Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Week-end amoureux tragique

Publié le par Quinquine1159

Un jeune nordiste est tombé au mauvais moment au mauvais endroit.

À Budapest (Hongrie) pour un week-end, il a été poignardé à mort par un inconnu.

Deux familles des Hauts-de-France sont en deuil depuis samedi 8 février.

Dans une rue de Budapest

Dans une rue de Budapest

Ce voyage dans la capitale hongroise était le cadeau d'anniversaire de sa petite amie originaire de Marcq-en-Barœul (Nord).

Le drame s'est produit samedi matin alors que Clément Bouly était sorti pour s'acheter de quoi partager un petit-déjeuner avec son amoureuse.

Grièvement blessé en plein centre-ville par un passant, l'étudiant en marketing digital n'a pu être sauvé par les secours.

Un jeune homme bien sous tous rapports: Clément BOULY

Un jeune homme bien sous tous rapports: Clément BOULY

Le meurtrier présumé a été identifié et interpellé quelques heures après son geste.

Pour l'expliquer, il a affirmé à la presse locale "avoir passé une mauvaise journée la veille".

"Lui a passé une mauvaise journée, mais nous il a détruit nos vies... Comment garder foi en l'humanité quand il vous arrive ça", a écrit la sœur de la victime sur Facebook, rapporte France 3.

Le coupable, présenté au tribunal mardi et gardé en détention jusqu'au 11 mars, a reconnu les faits. France 3 précise qu'il s'agit d'un citoyen américano-britannico-hongrois souffrant d'un trouble bipolaire et qu'il était ivre au moment du drame.

La police hongroise intercepte l'auteur présumé du coup de couteau.

La police hongroise intercepte l'auteur présumé du coup de couteau.

La famille de Clément Bouly se rendra à Budapest chercher le corps, qui doit être autopsié.

Clément Bouly sera inhumé à Nouvelle-Église. Le maire, qui évoque "un garçon très sympathique, sans reproche" à France 3, a assuré la solidarité du village avec les proches de ce nordiste mort pour rien à seulement 26 ans.

Nous aussi, nous ajoutons notre solidarité et notre tristesse vis à vis de ce regrettable événement.

                                                 ( texte et photos relevés sur Internet )

Voici l'église qui confiera à Dieu l'âme de ce jeune homme.

Voici l'église qui confiera à Dieu l'âme de ce jeune homme.

Partager cet article
Repost0

Un frère nous a rejoints.

Publié le par Quinquine1159

Ce fut par une chaude après-midi d'été que fut donné rendez-vous à frère Samuel dans le cadre saisissant du salin Saint-Martin en bordure du village de GRUISSAN, là où l’Evangile prend soudain saveur et couleur. Frère Samuel nous a confié ne pas avoir le pied marin, mais c’est cependant confiant et joyeux qu’il a répondu à l’appel du Seigneur à devenir à Sa suite un pêcheur d’Hommes.

Un frère nous a rejoints.

Frère Samuel, tu as 38 ans aujourd’hui, peux-tu revenir brièvement sur ton parcours de vie. Quel a été pour toi le moment déterminant, le contexte dans lequel est né ton appel à la vie religieuse ? Comment as-tu accueilli cette vocation naissante?

Aîné de deux enfants, d’une famille chrétienne, je suis né le 02 juin 1981 dans la commune de CROIX  située dans la Métropole européenne de Lille, dans le département du Nord. Après l’obtention du baccalauréat, j’ai suivi des études d’Histoire à LILLE III. C’est à l’âge de 22 ans, lors d’un pèlerinage à Lourdes au service des malades que j’ai réellement pris conscience de ma vocation. Le service auprès du plus faible m’a fait reconnaître le Seigneur et m’a permis de comprendre Sa volonté sur ma vie. 

2015, c’est l’année de mon entrée au noviciat à Assise, au terme de laquelle j’ai professé les vœux temporaires le 27 août 2016. S’en sont suivis trois ans d’études à Padoue jusqu’à aujourd’hui.

A NARBONNE

A NARBONNE

Pourquoi les franciscains? qu'est ce qui t'as séduit et t'attire encore aujourd'hui dans la figure de Saint François, dans son charisme, dans le style de vie franciscain?

 

La simplicité de l’Evangile, tout un chemin d’abandon ! François est pour moi un maître spirituel en ce sens où il a influencé ma façon de prier pour le reste de ma vie, mon "travail", ma mission de religieux que je porte aujourd’hui comme une offrande d’amour.

Comme Jésus, François était sensible à la condition des marginaux, des pauvres et des oubliés de la société, une vie donnée pour les autres et pour l’Eglise que j’ai voulu imiter et que je m’efforce chaque jour d’imiter davantage.

 Franciscain aidant un handicapé

Franciscain aidant un handicapé

Partager cet article
Repost0