Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui ( ou quoi ) a tué le père d'Edouard LOUIS ? ( N° 1852 )

Publié le par Quinquine1159

Edouard LOUIS, né à AMIENS, revient sur l'histoire de son père: "Il n'y a dans le langage presque que des négations pour exprimer ta vie".

A travers le récit de son enfance avec cet homme soumis à la violence sociale, le romancier veut démontrer comment la politique a physiquement détruit son père.

Il travaillait à l'usine. Un accident du travail lui a broyé le dos. Il ne peut plus travailler. La douleur et l'ennui finissent par prendre toute la place. Plus tard, il devra reprendre le travail malgré la douleur. Balayeur dans une ville loin de chez lui, dos courbé, pour 700 euros par mois.

 

Qui ( ou quoi ) a tué le père d'Edouard LOUIS ? ( N° 1852 )

Voici la critique de Laurence HOUOT journaliste à Culturebox avec beaucoup d'extraits du livre :

Édouard Louis ne tourne pas autour du pot. Il donne des noms :

"Jacques Chirac et Xavier Bertrand te détruisaient les intestins",

"Nicolas Sarkozy te faisait comprendre que tu étais en trop dans le monde, un voleur, un surnuméraire, une bouche inutile",

" Martin Hirsh te broyait le dos",

"Hollande, Valls et El Khomri t'ont asphyxié",

"Emmanuel Macron t'enlève la nourriture de la bouche".


Édouard Louis donne les noms de ceux qui "prononcent des phrases criminelles parce qu'ils ne savent pas".

Car qui sait l'effet d'une augmentation de 100 euros de la prime de rentrée ?    "Tu étais fou de joie, tu avais crié dans le salon : on part à la mer et on était partis à six dans notre voiture de cinq places (…) Toute la journée avait été une fête".

"Je n'ai jamais vu de famille aller voir la mer pour fêter une décision politique, parce que pour eux la politique ne change presque rien",

dit Édouard Louis. Pour son père, elle change tout : "L'histoire de ton corps accuse l'histoire politique".

 

Couverture du dernier livre d'Edouard LOUIS

Couverture du dernier livre d'Edouard LOUIS

Et encore :

Dans le monde du père, on boit beaucoup et on a une idée bien précise de ce qu'est un homme. On ne rigole pas sur ces questions-là, surtout devant les copains. Alors avoir un fils qui aime jouer la fille, un garçon qui travaille bien à l'école, c'est la honte.

Cette histoire, Édouard Louis l'avait déjà racontée dans "En finir avec Eddy Bellegueule" .

Il y revient. "Mais est-ce qu'il ne faudrait pas se répéter quand je parle de ta vie puisque des vies comme la tienne personne n'a envie de les entendre ? Est-ce qu'il ne faudrait pas se répéter jusqu'à ce qu'ils nous écoutent ? Pour les forcer à nous écouter ? Est-ce qu'il ne faudrait pas crier ? Je n'ai pas peur de me répéter parce que ce que j'écris, ce que je dis ne répond pas aux exigences de la littérature, mais à celles de la nécessité et de l'urgence, à celle du feu".

Ici, ce sont des images, des souvenirs qui remontent. Édouard Louis enchaîne des dates, pas la chronologie. Il y a les souvenirs pénibles

: "Un soir, dans le café du village, tu as dit devant tout le monde que tu aurais préféré avoir un autre fils que moi. Pendant plusieurs semaines j'ai eu envie de mourir".

Il y a aussi ce que le père n'affiche pas : des photos de lui déguisé en majorette, des mots pour défendre son fils dans l'intimité d'un commissariat de police, des fous rires partagés, des larmes volées, des fiertés rentrées, des déclarations d'amour camouflées.

 

Et tout à coup, au milieu de la page 29, suspendue comme un esquif, cette phrase : "Il me semble souvent que je t'aime".

Puis, un peu plus loin, une autre phrase en lévitation : "Est-ce qu'il est normal d'avoir honte d'aimer ?"

Tout est dit. "Qui a tué mon père" est un pamphlet politique sec et tranchant, et une magnifique lettre d'amour adressée à un père.

Un livre d'urgence, porté par une voix littéraire qui s'installe avec évidence.

Qui ( ou quoi ) a tué le père d'Edouard LOUIS ? ( N° 1852 )

Et enfin : Le livre s'ouvre sur une hypothèse. "Si ce texte était un texte de théâtre, c'est avec ces mots là qu'il faudrait commencer : Un père et un fils sont à quelques mètres l'un de l'autre dans un grand espace, vaste et vide." Le fils constate. Il n'y a plus grand-chose à faire pour raccourcir le gouffre creusé entre eux depuis son enfance. Ce livre, dédicacé à Xavier Dolan, scénariste réalisateur, lui est adressé.

L'invitation d'Édouard Louis à lire son livre comme un texte de théâtre a été entendue par Stanislas Nordey. Il présentera une adaptation de "Qui a tué mon père" au théâtre, en mars 2019.

On pourra voir en 2019 également au théâtre, un autre texte d'Édouard Louis, "Histoire de la violence".

 
Edouard LOUIS sur une scène de théâtre

Edouard LOUIS sur une scène de théâtre

Voici maintenant la critique par Frédéric BEIGBEDER écrivain et critique littéraire :

L' ECRIVAIN PLAINTIF EST DE RETOUR. GERMINAL REECRIT PAR CALIMERO.

Pour ses 85 pages, Edouard LOUIS cherche l'inspiration. " De quoi pourrais-je me lamenter aujourd'hui ? Le racisme et l'homophobie des Ch'tis ? C'est fait... Ah oui, il me reste la maladie de papa." La littérature actuelle vit sous le joug de la dictature du gémissement.   Edouard Louis a la douleur récurrente...

CALIMERO, se plaignant, car seul de sa couleur

CALIMERO, se plaignant, car seul de sa couleur

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

La matinée à PEYRIAC de mer a été métamorphosée par la vue des flamants et immortalisée par Sylvie. ( N° 1851 )

Publié le par Quinquine1159

Le samedi 5 mai, à PEYRIAC de mer, le temps n'était pas au top pour la balade des Ch'tis. ( article n° 1846  ). Mais comme l'endroit est poétique, il fallait y trouver de la poésie.          C'est ce qu'a fait Sylvie. Je livre ici les photos,qu'en reporter photographique, elle a souhaité vous faire partager. Ce sont les photos des flamants qui peuplent les étangs de la région narbonnaise et donc de l'étang de DOUL, lieu de la promenade.

Ce premier flamant semblait s'ennuyer seul :

La matinée à PEYRIAC de mer a été métamorphosée par la vue des flamants et immortalisée par Sylvie. ( N° 1851 )

Celui-ci tout ébouriffé se secouait, vraisemblablement agacé par le froid.

La matinée à PEYRIAC de mer a été métamorphosée par la vue des flamants et immortalisée par Sylvie. ( N° 1851 )

Pas bien roses, les flamants cherchaient de la nourriture.

La matinée à PEYRIAC de mer a été métamorphosée par la vue des flamants et immortalisée par Sylvie. ( N° 1851 )

Faute de rose sur le corps, la couleur était quand même au rendez-vous sur l'eau, car on dira, avec un peu d'imagination, que celle-ci était bleue lavande.

La matinée à PEYRIAC de mer a été métamorphosée par la vue des flamants et immortalisée par Sylvie. ( N° 1851 )

La patience de Sylvie lui a permis de capter des moments différents d'un déploiement d'ailes. Sur fond de cabane, l'oiseau était prêt.

La matinée à PEYRIAC de mer a été métamorphosée par la vue des flamants et immortalisée par Sylvie. ( N° 1851 )

Petit à petit, iI a ensuite déployé ses ailes.

La matinée à PEYRIAC de mer a été métamorphosée par la vue des flamants et immortalisée par Sylvie. ( N° 1851 )

Statufié, le flamant s'est décidé à penser à son envol.

La matinée à PEYRIAC de mer a été métamorphosée par la vue des flamants et immortalisée par Sylvie. ( N° 1851 )

Le maximum du plaisir, pour l'oiseau, pour Sylvie et pour tous ceux qui savent prendre le plaisir là où il est .

Mais étant donné qu'il lui faut quelques mètres d'élan pour décoller, pas moyen de rêver davantage. Et puis les flamants volant en formation, on n'en était pas là. 

Merci à Sylvie pour son partage.

Merci à Sylvie pour son partage.

Publié dans Région

Partager cet article
Repost0

La beauté et la poésie en toutes choses ( N° 1850 )

Publié le par Quinquine1159

Photo empruntée à Evelyne Génique

Photo empruntée à Evelyne Génique

"Je suis une perle de pluie
Pas celle que l'on essuie,
Celle qui rencontre une rose
Par un matin morose,
Qui roule sur le velours :
Une perle d'amour,
Une perle de pudeur
Qui va droit au coeur,
Une perle de joie,
Rien que pour toi ...! "

Publié dans lifestyle

Partager cet article
Repost0

Pourquoi pas une course de canards ? ( N° 1849 )

Publié le par Quinquine1159

Affiche de l'évènement

Affiche de l'évènement

Des parieurs avaient acheté, 4 euros pièce, un ou plusieurs canards, espérant que l’un des leurs allait arriver dans les premiers et remporter l’un des lots promis aux 21 premiers.

Pourquoi pas une course de canards ? ( N° 1849 )

Les petits canards avaient été numérotés. Espérons que l'écriture fut étanche !

Pourquoi pas une course de canards ? ( N° 1849 )

Dès 15 heures, des centaines de Douaisiens s’étaient massés sur les quais pour suivre la course de 450 mètres.

Pourquoi pas une course de canards ? ( N° 1849 )

Les 5 000 canards (dont 2 800 parrainés par des donneurs) avaient été balancés à l’eau par la benne d’un tracteur.

Pourquoi pas une course de canards ? ( N° 1849 )

La course folle a duré une heure. Quelques ralentissements pouvaient avoir lieu !

Pourquoi pas une course de canards ? ( N° 1849 )

 Les bénéfices générés par cette manifestation seront reversés intégralement à des structures qui viennent en aide à l’enfance maltraitée.

Pourquoi pas une course de canards ? ( N° 1849 )

La SCARPE fut donc un rendez-vous autre que celui des balades amoureuses.

Mais le lundi de Pâques, c’était à Saint-Omer que 12 000 canards avaient fait la course.

Rebelote le 30 juin à Saint-Laurent-Blangy.

Et dès le lendemain, c’est à Don que se tiendra l’événement, sur la DEULE. 

Les Ch'tis sont de grands enfants qu'un rien amuse.

A DOUAI, sur la SCARPE

A DOUAI, sur la SCARPE

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

( N° 1848 )

Publié le par Quinquine1159

L'AMIENOIS Jean-Karl LUCAS et sa femme Émilie Satt ont reçu "l'Eurostory Best Lyrics Award", un prix qui récompense les artistes pour les paroles de leur chanson.

( N° 1848 )

Le duo français "Madame Monsieur" a reçu ce prix grâce à sa chanson "Mercy", qui raconte, en français, le périple d'une enfant née sur un bateau de l'ONG SOS Méditerranée, "l'Aquarius", en mars 2017.

( N° 1848 )

 Le sauvetage avait été relaté par un journaliste de Nice Matin, à bord du bateau: Taiwo Youssif, une Nigériane de 37 ans, sauvée une nuit de mars, par des bénévoles, alors qu'elle était enceinte de huit mois et demi. 

( N° 1848 )

L'histoire de la petite fille prénommée Mercy, née dans ces circonstances, a inspiré le duo, alors qu'elle était dans un camp de réfugiés en Italie, aux côtés de 3 000 autres migrants.

( N° 1848 )

Publié dans Région

Partager cet article
Repost0

Elles font briller .

Publié le par Quinquine1159

Ce n'était pas certain (voir l'article numéro 1782).

C'est confirmé : Pour sa 89e édition, la cérémonie Miss France 2019 se déroulera à Lille.

Les 30 prétendantes envahiront de nouveau le Zénith de Lille, où Iris Mittenaere avait été couronnée en 2015.

La capitale des Flandres serait-elle devenue le berceau des reines de beauté ?

Camille Cerf sacrée Miss France 2015, Iris Mittenaere élue Miss France 2016 et Maëva Coucke, Miss France 2018...  Toutes sont des Ch'ties passées par le sacre de Miss Nord-Pas-de-Calais avant d'atteindre le Graal national.

3 en 4 ans

3 en 4 ans

Martine Aubry, Maire de Lille depuis 2001, se réjouit d'accueillir à nouveau cet événement populaire et souligne"la reconnaissance de la qualité de l'accueil lillois"

Elles font briller .

Sylvie Tellier, présidente du Comité Miss France depuis 2005, rappelle, quant à elle, qu'il aura fallu à la région Nord-Pas-de-Calais plus de 94 ans pour décrocher la couronne de Miss France, avant de préciser le palmarès de cette ville qui compte aussi une couronne de Miss Univers.   "Il est donc tout naturel pour l'Organisation Miss France d'accepter à nouveau cette belle invitation en terre lilloise". 

Elles font briller .

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

Le téléphone appréhendé comme un instrument de musique: c’est avant-gardiste.

Publié le par Quinquine1159

Pierre Pécourt, professeur d’éducation musicale et de Chant choral au lycée Boucher de Perthes à ABBEVILLE, a constitué un double chœur de smartphones, d’une vingtaine d’élèves de seconde du lycée. Ces élèves suivent l’option "enseignement d’exploration création et activités artistiques arts du son". Ils ont préparé ce concert avec l’Orchestre de Picardie, qui est en résidence dans cette ville. 

 

D'autres élèves explorent aussi ce défi musical.

D'autres élèves explorent aussi ce défi musical.

Le téléphone intègre la musique symphonique ! 

« Chaque élève est équipé d’un smartphone, dans lequel sont enregistrées plusieurs bande-son différentes : voix de femmes, d’hommes, violon ou encore woodblock, un instrument de musique de percussion en bois. Chaque téléphone est relié à une enceinte.

Les smartphones agissent ainsi en opposition à l’orchestre ou s’intègrent, en proposant des sonorités nouvelles. Le lycéen peut véritablement jouer avec cet outil, moduler le son, varier les paramètres, grâce à une gestuelle simple de la main. Il n’a aucune partition, mais il suit les instructions du chef de chœur. Cette technologie a été mise au point par Christophe Lebreton, ingénieur en informatique musicale au Centre National de création musicale (Grame). »

Instruction du chef de choeur par smartphone

Instruction du chef de choeur par smartphone

Avant le concert, le public avait pu lui aussi télécharger une application qui lui permettait d’intervenir, à certains moments clés de la pièce, avec l’ensemble de la Philharmonie . Les spectateurs présents, disposant de ce type de téléphone,  sont invités à télécharger l’application « Smartfaust » sur leur smartphone, pour pouvoir s’intégrer au chœur à un moment donné de la pièce.

Public associé

Public associé

Les spectateurs présents, disposant de ce type de téléphone,  sont invités à télécharger l’application " SMARTFAUST " sur leur smartphone, pour pouvoir s’intégrer au chœur à un moment donné de la pièce.

Application SMARTFAUST

Application SMARTFAUST

Le 20 janvier , l'Orchestre national de LILLE donnait un concert « smartphone » très particulier. Quelques jours avant le concert, les spectateurs pouvaient  télécharger une application baptisée " SMARTPHONY ", sur iPhone ou Androïd, qui permet de jouer au chef d’orchestre, le temps d’un concert. Lorsqu’il vient écouter les 80 musiciens interpréter Le Sacre du printemps de Stravinsky, le public , pour une fois, est prié de ne pas éteindre son téléphone. Diriger l’Orchestre depuis son portable, en influençant les tempi et les nuances… Le maestro tient compte des requêtes des spectateurs : toutes les données lui sont transmises sur un pupitre numérique.

Les nouvelles technologies sont le cheval de bataille de l’Orchestre national de Lille, avec son nouveau chef  Alexandre Bloch qui se revendique comme un chef connecté, voire carrément  geek (passionné) . La phalange a noué un partenariat de trois ans avec la startup Waigéo, qui a développé son application, et prévoit de réaliser, chaque année, un projet associant musique et numérique.

A LILLE, le chef d'orchestre aussi à l'aise au smartphone qu'à la baguette.

A LILLE, le chef d'orchestre aussi à l'aise au smartphone qu'à la baguette.

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Publié le par Quinquine1159

Le samedi 5 mai, on ne fêtait pas un saint de glace. Mais le matin, il valait mieux être courageux et bien se couvrir pour se balader. Les Ch'tis du Narbonnais avaient pourtant programmé une marche printanière à PEYRIAC de mer.

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

C'est un endroit charmant au bord de l'étang du Doul. A quelques kilomètres seulement de Narbonne, tout est prévu pour les marcheurs et les amoureux de la nature. Deux circuits sont possibles, selon son âge et son entraînement.

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Une passerelle en bois a été aménagée et et c'est normalement un plaisir que de se trouver entre ciel et eau !

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Ce matin là, brr... Mais puisqu'en mai, on ne fait que ce qui plait, certains se sont désistés. Une petite vingtaine a quand même bravé la pluie et le froid. Bravo à Marc en tête, à Martine, à Liliane et Francis, à Bénédicte et Philippe, à Sylvie et Christian, à .....

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )
En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Si on marche vite, on a moins froid. Alors la petite troupe s'égaille

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

La passion de la photographie permet néanmoins à Sylvie de préparer des souvenirs.   Au fur et à mesure que l'heure passe, et même si elle trouve ses clichés un peu tristounets, ils montrent bien que le temps s'éclaircit un peu. On verra plus tard que cela donnera des regrets aux timorés, car "il n'y a pas de samedi sans soleil" dit-on.

La sente pédestre se dévoile. la vigne crie que soleil et pluie donneront de beaux grains, les flamants suggèrent de se rapprocher d'eux.

La sente serpentine.

La sente serpentine.

La vigne interpelle.

La vigne interpelle.

Les flamants appellent.

Les flamants appellent.

Le chemin est caillouteux. Il faut être chasseur ou berger pour monter des murs ici, car les jours de grand vent, il vaut mieux manger le casse-croûte à l'abri .

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Son émerveillement, Sylvie l'attendait. Elle le trouvera dans des fleurs aussi modestes qu'elle, aussi simples que son naturel, aussi rares que sa patience.

Sylvie fera ainsi un beau cadeau à tous les lecteurs du blog et à la rédactrice, qui faisait partie des frileux et des douillets.

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

L'artiste puis la plus belle - fleur et donc photo- ont laissé éclater leur talent . A vous d'en juger.

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Il était temps de récupérer. Au fait : pour certains de récupérer de quoi ?

Il y a bien quelque part par là une bonne auberge et si elle affiche complet, c'est pour Quinquin. Maintenant tout le monde est là !!

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

La bien nommée voit tout en rose et, s'il était encore besoin, réchauffe avec un kir tradi..

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Francis, le Président, souhaite un moment fort, comme ils le sont toujours. Vous connaissez la devise des Hauts de France: "Chez nous, le temps est toujours à l'amitié."

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Pas de surprise, le menu était prévu. D'abord salade au Saint-Nectaire sur canapé. 

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

La surprise viendra de la délicatesse et de la fraîcheur  du loup , de sa sauce et de son accompagnement de légumes du jardin.

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

L'apothéose pour les " bouques à chuque", c'est un framboisier et sa petite calotte blanche.

En MAI, couvre-toi plus que jamais. ( N° 1846 )

Ne pas oublier la cohésion légendaire et le proverbe : " Pluie du matin n'arrête pas le pèlerin."

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

Le Musée des beaux-arts et la ville de VALENCIENNES jouent dans la cour des grands. ( N° 1845 )

Publié le par Quinquine1159

Les affiches placardées à VALENCIENNES, dans les Hauts-de-France, l'annoncent en lettres claires: «Pour la première fois en Europe», l'exposition itinérante «Une histoire du monde en 100 objets parmi les 8 millions du British Museum» est présentée au Musée des beaux-arts de la ville.

Le Musée des beaux-arts et la ville de VALENCIENNES jouent dans la cour des grands. ( N° 1845 )

«Nous la présentons juste après Shanghaï, Tokyo ou Canberra», se réjouit Vincent Hadot, directeur du musée.

Cette histoire de l'humanité est racontée à travers cent objets. 

Le Musée des beaux-arts et la ville de VALENCIENNES jouent dans la cour des grands. ( N° 1845 )

D'un galet de Tanzanie datant de 2 millions d'années (un des plus anciens outils connus) à une carte de crédit, en passant par une figure funéraire de l'époque Tang, c' est aussi l'histoire d'un immense succès populaire.

Le Musée des beaux-arts et la ville de VALENCIENNES jouent dans la cour des grands. ( N° 1845 )

Un jeu d'échecs en ivoire du XIIème siècle... la scène biblique  cristal de Lothaire en quartz du IXème siècle...

Le Musée des beaux-arts et la ville de VALENCIENNES jouent dans la cour des grands. ( N° 1845 )

... le sarcophage de Nesperennub....

Le Musée des beaux-arts et la ville de VALENCIENNES jouent dans la cour des grands. ( N° 1845 )

... une poivrière...

Le Musée des beaux-arts et la ville de VALENCIENNES jouent dans la cour des grands. ( N° 1845 )

... que des objets rares....

Le Musée des beaux-arts et la ville de VALENCIENNES jouent dans la cour des grands. ( N° 1845 )

... du monde, depuis des siècles et des siècles...

Le Musée des beaux-arts et la ville de VALENCIENNES jouent dans la cour des grands. ( N° 1845 )

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

De CAUDRY à WASHINGTON : les lacets Leavers ( N° 1844 )

Publié le par Quinquine1159

Entièrement retravaillée avec un silicone effet miroir, pour une tenue éblouissante ! 

  "Cette dentelle témoigne de notre désir de toujours innover et repousser nos limites en proposant une matière exclusive."   détaille le dentellier caudrésien. A première vue, on ne pense pas à de la dentelle. Elle sort pourtant d'une machine Leavers et ce sont des lacets que la machine a entremélés .

De CAUDRY à WASHINGTON : les lacets Leavers ( N° 1844 )

C’est désormais connu : les First Ladies aiment la dentelle de CALAIS-CAUDRY.

Après Hillary Clinton et Michelle Obama, une nouvelle preuve vient d’en être donnée à Washington, où, lors du dîner d’État donné à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron, Melania Trump arborait une robe en dentelle Solstiss.

De CAUDRY à WASHINGTON : les lacets Leavers ( N° 1844 )

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>