas là. D'autres glaces de légumes Légivrais sont déjà à l'essai.
 

Une entrée qui plaira en été: la glace au poireau

Une entrée qui plaira en été: la glace au poireau

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

Les Montpelliérains vont pouvoir continuer à fureter. ( N° 1631 )

Publié le par Quinquine1159

Il y a à Lille, sur la Grand'Place, un temple pour les lecteurs. Bien sûr, maintenant, la Fnac l'a rattrapé. Mais les Lillois de souche se retrouvent toujours au Furet du Nord. Fidèles aux valeurs d'origine, les équipes du Furet ont à coeur d'offrir aux visiteurs, au delà d'un simple point de vente, un espace convivial où chacun peut "fureter" en toute liberté.

Les Montpelliérains vont pouvoir continuer à fureter. ( N° 1631 )

Pourquoi une librairie porte-t-elle ce nom ?

En 1936, un magasin de fourrures se transforme en librairie. On veut garder un trait d'union entre ce magasin et la tradition locale de la chasse aux lapins avec des furets.

Depuis 2011, l'enseigne, curieuse de tout par nature et ouverte aux opportunités comme aux nouvelles expériences commerciales,  sort de sa région pour se développer en région parisienne, tout en continuant d'évoluer dans ses métiers: création de rayon Loisirs créatifs, développement du numérique et du commerce cross-canal grâce à la refonte de son site www.furet.com

 Aujourd'hui, le Furet du Nord reprend un des deux magasins montpelliérains (qui gardent leur marque) et 50 salariés sur 120, accompagnant un plan social et transférant toutes les fonctions support sur Lille. 

Librairie Sauramps à Montpellier

Librairie Sauramps à Montpellier

 Il s’agit de la toute première opération de croissance externe du Furet du Nord et c’est une exclusivité : le tribunal de commerce de Montpellier lui a accordé en effet la reprise de Sauramps ( son équivalent à Montpellier avec deux magasins et un troisième à Alès ).

«  Nous ne faisons pas que saisir une opportunité, explique Pierre Coursières, président du Furet du Nord. Notre modèle de développement prévoit des opérations de rachat, car nous sommes les meilleurs en France pour fédérer les librairies régionales ».

 Face à des enseignes telles que Cultura ou Leclerc, face aussi aux géants du e-commerce. «  En parallèle de la logique froide et efficace d’Amazon, les gens ont besoin d’enseignes capables de leur apporter du conseil et de la proximité physique  », ajoute Pierre Coursières.

Le Furet du Nord emploie, avant ce rachat, 420 salariés dans 16 magasins (un 17ème cet automne à Saint-Quentin-en-Yvelines) pour 85 M € de chiffre d’affaires.

Publié dans Région

Partager cet article
Repost0

Mère-enfant ( N° 1630 )

Publié le par Quinquine1159

Aujourd'hui, en France, un accouchement se passe dans des conditions médicales optimales. Au 16ème siècle, Anne de Bretagne eut 9 enfants, dont seulement 2 survécurent. En 1800, la mère du P'tit Quinquin donne sans doute de la maternité une image idéale. Aujourd'hui, en Asie et en Afrique subsaharienne, en Amérique du Sud, plus de 2 millions de femmes vivraient avec des fistules obstétricales non traitées.

Conséquence directe d'accouchements dans de mauvaises conditions sanitaires liées à la pauvreté, cette maladie se traduit par une incontinence chronique, avec parfois la paralysie des membres inférieurs. 

En l'absence de traitement adapté, elle peut dégénérer en infection rénale

et provoquer le décès de l'accouchée .

Faute d'un personnel médical qualifié, elle aboutit également dans la plupart des cas

à la mort du nouveau-né.

 

Quand elle ne tue pas, cette maladie, considérée comme honteuse, conduit 

à l'isolement social et familial des femmes qui en souffrent.

Mère-enfant ( N° 1630 )

Ces sourires de mères de petits Quinquin de Madagascar devraient nous inciter à soutenir les actions de l'Ordre de Malte à l'international, en faveur du programme mère-enfant.

Mère-enfant ( N° 1630 )

Aider "l'Ordre de Malte" c'est protéger ce qu'il y a de plus fragile: la vie. 

A Madagascar, l'association a un programme sur 3 ans, pour 200 femmes. 3 chirurgiens locaux et du personnel paramédical seront formés.

On y dénombre par an 5.000 nouveaux cas de fistule obstétricale.

 

Publié dans associations

Partager cet article
Repost0

Puisque vous avez Paris-Roubaix, vous n'êtes pas dans l'actualité. ( N° 1629 )

Publié le par Quinquine1159

La grimace

La grimace

Beaucoup de cyclistes dans les Hauts de France ! Ils ont Leur Tour, le bien aimé Paris-Roubaix !

Mais en cette année 2017, pour applaudir le 104 ème Tour de France, ils devront aller en Belgique ou à Paris. C'est d'ailleurs la deuxième année consécutive que l'itinéraire ne passe pas chez eux.

L'itinéraire 2017 est à l'est.

L'itinéraire 2017 est à l'est.

Donc, les Nordistes reporteront leurs espoirs sur le jeune Arnaud Démare, 26 ans. C'est la 3ème fois que le Beauvaisien s'aligne au départ du Tour de France, sans jamais remporter le succès. Il a pourtant de belles victoires à son actif: un Paris-Dunkerque, le Critérium du Dauphiné....

Des parcours lui ont réussi.

Des parcours lui ont réussi.

2017 pourrait bien être la bonne année pour lui.

Avec un jeu de mots facile, on dira que l'Oisien démarre fort. Car, au premier jour, il finit  à la 59ème place, sur plus de 200 partants,  à 49 secondes du premier.

A suivre...

 

 

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2