Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cinema

Au cinéma, un petit saut à BRUXELLES ( N° 1310 )

Publié le par Quinquine1159

Du Nord, BRUXELLES n'est pas si éloigné . D'un film s'y déroulant , la sortie en salles en septembre 2015 m'a pourtant échappé. Le titre ? " Dieu existe, il habite à Bruxelles." C'est une comédie avec Benoît Poelvoorde , Catherine Deneuve, Yolande Moreau, entre autres. Les critiques parlent de " poésie, drôlerie, imagination dans le scénario et dans les personnages, inventions, surréalisme ...".

Affiche du film

Affiche du film

Le film a un sous-titre: " Le tout nouveau testament ". C'est une petite fille qui a l'idée de ce renouvellement. Le point de départ est incongru, l'existence de Dieu est aux antipodes de la représentation classique, idéalisée, de Dieu. La relecture de la religion catholique ne laissera pas indifférent. Question posée: Que ferions-nous si nous connaissions l'heure de notre fin ?

ENA la petite fille du film

ENA la petite fille du film

Ena a un père frustre et autoritaire, odieux avec sa femme et sa fille. Excédée, elle décide de parasiter le logiciel de son père, qui est Dieu. Elle veut communiquer à tous les humains la date de leur mort, descendre sur terre pour recruter, par SMS, 6 nouveaux apôtres, en vue de constituer un nouveau testament. Mais elle croisera des personnages très particuliers.

Des personnages très particuliers....

Des personnages très particuliers....

Ce film déjanté est pourtant d'une impressionnante profondeur philosophique. La musique le sublime. La fin est superbe. Le fil conducteur sur le sens de la vie est permanent , comme une morale qui nous rappelle à l'ordre sur ce qu'il ne faut pas oublier et sur ce qu'il ne faut pas gâcher.

Publié dans cinéma

Partager cet article
Repost0

Un "Petit Prince" ou une "Petite Fille" ? ( N° 1255 )

Publié le par Quinquine1159

Un livre, un film

Un livre, un film

Jour de pluie en vacances. Mamie ne peut emmener Quinquine qu'au cinéma. Film du moment : "Le petit Prince". Mamie a aimé ce conte de saint Exupéry. On annonce le film comme "L'histoire du Petit Prince dans une histoire". C'est honnête et on sait d'avance qu'il s'agit de la confiscation du titre d'un chef d'œuvre, pour commercialiser un film d'animation. On aurait pu l'appeler: "La petite Fille".

La petite fille à son bureau

La petite fille à son bureau

La petite fille a 9 ans. Quinquine pourra s'identifier .... La maman de cette enfant - dont on ne sait jamais le prénom - ne connaît qu'une seule valeur pour elle et pour sa fille : la réussite par le travail. Plannings, livres, classeurs, examens, meilleure école, sont l'environnement obligatoire.

Tout cela, oh la la !

Tout cela, oh la la !

Tous les adultes sont d'ailleurs des maniaques de la vitesse, des forçats du travail, des caricatures grotesques. Je ne peux montrer aucune image d'eux, car, étrangement, aucune n'apparait dans les publicités sur le film.

Mais voici une scène, qui revient systématiquement, où la mère et la petite se lavent obsessionnellement les dents :

Pour réussir, il faut être propre, jusqu'à la manie.

Pour réussir, il faut être propre, jusqu'à la manie.

Le personnage principal du film, la petite fille, vit donc dans un monde d'où il vaut mieux s'échapper. Son amitié avec l'aviateur tombé dans le désert va le lui permettre . Ce dernier, devenu vieux, n'a pas lui-même grandi, poète depuis sa merveilleuse rencontre avec le Petit Prince .

L'aviateur en panne dans le désert, où il a rencontré le Petit Prince

L'aviateur en panne dans le désert, où il a rencontré le Petit Prince

Voilà du Saint Exupéry, même si le personnage ESSENTIEL qu'est le Petit Prince ( "qu'on ne voit bien qu'avec le cœur ") n'apparait qu'environ 20 minutes dans un film d' 1 heure 20 .

La fillette intrépide et curieuse restera toute étonnée et sans plus l'envie de grandir.

Un autre regard ....

Un autre regard ....

Il y a donc un monde imaginaire où tout est possible et aimable. C'est l'avion, restauré par magie, qui l'y amènera .

Etre aviatrice et partir là-haut....

Etre aviatrice et partir là-haut....

Là-haut, il y a les rencontres avec les éléments du livre : la rose, les étoiles, le vent qui fait voler l'écharpe du Petit Prince, le renard que la petite apprivoisera bien, le baobab, la petite planète . Mais ils ne sont que des accessoires d'une course acrobatique .

Oh la poésie de cette unique rose qui suffit au bonheur, alors que les humains en cultivent des centaines sans le trouver

Oh la poésie de cette unique rose qui suffit au bonheur, alors que les humains en cultivent des centaines sans le trouver

Il convient d'encenser les qualités techniques de ce film, qui a nécessité des années de travail et fut présenté à Cannes . Deux procédés montrent bien l'opposition entre rêve et réalité, entre ciel et terre, entre poésie et humanité, entre fantaisie et contrainte. Ce sont d'une part des images de synthèse, d'autre part le procédé "stop motion" qui permet de respecter les illustrations à l'aquarelle du livre. Une chanson douce: "Elle s'en va", par la chanteuse Camille, nous fait décoller avec l'enfant et l'aviateur. Saint Exupéry n'est pas trahi, on sait qu'il est aimé des réalisateurs du film et des doubleurs de voix.

La sentence est la même au cinéma et dans le livre, mais elle est imposée à l'écran, tandis qu'à la lecture elle s'intériorisait en chacun. Les enfants spectateurs , dont ma petite Quinquine, percevront-ils la différence entre " bien grandir" et "grandir bien" ?

Sans doute trop jeune pour comprendre, car "On ne voit bien qu'avec le coeur."

Sans doute trop jeune pour comprendre, car "On ne voit bien qu'avec le coeur."

P.S. Si de mes lecteurs ont vu le film, leur avis m'intéresse, en commentaire même anonyme . Ces impressions sont personnelles, au lendemain d'un spectacle qui m'a parlé, à double titre. Cet article est le fruit de recherches et d'une patiente quête de photos sur Internet. Il n'engage que moi. Marie-Jeanne.

Publié dans cinéma

Partager cet article
Repost0