Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a seize ans, une commune de l'AUDOMAROIS avait elle-même subi de graves inondations. ( N° 1922 )

Publié le par Quinquine1159

Cinq jours après les inondations, les habitants de l'AUDE pansent leurs plaies.

Des maisons à vider, des routes à nettoyer, des vies à reconstruire, et surtout quatorze morts à pleurer.

La ville de TREBES (11800), la plus touchée par les inondations d'octobre 2018 dans l'Aude

La ville de TREBES (11800), la plus touchée par les inondations d'octobre 2018 dans l'Aude

A plus de 800 kilomètres de là, à BLENDECQUES, près de SAINT-OMER, le sort de ces sinistrés ne laisse pas indifférent. D'autant plus que la commune a elle-même beaucoup souffert, en mars 2002, lors d'une crue exceptionnelle de l'AA.

La ville de BLENDECQUES( 62575) touchée par les inondations en 2002

La ville de BLENDECQUES( 62575) touchée par les inondations en 2002

Les habitants se sont mobilisés dans un grand élan de solidarité.    "Moi je pars toujours du principe que je préfère aider qu'être aidé !" confie le maire (SE) de BLENDECQUES Rachid Ben Amor. "On a de la chance ici, donc on renvoie l'ascenseur !"

Dans l'AUDE, le besoin d'être aidé est manifeste.

Dans l'AUDE, le besoin d'être aidé est manifeste.

Cette Audoise parvient à sourire malgré la perte de ses biens matériels.

Cette Audoise parvient à sourire malgré la perte de ses biens matériels.

Lundi, un chauffeur de poids lourd bénévole et plusieurs élus de cette ville du PAS de CALAIS transporteront les dons vers TREBES, encore une fois touchée après l'attentat du mois de mars.

Peut-être pour la sinistrée audoise de la part d'un(e) Blendescquois(e)

Peut-être pour la sinistrée audoise de la part d'un(e) Blendescquois(e)

Pour ceux qui ont tout perdu, tout sera bienvenu.

Pour ceux qui ont tout perdu, tout sera bienvenu.

Publié dans Région

Partager cet article
Repost0

Aude fleurie, Aude meurtrie ( N° 1920 )

Publié le par Quinquine1159

Nous, gens des hauts de France, venions en vacances trouver le soleil, bronzer, nager dans une eau plus chaude que celle de la Mer du Nord.

Dans nos journées pluvieuses, nous avons envié la nature généreuse avec les gens du sud et nous avons rêvé du jour de la retraite où la vie serait plus facile au soleil, comme dit la chanson.

L'eau de l'Aude est aujourd'hui boueuse, violente, gourmande de champs et indifférente aux maisons qu'elle viole, aux objets qu'elle macule, aux corps qu'elle emporte, aux traces qu'elle imprime dans les esprits.

Tout le paradoxe doit nous sauter aux yeux dans cette image :

Aude fleurie, Aude meurtrie ( N° 1920 )

Publié dans Région

Partager cet article
Repost0

Le prix des patates, le prix des frites ( N° 1919 )

Publié le par Quinquine1159

On les aime longues et charnues ou petites et croustillantes.... En toute saison, toutes circonstances, les frites nous régalent. J'ajouterai : comme dans l'Nord, avec de la mayonnaise ou du ketchup !              Un petit plaisir qui coûte entre 2 et 2,5 € le cornet.

Le prix des patates, le prix des frites ( N° 1919 )

 "Il a fait sec tout l'été. Le prix des patates a augmenté, voilà... J'ai déjà eu une hausse de 5%", résume simplement Olivier Bodart, gérant de friterie à BRAY-Dunes (Nord).  A cause de la sécheresse, le prix des pommes de terre flambe. Le prix de vente de la tonne de patates est en train de passer de 100 à 250 euros.

Le prix des patates, le prix des frites ( N° 1919 )

Dans de nombreuses friteries, les pommes de terre nouvelles sont arrivées et leur taille n'a rien à voir avec celles de l'an dernier. 


 "D'habitude, c'est comme çaet cette année, c'est beaucoup plus petit" explique Jean Pierre Verhaeghe, autre gérant de friterie, en montrant des grosses et des petites pommes de terre.

Le prix des patates, le prix des frites ( N° 1919 )

Alors la répercussion pourrait se faire à terme sur le prix du cornet.        Des frites plus chères donc, mais aussi plus petites. 

Mais ce n'est pas pour l'instant car les prix ont été négociés avec le producteur l'an dernier, bien avant l'épisode de sécheresse. A suivre !

Le prix des patates, le prix des frites ( N° 1919 )

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

MAX aiderait bien au tri des déchets. ( N° 1918 )

Publié le par Quinquine1159

 Il s'appelle MAX AI: ce robot dopé à l'intelligence artificielle permet à Veolia d'automatiser un peu plus le tri des déchets ménagers, nouvelle étape dans la modernisation des centres de tri en France afin d'améliorer le recyclage.

MAX aiderait bien au tri des déchets. ( N° 1918 )

Installé depuis juin sur un site du groupe à AMIENS, Max AI, fabriqué par une société américaine, est capable de reconnaître certains types de déchets indésirables sur le tapis roulant d'une chaîne de tri et, avec un bras articulé, de les en écarter.

"Nous l'avons installé sur une chaîne de déchets fibreux (petits papiers et cartons), et on lui demande de reconnaître et d'enlever tout ce qu'on ne veut pas, par exemple des pots de yaourt ou des canettes en aluminium"  explique la  directrice technique et performance France du groupe.

MAX aiderait bien au tri des déchets. ( N° 1918 )

 "C'est une première européenne sur une chaîne de tri de déchets ménagers", assure le directeur de la branche Recyclage et valorisation de Veolia pour la France, qui n'a pas souhaité préciser le coût d'acquisition et de mise au point du robot.

Veolia a notamment mobilisé sa recherche et développement, avec une équipe dédiée à l'intelligence artificielle créée il y a cinq ans, et qui mobilise 200 chercheurs en lien avec un réseau de 800 experts.

Celle-ci a formé l'algorithme de Max AI à reconnaître des dizaines de milliers de types d'objets.

MAX AI dans sa cage

MAX AI dans sa cage

Le robot peut effectuer 3.600 gestes de tri par heure, contre environ 2.200 pour un opérateur humain.

Pour l'instant, il apprend et a encore des ratés. Un opérateur passe donc derrière lui pour une ultime sélection.

MAX aiderait bien au tri des déchets. ( N° 1918 )

"Les robots vont diminuer le nombre d'opérateurs sur les opérations les plus complexes, les plus sales, mais il y en aura plus sur le contrôle-qualité. Et étant donné le volume de déchets qu'on va devoir traiter à l'avenir, on n'anticipe pas de baisse d'emploi", alors que les centres de tri emploient de nombreuses personnes en insertion.

Car la France s'est fixé comme objectif de réduire de moitié le volume de déchets mis en décharge d'ici à 2025, ce qui implique de mieux trier pour améliorer le recyclage, et surtout de recycler 100% des plastiques à cet horizon, contre autour de 26% aujourd'hui.

Dès 2022, tous les Français devront aussi mettre dans leur poubelle dédiée aux déchets à recycler tous les emballages,  y compris les pots de yaourt, les barquettes alimentaires, qui vont actuellement dans la poubelle "grise" .

Les collectivités et les professionnels s'attendent donc à une augmentation massive du volume de plastiques à collecter et à trier.

 

MAX aiderait bien au tri des déchets. ( N° 1918 )

"Quarante centres de tri auront été modernisés d'ici la fin de l'année".

                                                                  Publié par L'OBS    le 11 octobre 2018

Publié dans Région

Partager cet article
Repost0

Raymond BOUCLY fier d'avoir été un mineur de fond. ( N° 1917 )

Publié le par Quinquine1159

Raymond BOUCLY avait été mineur de fond, "à l'fosse" comme il disait.

Il était venu passer sa retraite au soleil et sous un ciel bleu.

Il était fier de son passé dont il avait ramené sa lampe de mineur. De sa terre natale,  il avait gardé le goût des poireaux.  Pour renouer avec ses racines, il avait tout naturellement intégré l'association des Ch'tis du Narbonnais : "Le P'tit Quinquin" .

Il avait 87 ans et nous a quittés le 11 septembre 2018.

Marie-Jo et Jean-Claude ont entouré sa famille aux funérailles à COURSAN.

Raymond BOUCLY

Raymond BOUCLY

La photo date de 2006.

Ce jour-là, Raymond était tout heureux, car il venait d'être arrière-grand-père et nous amenait le bébé. On le voit ci-dessous avec sa femme Madeleine et sa fille Béatrice.

On comprend qu'Aaron a aujourd'hui 12 ans et a pu trop peu bénéficier de ses messages. Or oui, dans le Nord c'est quelque chose un  "Papy" !

Raymond, Béatrice et Madeleine

Raymond, Béatrice et Madeleine

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

La bière au cassoulet ( N° 1916 )

Publié le par Quinquine1159

Si on était le 1er avril, on ne se ferait pas prendre.

Mais c'est aujourd'hui 12 Octobre, le journal "La Dépêche du Midi" qui l'écrit à la une.    Je recopie intégralement l'article, car je ne me prononcerai pas davantage, sauf sur le jeu de mot très bon.

La Cassoul’ale… Qu’es aquo ?

Comme son nom l’indique, ou ne l’indique pas d’ailleurs, c’est une bière au cassoulet.

Une hérésie pour les puristes du cassoulet – et ils sont nombreux à Castelnaudary, qui se pique d’en être la capitale mondiale — comme pour les amateurs de bière.

Une curiosité à découvrir pour les plus courageux et, pour ceux qui l’ont conçue. C'est le résultat d’un concours lancé à l’occasion de l’Octobière, un festival qui se tient à Toulouse du 11 au 14 octobre.

 

Les concepteurs

Les concepteurs

Haricots, canard, saucisse, couenne, bouquet garni… notre duo a tout mis.

« Nous avons d’abord fait cuire les haricots à part, en les travaillant comme une céréale pour apporter un peu d’alcool à la bière. Nous les avons sortis et mis à l’empâtage, c’est le moment où l’on extrait le sucre des céréales », détaille Benjamin. Parce que oui, il y a fort heureusement des céréales à hauteur de 80 %, complétées de 20 % de haricots. Des haricots de Castelnaudary ?  Oui, des lingots traditionnels », nous rassure le brasseur.

Et le confit ?

« Le problème, c’est que si l’on met du gras, on n’a pas de mousse. Nous avons donc fait revenir à part carcasses de canard et saucisse de Toulouse – nous n’en avons pas trouvé de Castelnaudary – couenne, ail, oignon, carottes, bouquet garni, déglacé avec de l’armagnac. Une fois le tout bien réduit, le jus concentré a été rajouté pendant la fermentation, ce qui a aromatisé la totalité de la bière ».

 La bière au cassoulet ( N° 1916 )

C'est bon ? «On ne peut pas dire ça. C'est particulier, mais au nez, on a bien l'arôme du cassoulet et, en bouche, le côté soyeux du haricot, de même que le goût de la viande qui revient bien».

Benjamin est même prêt à faire goûter sa bière aux Chauriens. Qu'en penseront-ils, eux qui sont si prompts à défendre leur plat ?

Nous l'avons demandé à quelques-uns d'entre eux. Curieux, amusés ou perplexes, l'un d'eux a répondu sans tabou :

Éric Rousselot  Restaurateur, amusé. " C'est rigolo. En plus de roter, les buveurs de cette bière vont péter. C'est la double fermentation. Je n'aurais jamais eu l'idée de faire une chose pareille. Et puis, que va-t-on manger avec ? Du cassoulet ?  "

 La bière au cassoulet ( N° 1916 )

Publié dans Région

Partager cet article
Repost0

Menace en mers du Nord ( N° 1915 )

Publié le par Quinquine1159

Je doute que vous ayez regardé ce documentaire sur Fr3, car il passait lundi 8 octobre après le Soir3, c'est-à-dire vers 0heure30.

Connaître cette menace peut être source de peurs. C'est une alerte que les scientifiques devraient prendre très au sérieux et malheureusement personnellement nous n'y pouvons rien.

Menace en mers du Nord ( N° 1915 )

Les stocks des bombes de gaz moutarde issus de 14/18 et ceux des armes chimiques provenant de la 2nde Guerre Mondiale ont été jetés au fond des mers du Nord puis oubliés.

C’était la solution la plus simple qu’on avait trouvée pour s’en débarrasser.

La France, la Belgique et l’Allemagne sont les pays les plus touchés. Leurs littoraux forment un vaste tapis de bombes toxiques.

 

Les barils mettent entre 80 et 100 ans à rouiller : ils commencent actuellement à diffuser leur poison dans la mer. Il suffirait que 16 % des substances s’échappent pour éradiquer toute forme de vie sous la mer pendant des siècles. 

Menace en mers du Nord ( N° 1915 )

"Que faire des 300 000 tonnes découvertes dans le sillage des vaincus ?

 Comme après la Première Guerre Mondiale, il est décidé de déverser ses armes chimiques en mer, mais cette fois dans des fosses de l'Océan Atlantique, à des profondeurs supérieures         à 1 000 mètres."

L'Allemagne et la Belgique -dont le budget militaire est faible- travaillent sur des solutions, alors que la France ne fait rien. 

 

Menace en mers du Nord ( N° 1915 )

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

Charles Aznavour exigea des bouteilles de grand cru dans sa loge à BERCK ( N° 1913 )

Publié le par Quinquine1159

 Le président du Festival de la Côte d’Opale, avait programmé Charles Aznavour à BERCK ( Pas de Calais ). Il se souvient d’avoir dû chercher des bouteilles de vin un dimanche...

«  Cela devait être en 1992 ou 1993.  Le matin-même, on avait reçu un document de celui qui était à la fois son chauffeur, son manager, nous demandant de fournir quatre ou cinq bouteilles de vin.  » Et pas n’importe quel vin : du grand cru classé…

 

Allez donc trouver des flacons aussi prestigieux, un dimanche, à Berck ou dans les environs !  

                           Charles Aznavour  exigea des bouteilles de grand cru dans sa loge à BERCK  ( N° 1913 )

«  Finalement, Francis Senet, de la ville de BERCK s’est chargé de la mission.  » Avec une pression certaine.

«  Quand on a eu le grand vin en notre possession, le fameux chauffeur nous a téléphoné de Paris, avant de prendre la route pour la Côte d’Opale, afin qu’on lui lise les étiquettes, pour voir si on ne s’était pas trompé…  »

                           Charles Aznavour  exigea des bouteilles de grand cru dans sa loge à BERCK  ( N° 1913 )

Charles Aznavour était un grand amateur de vin et surtout du terroir français .

 

                           Charles Aznavour  exigea des bouteilles de grand cru dans sa loge à BERCK  ( N° 1913 )

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

Voyage annulé, voyage reporté ( N° 1914 )

Publié le par Quinquine1159

Le 15 avril, l'article n° 1829 annonçait un voyage d'une journée intitulé "La grande Bleue".

Ce voyage avait été annulé faute de participants. Il est reporté au dimanche 21 Octobre

Voyage annulé, voyage reporté ( N° 1914 )

Donc les amateurs d'huîtres se réjouissent de cette annonce et attendent de bons moments de navigation et de découverte (ou redécouverte) d'une partie de la côte méditerranéenne, qui les amèneront au Grau d'AGDE.

Voyage annulé, voyage reporté ( N° 1914 )

Publié dans Région

Partager cet article
Repost0

Un plat qui ressemble, de prime abord, à une blague : les pâtes à la cassonade. Chez nos voisins belges, la recette tient à l’histoire du pays. ( N° 1912 )

Publié le par Quinquine1159

Vous pensiez que la cassonade, autrement appelée vergeoise dans le Nord, n’était réservée qu’aux desserts ? Faux !

Chez nos amis belges, ce sucre si particulier (obtenu grâce à la cristallisation d’un sirop de sucre Candi) a longtemps servi à garnir les pâtes.

L’émission gastronomique et humoristique « C’est bon c’est belge » de la RTBF revient sur cette tradition culinaire . En effet, comme l’expliquent les journalistes, les Belges (surtout en Wallonie il semblerait) n’utilisaient pas de sauce à la tomate avant la Seconde Guerre mondiale.

Ils avaient donc coutume d’assaisonner leurs macaronis avec un mélange de cassonade et de sucre. Une gourmandise qu’on prenait en plat principal. Il était même de tradition, d’user d’un long macaroni pour aspirer la sauce, en faisant du bruit, évidemment !

Les Belges doivent aux Italiens qui se sont installés après la Seconde Guerre l’introduction de la sauce tomate. Et le tourisme transalpin a fait le reste. Cet échange a sonné le glas de la sauce à la cassonade.

 

Un plat qui ressemble, de prime abord, à une blague : les pâtes à la cassonade. Chez nos voisins belges, la recette tient à l’histoire du pays. ( N° 1912 )

Quinquine, qui est allée une année en pension en Belgique, a connu ce plat servi au réfectoire. Elle en a gardé un bon souvenir.

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 > >>