Un écrivain de NOTRE famille ( N° 901 )

Publié le par Quinquine1159

Grégoire DELACOURT, né à VALENCIENNES, fut publicitaire et il réalisa une publicité fameuse pour LUTTI.

Aujourd'hui, il écrit des romans et on trouve ses romans en tête de gondole des hypermarchés.

Il a obtenu 5 prix littéraires, parce que son style est clair, délicat et drôle.

 

Delacourt-ecrivain.JPG

 

Son premier roman s'intitule " L'Ecrivain de la famille "

Ici, les parents du petit Edouard crient au génie, parce qu'il a écrit 4 rimes, à l'âge de 7 ans. Le voilà consacré l'écrivain de la famille.

Delacourt écrivain de famille

 

Vies décomposées, recomposées. La vie familiale, la vie sentimentale d'Edouard le font errer de femme en femme, de ville en ville. Villes qu'il n'hésite pas à nommer et que vous allez  reconnaitre. Cela prouve une parfaite connaissance de la région du Nord.

 

"Un jour nouveau allait naître.  Adieu Valenciennes

                                                       Adieu mes chiennes

                                                       Adieu mes chaînes.       ( page 16 )

Je lui envoyai une carte postale . Au recto; la façade de l'Hôtel de Ville de Valenciennes, qui avait résisté aux bombardements de 1940.                            ( page 27 )

 

Mon père rejoignit Amiens en moins de deux heures.   ( page 17 )

Cela avait eu lieu à Amiens, au pensionnat.               ( page 67 )

 

Ma tante habitait une jolie maison blanche en bordure d'un golf, près de Roubaix.    ( page 40 )

 

Je me vois tenir une valise gare du Nord. J'avais loué une chambre dans un hôtel près de la chaussée d'Ixelles, à Bruxelles.          ( page 104 )

 

Elle quitta son appartement de Lille, en loua un avec deux chambres, à Croix.    ( page 157 )

 

...un crédit pour une petite maison à Wasquehal ou à Ronchin....     ( page 57 )

 

Nous arrivâmes à la Résidence Jeanne de Valois à Maing.           ( page 227 )

 

L'Anglais fut retrouvé roué de coups dans une rue piétonne du Vieux-Lille.    ( page 148 )

Ma mère ne parlait plus, car elle gardait ses mots pour un analyste à Lille.     ( page 31 )

J'occupais un petit studio rue de Wazemmes à Lille.     ( page 55 )

Nous nous installâmes au rez-de-chaussée d'une grande maison rue Barthélémy-Delespaul, à Lille.         ( page 74 )  "

 

Grégoire DELACOURT évoque aussi les habitudes du Nord.

 

"Je posai Nord-Matin, sur le bureau d'écrivain débutant.             ( page 68 )

Le lendemain, je me rendis au Furet du Nord et furetai au rayon marketing.   ( page 87 )

Le matin, mon père partait de plus en plus tôt au magasin. ( N.B: une mercerie ! )              ( page 29 )

Le conducteur stoppe l'automobile devant l'un des cafés de la gare d' Amiens; Il commande une Pelforth brune... Il est alors neuf heures trente. "

 

L'écrivain de la famille " remontera sur Paris, par l'autoroute A1 , fluide, car c'était un jour de semaine. "

 

Seules périodes heureuses dans cette jeunesse décousue, les rares jours de vacances à la mer.

 

"... les images du bonheur, les enfants qui courent un été sur la plage de Knokke-le-Zoute...     ( ( page 35 )

Nous passâmes quelques jours de vacances au Touquet.    ( page 71 )   "

 

Ne vous l'avais-je pas dit qu'il est de NOTRE famille ?

 

 

 

 

 

Publié dans www.quinquine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M

coucou  les lutti  c'etait mon regal  hihi  qui n'a pas connu ?  bisous


Marcel
Répondre
Q


D'accord avec toi, c'étaient de bons bonbons !


Le publiciste a su se reconvertir et accéder à la célébrité.


Ses romans prouvent qu'il aime son Nord.


Bisous



R

Je comprends qu'il te parle ce livre 



Répondre
Q


Oui ce livre me parle, ce sont tous, sans exception, des lieux que je connais.


Il est facile à lire, bien que la vie de la famille décrite soit compliquée. On déménage souvent !


Merci pour ce magnifique message et le muguet. J'espère que le chaton ne renversera pas le vase, car ils adorent cela en principe.