Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

N° 2053 ) Le coeur était dans le regard de José.

Publié le par Quinquine1159

José avait choisi ces paroles de Jacques BREL:

"Le rire est dans le coeur.

 Le mot dans le regard."

Moi, je dis à propos de José:

" Le rire était dans son regard.

  Les mots dans son coeur."

José LEVAQUE

José LEVAQUE

Malheureusement les Ch'tis du Narbonnais n'entendront plus ni son rire, ni ses mots. 

Cet adhérent est décédé le 29 mars 2020 à CONILHAC des Corbières, où il habitait.  Il était né à PERWEZ ( Belgique ) le 20 juillet 1948.

Notre amitié et nos témoignages de sympathie sont allés droit au coeur de sa famille qui nous a remerciés.

Partager cet article
Repost0

N° 2052 ) François BOUCQ de LILLE à NEW-YORK

Publié le par Quinquine1159

La critique le dit " au sommet de son art ".

Ce Lillois de naissance est fasciné par les métropoles grouillantes. " Les flics, les ruelles, les poubelles, les bouches d'égout, les papiers gras qui volent, la poussière ou la pénombre... Même un mur mangé par l'humidité ou couvert de tags, c'est un vrai plaisir de dessinateur." dit-il.

Ce dessinateur de B.D. est François BOUCQ.

François BOUCQ

François BOUCQ

Il voulait continuer à explorer les personnages de "Little Tulip" qui racontait l'histoire d'un tatoueur russe évadé du goulag stalinien, réfugié à New-York vers 1970 et qui a pris sous son aile une fillette eurasienne nommée AZAMI

Little Tulip

Little Tulip

           François BOUCQ publie un nouvel album avec le romancier Charyn :          " NEW-YORK cannibals ".

Cet album très au-dessus du lot, qui se lit à cent à l'heure, raconte les péripéties d'une femme flic culturiste, découvrant un bébé abandonné dans une poubelle, dans une ruelle malfamée du New York des années 90.

L'intrigue est tendue comme un arc. Boucq (et Charyn) développent autour des deux héros une sorte de cour des miracles, éclopés de la vie, monstres en tout genre, gangsters patentés, politiciens véreux, agents gouvernementaux vicieux...                 

Couverture de la B.D.

Couverture de la B.D.

Sur "New York Cannibals", François Boucq est intarissable:

 «J'ai voulu représenter une sorte de Madone testostéronéeLorsqu'il découvre l'image, le lecteur commence par porter son regard vers le bébé. Puis, les yeux remontent insensiblement vers le visage de l'héroïne en suivant ses bras puissants et exagérément musclés.  Le tout forme une sorte de spirale. J'ai voulu sciemment créer une dynamique entre Azami et le bébé. Comme si je signifiais graphiquement qu'entre elle et ce nourrisson quelque chose tournait rond. L'héroïne est une mère un peu atypique, presque asexuée. On ne voit presque que du muscle et un bébé sur l'image. Il y a une énergie en elle, mais aussi le sentiment de la maternité. Il y a clairement une inspiration liée à l'imagerie chrétienne dans cette image. Je voulais que les lecteurs puissent inconsciemment penser à une madone, une vierge à l'enfant. Au centre du dessin, ce bébé est un noyau d'innocence. Un élément de candeur pure... Et l'on comprend qu'en réalité, c'est lui qui adopte l'héroïne. C'est lui qui choisit sa mère...»

Azami et le bébé trouvé

Azami et le bébé trouvé

Au milieu de l'album, François BOUCQ met en scène une course-poursuite en voiture digne de la légende...   "Je voulais avant tout mettre en scène une poursuite en voiture urbaine dans la folie nocturne d'un New York hors de contrôle, poursuit Boucq. J'ai surtout joué de la science du cadrage. En mettant parfois mon regard en dessous des calandres de véhicules, pour obtenir l'effet que je désirais."

N° 2052 ) François BOUCQ de LILLE à NEW-YORK

Le dessinateur François Boucq et le romancier américain Jérôme Charyn savent qu'avec  "NEW-YORK CANNIBALS ", bande dessinée en forme de thriller haletant et noir, empreint d'une belle spiritualité, qui plonge dans les entrailles du New York des années 90, ils ont frappé un grand coup.

Le résultat laisse pantois les amateurs de B.D.

Partager cet article
Repost0

n° 2051 ) Personne ne mérite de vivre dans la rue.

Publié le par Quinquine1159

Delphine BARTHE a été très marquée par un film irlandais « Rosie Davis » sur une famille qui bascule dans la précarité suite à un accident de la vie. Ils n’avaient pas d’assurance habitation, leur maison avait pris feu et ils n’avaient plus rien. Les parents avaient été obligés de placer leur petite fille.

Affiche et photo du film qui a marqué Delphine BARTHE
Affiche et photo du film qui a marqué Delphine BARTHE

Affiche et photo du film qui a marqué Delphine BARTHE

Delphine BARTHE est une femme du Nord. Elle souhaitait faire du bénévolat. 

Un jour, dans une rue de LILLE, elle tombe sur une famille à la rue dont la mère est enceinte. Elle la loge temporairement dans un appartement vacant de ses parents.

Famille à la rue

Famille à la rue

Changeant d'orientation professionnelle, elle décide alors d'agir comme un intermédiaire de location sociale.

Cela peut parfois prendre beaucoup de temps pour trouver un logement social à quelqu’un en difficulté, et pendant ce temps, sans logement, il tombe et souvent, ne se relève pas. Elle veut empêcher les démunis de tomber.

Delphine BARTHE

Delphine BARTHE

Elle crée une plateforme locale : Stirrup. En anglais, Stir up signifie soulever, donner une chance. La raison d’être de cette entreprise est que le logement est une évidence. Un accident de la vie est très vite arrivé et peut toucher chacun d’entre nous. 

 « Stirrup est une main tendue qui peut faire la différence. C’est une bouffée d’air, puis un tremplin pour reconstruire sa vie. La maison, c’est la stabilité et la sécurité. Sans logement, il est très compliqué de trouver du travail et d’élever ses enfants.»

n° 2051 ) Personne ne mérite de vivre dans la rue.

Comment fonctionne Stirrup ?

Delphine explique : « Stirrup permet à des propriétaires qui ont des logements vacants de les mettre à disposition,  de manière encadrée et sécurisée, à des personnes qui ne peuvent pas avoir accès au logement par les chemins traditionnels: toutes les personnes en situation légale sur qui je peux avoir un impact en 6 mois : les exilés qui ont un statut de réfugiés et qui peuvent travailler, les jeunes qui sortent du système d’aide sociale à l’enfance, le travailleur sans toit qui habite dans sa voiture, les femmes victimes de violence, les personnes éligibles à faire des demandes prioritaires de logements sociaux

n° 2051 ) Personne ne mérite de vivre dans la rue.
n° 2051 ) Personne ne mérite de vivre dans la rue.
n° 2051 ) Personne ne mérite de vivre dans la rue.
n° 2051 ) Personne ne mérite de vivre dans la rue.
n° 2051 ) Personne ne mérite de vivre dans la rue.

Stirrup s’adresse aux propriétaires privés pour lesquels le fait de recevoir un faible loyer ne met pas en péril leur situation économique. Cela s'adresse aussi aux structures telles que les bailleurs sociaux ou marchands de biens, pour qui avoir des logements vacants représente un risque de dégradation ou un coût supplémentaire de leur parc locatif. 

n° 2051 ) Personne ne mérite de vivre dans la rue.
n° 2051 ) Personne ne mérite de vivre dans la rue.

Delphine démontre que « social » peut s’accorder avec « business ». Dans le modèle proposé, tout le monde est gagnant : des personnes en marge du système trouvent un intérieur, socle pour reconstruire leur vie. Et une solution est trouvée pour rentabiliser des logements vacants.

N.B: C'est une solution transitoire de 3 à 6 mois. Elle utilise le mécanisme de la défiscalisation solidaire, dispositif légal aujourd’hui trop peu utilisé. Les propriétaires en attente de vente de leur bien bénéficient d'une exonération fiscale de 60°/° au titre de don en nature.  

L’ambition de Delphine est d’avoir mis 3000 personnes à l’abri dans deux ans.

n° 2051 ) Personne ne mérite de vivre dans la rue.

  Ndlr: Beaucoup d'articles de presse et une recherche personnelle d'illustrations des propos.

Partager cet article
Repost0

N° 2050 ) ROUBAIX a noué un lien avec Camille CLAUDEL.

Publié le par Quinquine1159

Depuis que James Cochran, alias Jimmy C, a commencé à faire apparaître son portrait rue du Maréchal-Foch, les passants s’arrêtent, photographient l’œuvre, interrogent l’artiste sur l’identité de cette femme en peinture.

N° 2050 ) ROUBAIX a noué un lien avec Camille CLAUDEL.

Réalisée dans le cadre du festival des expériences urbaines, l'oeuvre est finie. Son visage attire la lumière, autant que les regards. 

C'est une fresque en noir et blanc, située près de l’hôtel de ville, qui crée une jolie passerelle entre l’art urbain et le musée La Piscine de ROUBAIX.

Elle est inspirée d'une photo d'une artiste à l'âge de 20 ans.

Modèle pour l'art de rue

Modèle pour l'art de rue

Il s’agit de Camille Claudel (1864-1943), comme sortie des murs

La fresque peinte au square Camille Claudel est donc comme un prolongement du musée « Pour nous, c’était l’idéal d’avoir cette fresque qui fasse référence à Camille Claudel          à cet endroit »

Le musée compte de nombreuses oeuvres de la sculptrice Camille CLAUDEL, dont "l'Abandon". 

Touchant abandon suppliant

Touchant abandon suppliant

Source: Le Figaro

Partager cet article
Repost0

N° 2049 ) Langues régionales dans les Hauts de France

Publié le par Quinquine1159

Xavier Bertrand a pris la plume.

Il s’adresse directement au ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer.

Il faut dire que l’an passé, son courrier à la Rectrice n’avait été suivi d’aucun effet.

N° 2049 ) Langues régionales dans les Hauts de France

Le président de la Région cite le président Macron qui a dit en 2018 : « Les langues régionales jouent leur rôle dans l’enracinement qui fait la force des régions. Nous allons pérenniser leur enseignement. Je souhaite que cette déclaration soit suivie d’effet »

N° 2049 ) Langues régionales dans les Hauts de France

Xavier Bertrand explique que la Région « a toujours défendu et continuera de défendre l’apprentissage des langues régionales que sont le flamand et le picard et leurs acteurs qui manquent malheureusement de reconnaissance institutionnelle et de visibilité. »

N° 2049 ) Langues régionales dans les Hauts de France

 Les Maires de Wormhout, Volckerinckhove, Noordpeene, Buysscheure et Ochtezeele avaient écrit à la Rectrice, pour exiger le retour des cours de flamand    dans les écoles.

Ces noms de villages ont des consonnances qui ne nous sont pas familières.

Certes les habitants sont près de la frontière belge. Les enfants ont souvent été imprégnés d'expressions, notamment auprès des aëux. C'est peut-être la raison de la carte du Nord ci-dessous :

N° 2049 ) Langues régionales dans les Hauts de France

Les Hauts-de-France vont signer le pacte linguistique aux côtés de l’État pour protéger le français, mais aussi les langues régionales.

En sciences Humaines, l'Université de Lille donne des cours de parler picard. L'Université Picardie d'Amiens l'enseigne toujours. Mais pour les lycées, le Rectorat freine. Il faudrait aussi ajouter le déviant parler ch'ti ! 

Il y aura du travail, jugez-en par les images suivantes illustrant le picard et le flamand:  

N° 2049 ) Langues régionales dans les Hauts de France
N° 2049 ) Langues régionales dans les Hauts de France
N° 2049 ) Langues régionales dans les Hauts de France
N° 2049 ) Langues régionales dans les Hauts de France

On a déjà connu un tel débat en Bretagne, en Occitanie, en Alsace... où existent des écoles bilingues.

On a pourtant mis en littérature des oeuvres en langues régionales.

etc..
etc..
etc..
etc..

etc..

Ndlr: Il y a environ 1 mois, l'info mentionnant la lettre de Xavier Bertrand a été relayée dans la presse régionale -dont je me suis inspirée.

Partager cet article
Repost0

Guy BELEGAUD ce Calaisien qui fait les décors d’HOLLYWOOD

Publié le par Quinquine1159

Je connais bien ses parents et j'ai déjà parlé de lui dans ce blog au numéro 1402.

 

Guy BELEGAUD est originaire de CALAIS et travaille sur les décors des plus grands films d’HOLLYWOOD depuis trois décennies.

 

Guy BELEGAUD

Guy BELEGAUD

Le 6 septembre, le quotidien régional NORD-LITTORAL lui a consacré un article dont nous tirons la quasi intégralité de cet article.

Au départ, Guy n’était pas vraiment destiné à travailler dans le cinéma. Il fait d’abord des études pour être menuisier, puis fait son service militaire, avant de devenir policier pendant 5 ans à Paris. C’est là que son destin prend un tournant : "J'ai rencontré des policiers américains, donc je suis allé en vacances en CALIFORNIE, et j'ai décidé de prendre des années sabbatiques et de partir aux ETATS-UNIS en 89.

Il trouve l’amour sur place, et parvient, grâce à des amis à rentrer dans les studios après un an de galère."

Guy BELEGAUD ce Calaisien qui fait les décors d’HOLLYWOOD

" Mais comment en arrive-t-on à travailler sur les plus grosses productions d’Hollywood ? Il nous raconte son parcours hors du commun.

« J'ai commencé à travailler sur le film Evil 3: Army of Darkness de Sam Raimi et ils ont apprécié mon travail, alors ils m'ont gardé ! »

Il continue de travailler sur divers projets, et accède bientôt au statut de travailleur syndiqué. « C'est un peu comme la Ligue 1 de ce travail: les syndiqués ont des avantages sociaux, une bonne assurance, une bonne retraite. »

Guy BELEGAUD ce Calaisien qui fait les décors d’HOLLYWOOD

Au début des années 2000, il travaille notamment sur des grosses productions du réalisateur Sam Raimi, comme SPIDER-MAN 1 et 2. « Sur le 1, je me suis occupé de l'effondrement du balcon. C'était mon premier décor en tant que contremaître des studios ! »  La pression est là, mais tout se passe bien.

« Dans le 2, je me suis occupé du wagon pour la scène du train, qui a été tournée à CHICAGO. On a dû en reconstruire un en aluminium et il fallait que toutes les vitres et les portes soient amovibles pour laisser passer les caméras. »

Un sacré défi professionnel !

Guy BELEGAUD ce Calaisien qui fait les décors d’HOLLYWOOD

C’est aussi dans les années 2000 qu’il commence à travailler pour Christopher Nolan. « J’ai rencontré son directeur artistique. J’ai travaillé sur le Dark Knight, par exemple. Vous voyez la scène où l’hôpital explose ? On a récupéré un vieil hôpital à Chicago qui était squatté par des drogués. On a refait le parking et remis trois étages en état. Au moment de l’explosion, on a dû fermer l’autoroute et le train… » 

Guy BELEGAUD ce Calaisien qui fait les décors d’HOLLYWOOD

 Il travaille aussi sur Dunkirk en 2014, pour lequel il dessine la jetée de 120 mètres de long. « C’est ma plus grande fierté », affirme-t-il.

Pour concevoir la jetée du film Dunkirk, Guy est revenu en France pour quatre petits jours le temps de prendre des mesures, et il a ensuite commencé à la dessiner une fois rentré en Amérique du nord. « Le bois qui a servi à la construire a été acheté auprès d’un négociant à GUINES dans le PAS-de-CALAIS ! »

Guy BELEGAUD ce Calaisien qui fait les décors d’HOLLYWOOD

Mais malgré toutes ces grosses productions sur lesquelles Guy a pu travailler, TENET est encore à un autre niveau. « Je crois que TENET est la plus grosse production sur laquelle j’ai travaillé.

Pour ce film, en 2019, j’ai passé quatre mois à LOS ANGELES , deux mois à Talinn en ESTONIE et deux mois à MUMBAI (Bombay). Au plus fort, pour la scène de la course-poursuite sur l’autoroute, on était 850, sans compter les acteurs… » Une section d’autoroute a carrément dû être privatisée pour cette scène spectaculaire, qui implique plusieurs camions et un coffre-fort, décor dessiné par Guy…

On ne vous en dit pas plus pour ne pas gâcher la surprise. Dans TENET, Guy a aussi travaillé sur la conception d’un certain balcon où se passe une scène de cascade, et d’une grotte où se joue la fin du film.

Affiche du film récent

Affiche du film récent

Sans aucun doute, Guy adore son travail. « C’est sympa de voir son travail à l’écran, ça met en joie ».

Même s’il y a évidemment un peu plus de pression… « Si la caméra zoome sur une table et qu’il y a des joints partout… »

Aujourd’hui, Guy n’a pas encore eu l’occasion d’aller voir Tenet sur grand écran, mais il a bien l’intention de le faire, et plusieurs fois encore ! Et dans ce film, il y a un peu de CALAIS grâce à Guy BELEGAUD.

Une image du film TENET

Une image du film TENET

Français de cœur, Guy a l’intention de revenir de ce côté de l’Atlantique, une fois en retraite. « Il me reste deux ou trois ans à faire, et j’ai l’intention de rentrer en France pour habiter près de NARBONNE, où habite ma chère famille. »

En attendant, Guy va continuer à travailler sur la série policière Hawaii 5-0, tournée sur l’île, où il habite avec sa femme.

Guy BELEGAUD ce Calaisien qui fait les décors d’HOLLYWOOD

Le menuisier de profession, qu'on soupçonnait peu, a fait un formidable parcours.        Il a travaillé sur les décors du dernier blockbuster de Christopher NOLAN qui vient de sortir en salle et que beaucoup voient comme le sauveur d’une saison catastrophique à cause du Covid-19.

Un Calaisien va-t-il sauver le cinéma ? Sans doute pas tout seul, mais il va au moins y participer. "

Partager cet article
Repost0

Exposition de peintures par L'Mathieu

Publié le par Quinquine1159

J'ai déjà parlé dans ce blog de l'artiste L'Mathieu et de ses peintures vues en mai 2016 à l'abbaye de SAINT-HILAIRE Aude.

Cette fois c'est à LEZIGNAN qu'on pourra le retrouver dans la salle POM'ART du Relais des Corbières, pendant tout le mois d'octobre 2020. Gardons toute notre sympathie à ce natif d'Hénin-Liétard.

Voici son invitation:  

Exposition de peintures par L'Mathieu
Partager cet article
Repost0

L’Orient depuis son salon? Rien de plus facile, il suffit de rêver en écran large comme l’a fait la Calaisienne Jeanne Thil (1887-1968).

Publié le par Quinquine1159

 Delacroix en son temps avait trouvé la recette: passer par le filtre du souvenir.

Sur la toile cela produit plus que des reconstitutions, des fantasmagories réalistes. 

Au point qu’aujourd’hui on croit toujours à cet ailleurs: ainsi en est-il des affiches créées par la Calaisienne Jeanne THIL; telle celle-ci invitant à quitter Bordeaux pour le Maroc.

Rêver un ailleurs

Rêver un ailleurs

"ALGERIE, TUNISIE, MAROC par la Transatlantique",  affiche réalisée vers 1928, est toujours utilisée par les agences de tourisme. On la trouve même reproduite en cartes postales dans les souks. Acheter une de ces images est un signe affirmant qu’on a bien été là-bas.

Affiche d'après la peinture de la Calaisienne

Affiche d'après la peinture de la Calaisienne

Jeanne THIL est née en 1887 dans la cité portuaire du nord de la France, au sein d’une famille modeste. Elle appartient à la première génération de femmes admises à l’école des beaux-Arts de Paris. Elle se fit d’abord connaître avec des tableaux ou décors d’inspirations historiques.

Jeanne THIL

Jeanne THIL

On lui doit par exemple "Le Dévouement des Bourgeois de Calais", ornant toujours la salle du conseil municipal de l’hôtel de ville.

 
Moment où la reine d'Angleterre implore la pitié du roi.

Moment où la reine d'Angleterre implore la pitié du roi.

Un panneau monumental intitulé "Fresque des Doyens" dû à la Calaisienne orne les murs de Sciences Po LILLE.

La taille de l'homme donne une idée de la taille de la fresque.

La taille de l'homme donne une idée de la taille de la fresque.

Le Musée de CALAIS consacre une rétrospective à cette enfant du pays, peintre de décors exotiques pour les palaces, les paquebots et les expositions coloniales: toutes les douces scènes et tous les coloris intenses de l’Orient.

Affiche de l'expo

Affiche de l'expo

En 2016, la ville de Calais a reçu en legs un ensemble exceptionnel de 170 œuvres et documents représentatifs de toute la carrière de Jeanne THIL.

Si l’artiste a peint des décors historiques pour sa ville natale et d’autres villes du Pas-de-Calais, elle est surtout connue pour ses toiles inspirées de ses voyages de part et d’autre de la Méditerranée, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Grèce et surtout en Tunisie.

Calais reçoit le legs de Jeanne

Calais reçoit le legs de Jeanne

L’exposition se focalise sur la signification du voyage lointain chez une peintre française de la première moitié du 20e siècle.

Vecteurs de nouveaux sujets d’inspirations, les voyages de Jeanne THIL en Méditerranée lui donnent accès à un répertoire élargi de motifs et de sujets, mais transforment également en profondeur sa manière de peindre, en termes de couleurs et de lumière

Transformation dans les couleurs
Transformation dans les couleurs

Transformation dans les couleurs

Les toiles de Jeanne THIL rencontrent un grand succès en France dans l’entre-deux-guerres. Elles révèlent l’importance, à cette période, d’un art figuratif attaché à la représentation de sujets géographiquement éloignés.

Cet art s’épanouit avec l’essor du tourisme outre-mer et la célébration de l’Empire colonial français qui culmine lors de l’Exposition coloniale internationale à Paris en 1931. Le parcours et l’œuvre de Jeanne THIL doivent être appréhendés dans ce cadre : l’artiste voyage en Tunisie, alors sous protectorat français.

L’Orient depuis son salon? Rien de plus facile, il suffit de rêver en écran large comme l’a fait la Calaisienne Jeanne Thil (1887-1968).

Le parcours de l’exposition se décline en six sections

: 1)voyages dans le temps ; 2)vers la lumière du sud ; 3)Jeanne Thil et la Tunisie ; 4)le tourisme et les compagnies de transport maritime ; 5)les grands décors : célébrer l’Empire colonial ; 6)Jeanne Thil et les femmes voyageuses de l’entre-deux-guerres. Le visiteur peut y découvrir une trentaine de peintures de l’artiste, une trentaine d’œuvres graphiques ainsi que divers documents et objets.

Visite du 15/7/20 au 28/02/21

Visite du 15/7/20 au 28/02/21

N.B: Recherches effectuées sur la toile

Partager cet article
Repost0

Georges Willery nous a quittés.

Publié le par Quinquine1159

Georges était venu près de nous aux Floriales de Narbonne.

Venu des Hauts de France,  comme Marie. Voilà pourquoi, nous avions un regard particulier envers lui. Pas seulement pour cette raison, surtout aussi à cause de sa maladie bien sûr, et encore de son sens artistique et ludique, de son activité intense jusqu'aux derniers temps. Noël l'appelait toujours "Monsieur l'Architecte" pour ses puzzles et ses maquettes. Nous appréciions son tempérament chaleureux et c'était un plaisir de chanter avec lui "Le P'tit Quinquin". Son souvenir sera intact. Nous reconnaissons chez lui le sens que donnent les gens du Nord aux mots "famille" et "attachement au pays d'origine".

 

Georges Willery nous a quittés.

Chose rare qui prouve la considération qu'il avait suscitée, un résident a composé un poème en hommage posthume. Le voici :

" Georges a disparu de nos écrans radar.

  L'homme des Hauts de France est allé voir ailleurs

  Si le ciel est plus bleu, si les roses et les fleurs

  Ont le même parfum ou le même nectar.

  L'artiste a rangé ses pinceaux et ses toiles

 Et la voix du Quinquin ne résonnera plus.

 Pourtant elle était loin de nous avoir déplu

 Quand il chantait "Maman", on voyait des étoiles.

 Parfois dans ses yeux clairs scintillait une larme

 Vivement essuyée pour cacher sa souffrance.

Mais le sort a sonné la fin de la séance.

En partant, sans savoir, tu as brisé le charme.

Adieu l'ami du Nord, nous ne t'oublierons pas

Et le soir vers cinq heures, comme des mendiants,

Nous reviendrons vers toi, tes roses, et ta maman

Pour vivre un souvenir où tu ne seras pas. "

 

Georges Willery nous a quittés.

A la famille, dont il a voulu se rapprocher maintenant, nous souhaitons sa paix et demandons d'accepter nos condoléances.

Partager cet article
Repost0

Violentée depuis 10 ans, une fratrie de six enfants a été sauvée par les bons réflexes d'une infirmière de collège.

Publié le par Quinquine1159

Violentée depuis 10 ans, une fratrie de six enfants a été sauvée par les bons réflexes d'une infirmière de collège.

mauvaise excuse

mauvaise excuse

En 2020 encore

En 2020 encore

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>