Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dunk(irk) c'est fini. Maintenant c'est Dunk(urk) N° 1430 )

Publié le par Quinquine1159

Copié- collé du journal "Nord Littoral"

Le tournage du film de Christophe Nolan vient tout juste de s’achever à Dunkerque.

Une page se tourne pour le Calaisien Guy Belegaud, qui travaille depuis près de six mois sur le projet. Une aventure qui a permis à ce contremaître, habitué des grosses productions hollywoodiennes, de revenir sur la Côte d’Opale. " Je n’ai pas été dépaysé en revenant ", confie-t-il dans un sourire . C’est par « le plus grand des hasards » que Guy a eu l’occasion de revenir sur la Côte d’Opale. « On était un dimanche après-midi. J’étais chez moi à Hawaï. J’ai reçu un coup de fil de mon chef, avec qui je travaille depuis plus 20 ans, pour me dire que j’allais peut-être aller travailler en France. » Guy ne sait pas encore de quel projet il s’agit, mais il sait déjà qu’il retrouvera le « designer » anglais, avec qui il collabore depuis 2007, sur des films comme « Batman The Dark night ».

Les choses prennent forme à l’automne 2015. Il s’agit de reproduire la jetée est, historique de Dunkerque, pour le film de Christopher Nolan relatant l’Opération Dynamo pendant la Seconde Guerre mondiale. « Ça a été une bonne surprise de pouvoir revenir ici, à 30 kilomètres de là où j’ai grandi, et de pouvoir rencontrer des anciens copains d’école, que je n’ai pas revus depuis plus de 30 ans. »

En décembre, Guy fait un voyage express de quatre jours, pour faire des repères. « J’ai passé presque plus de temps dans l’avion qu’à Dunkerque ! s’amuse-t-il. Le réalisateur voulait se rapprocher au plus près de la réalité, c’est la raison pour laquelle on est venu à Dunkerque pour la refaire à l’endroit exact. »

Deux mois d’études, quatre mois de chantier De retour chez lui, place au dessin. « J’ai travaillé avec le directeur artistique Eddi Kettilson, basé en Islande. On devait travailler avec près de 11 heures de décalage horaire. Quand je me couchais, il commençait à travailler… » L’étape du dessin et des études dure deux mois. « Nous avons testé différentes configurations et réfléchis au matériel qu’il nous fallait. » Le but : être le plus fidèle possible jusque dans les moindres détails. Ils ont ainsi fait refaire « des centaines de tire-fonds de 16 mm x 100 mm à tête carrée ». Guy la joue aussi locale. « Mon cousin calaisien m’a aidé à trouver un négociant en bois, JC Guilbert de Guînes, qui a pu nous trouver les scieries capables de débiter et entailler toutes nos pièces de bois. » Reproduire la jetée est un « gros projet » pour Guy. « Et c’est différent de travailler dans un studio ou même sur la terre ferme. On a dû faire avec la houle, les tempêtes, et s’adapter aux marées. » Une jetée qui devrait apparaître à de nombreuses reprises dans le film. « La jetée est un élément phare du décor », confie-t-il, un brin de fierté dans la voix.

Eddi et Guy reviennent à Dunkerque en février, pour commencer les travaux. « Les pièces de bois sont arrivées le même jour que nous à Dunkerque et elles s’emboîtaient parfaitement, c’était un bon départ. » Pour Guy et son équipe, il n’a pas fallu perdre son temps. « On n’a pas eu beaucoup de temps pour la faire et il a fallu travailler avec la marée et des conditions météo pas toujours faciles. » « Beaucoup d’obstacles à franchir » Le chantier géré par Guy comptera une centaine de techniciens, venus des quatre coins de la France, spécialisés dans le cinéma. « À ce niveau, il faut des gens qualifiés en techniques de cinéma. Ils ont fait un excellent travail. Il y avait une très bonne ambiance. »

La tempête pendant le tournage à Dunkerque

La tempête pendant le tournage à Dunkerque

C’est dans un Kursaal transformé en vaste chantier que l’équipe s’est installée. "Transformer le Kursaal en usine a été un challenge. Il y a eu beaucoup d’obstacles à franchir. " Le travail est de taille.

Le Kursaal transformé en usine

Le Kursaal transformé en usine

Pour la jetée, « il a fallu assembler 3 000 pièces ». En tout, deux jetées ont été réalisées. L’une en bois massif. L’autre en béton, l’autre en contreplaqué . Pour refaire la jetée, ces spécialistes du cinéma ont construit 19 modules « qui pèsent près de 10 tonnes chacun. Les proportions gigantesques des modules étaient aussi un problème logistique à gérer. Le jour où nous avons installé notre premier module, il y avait la peur que quelque chose cloche, mais finalement tout s’est bien passé ».

Les éléments  en bois et la jetée reconstituée
Les éléments  en bois et la jetée reconstituée

Les éléments en bois et la jetée reconstituée

Guy gardera de « très bons souvenirs de l’accueil des Dunkerquois, des artisans qui nous ont fourni le matériel, jusqu’à Jean Pichon, ancien Calaisien qui m’a aidé à découvrir la Jetée Malo sur son blog, et son « équipe » que je retrouve le week-end à « l’Européen » pour décompresser, me redonner une vie normale et me faire connaître the Dunkirk Spirit ! » Guy est resté mobilisé à Dunkerque jusqu’à la fin du tournage pour s’assurer que « tout marche en temps et en heure et qu’il n’y ait pas de retard pour les décors ». Lui, restera quelques semaines de plus en France, avec sa femme hawaïenne, Anela. « J’aimerais bien aller voir une étape du Tour de France et donner envie à ma femme de revenir ici plus souvent, lui faire goûter la joie de vivre française. » Avant de repartir vers d’autres aventures hollywoodiennes, encore inconnues. Guy attend le prochain coup de fil qui changera le cours de ses mois à venir.

Note de la rédaction du blog : Et venir à Narbonne voir les parents, nos amis Ch'tis devenus narbonnais, Jean-Claude et Gisèle.
Anela Belegaud le jour de son mariage avec Guy

Anela Belegaud le jour de son mariage avec Guy

" Ensuite ils partent tourner en Hollande, en Angleterre et aux Pays-Bas." Les voilà arrivés à HURK, aux Pays-Bas. ( Dans cette île neutre, il y eut un camp d'internement d'officiers alliés, ayant voulu échapper à la 1ère guerre mondiale.)

URK
URK

URK

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

Les "greens" aiment Lille, Lille aime les "greens" ( N° 1429 )

Publié le par Quinquine1159

Mercredi 21 juin, une marée verte a envahi la gare, le métro, les rues de Lille. Supporters de leur équipe irlandaise, ils enflammèrent le stade Pierre Mauroy pour le match contre l'Italie.

Irlandais vainqueurs de l'Italie, à Lille

Irlandais vainqueurs de l'Italie, à Lille

Heureux comme des Irlandais, qualifiés pour aller en 1/8ème de finale. Les places de la métropole lilloise ont résonné, jusqu'à 5 heures du matin, de leur chant " Boys in green ". Un cafetier avouait avoir vendu autant de bière en une nuit qu'en 2 mois. Mais aucun incident ne fut à déplorer, l'ambiance était bon enfant. Les Irlandais ont aimé la ville hôte.

La Grand Place de Lille  colorée en vert

La Grand Place de Lille colorée en vert

Dimanche 26 juin, changement de décor et changement de musique. Les "greens" étaient à Lyon et ne chantèrent que pendant les 2 premières minutes du match. où ils marquèrent un but contre la France. Ils tinrent les Bleus en haleine pendant la première mi-temps.

1 but d'entrée de jeu
1 but d'entrée de jeu

1 but d'entrée de jeu

La deuxième mi-temps ayant été décisive pour les Bleus, les Irlandais furent battus 2 à 1.

D'abord inquiets

D'abord inquiets

La déception des "greens"
La déception des "greens"

La déception des "greens"

Les Français aiment que les verts exclus leur permettent d'aller en 1/2 de finale le 03 juillet.

Allez les Bleus !

Allez les Bleus !

Les Lillois aiment les Irlandais à double titre . Ils n'oublient pas leur présence chaleureuse et ont presque envie de les consoler pour leur défaite.

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

Le Nordiste prépare les J.O. de RIO à NARBONNE ( N° 1428 )

Publié le par Quinquine1159

Une revue locale nous l'apprend : un jeune Nordiste est à Narbonne, à la piscine de l'Espace de Liberté. Nous savons que Philippe Lucas y est un entraîneur faiseur de champions. Alors le nageur s'y entraîne sous sa houlette, dans le bassin olympique.

Piscine extérieure de l'espace Liberté

Piscine extérieure de l'espace Liberté

Le Nordiste a nom Marc-Antoine OLLIVIER. Il est âgé de 20 ans et originaire de DENAIN, dans la banlieue de Valenciennes (Nord). C'est un marathonien de la nage, le meilleur Français de sa discipline: le 10 km nage libre, et international en bassin. Mais c'est en mer qu'il s'éclate.

Marc-Antoine OLLIVIER

Marc-Antoine OLLIVIER

Alliant l'endurance et la stratégie, il s'est classé 6ème lors des derniers championnats du monde en Russie. Ceci l'a qualifié pour les J.O. 2016 de RIO.

Bientôt à Rio

Bientôt à Rio

En attendant les jours J, du 6 au 21 août, il a confiance dans les conseils de ce médiatique mentor qu'est Philippe Lucas.

Faiseur de champions, Philippe Lucas

Faiseur de champions, Philippe Lucas

C'était le portrait d'été de "Narbonne et vous". Nous souhaitons évidemment bonne chance à notre "pays", que nous ne rencontrerons que si nous fréquentons la piscine de Narbonne avant le début août.

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

FOOT: 1 - PETANQUE: 0 ( N° 1427 )

Publié le par Quinquine1159

A deux, c'est trop peu.

A deux, c'est trop peu.

Les amateurs de pétanque ne sont pas assez nombreux chez les Ch'tis de chez nous. Donc, la rencontre annoncée a été annulée. J'ai cherché toutes les autres raisons possibles, pour ce manque d'adhésion à cette journée. Peut-être qu'en cette période, on ne veut pas manquer une retransmission d'un match de l'Euro? On préfère le sport dans un fauteuil plutôt que le sport en plein air, et le foot plutôt que la pétanque.

Omniprésent

Omniprésent

Peut-être que la date est tardive. Les enfants sont déjà arrivés en vacances, disponibilité minima ? A moins que nous ne soyons déjà partis ( dans le Nord ! ) ?

Envie d'ailleurs ?

Envie d'ailleurs ?

Ne sous-estimons pas non plus la météo de ce printemps 2016. La température favorise le repli au foyer. Pleuvra-t-il ?

Attendre son tour en manteau, non !

Attendre son tour en manteau, non !

Et pourquoi un challenge Jean-Claude Chrétien ? C'est une tradition, le club ayant plus de 20 ans d'existence. C'est un hommage à un membre fondateur tragiquement disparu. Mais l'HISTOIRE s'efface aujourd'hui.

FOOT: 1  -  PETANQUE:  0  ( N° 1427 )

Il a pourtant lieu tous les ans, ce concours amical. Voilà peut-être précisément une cause de désamour. Le changement est à la mode.

Trop répétitif ?

Trop répétitif ?

Quant aux spectateurs, aux non-joueurs, ils ne sont peut-être pas alléchés par un buffet ? Ils préfèreraient peut-être un service en restaurant ?

Ce serait pourtant un changement .
Ce serait pourtant un changement .

Ce serait pourtant un changement .

Alors, alors ? se demandera le bureau. Faut-il espacer les rencontres ? A-t-on davantage de plaisir à se voir, quand on ne se voit pas souvent ?

Un bonjour espacé ?

Un bonjour espacé ?

Pensons aussi que 20 ans, c'est un bail. Un renouvellement de personnes s'est opéré. Quels sont les objectifs actuels ? Echappera-t-on à la tendance générale ou reviendrons-nous aux fondamentaux ?

FOOT: 1  -  PETANQUE:  0  ( N° 1427 )

20 ans, c'est une tranche de vie et celle qui démarre pour tous a sûrement un impératif: pas de contraintes. Des contraintes, il y en a pour les membres du bureau. Il y en a pour les adhérents, qui pratiquent dans d'autres disciplines. Alors :

FOOT: 1  -  PETANQUE:  0  ( N° 1427 )

Rendez-vous à l'Assemblée Générale en fin d'année.

Publié dans Associations

Partager cet article
Repost0

Challenge 2016 ( N° 1426 )

Publié le par Quinquine1159

D'accord : on n'aura pas une audience record. Mais si on changeait un peu du ballon rond.. Beaucoup plus tranquillement, beaucoup plus gentiment, on prendrait le cochonnet et les boules. En souvenir de Jean-Claude Chrétien. Au lieu d'appeler le livreur de pizzas, les femmes prépareraient des salades composées et un rôti de porc cuit. Et au lieu d'un canapé, on aurait une table de buffet. Alors, Ch'tis du Narbonnais, n'oubliez pas vos couverts et venez nous rejoindre samedi à Saint-Marcel. On se charge des boissons.

Challenge 2016 ( N° 1426 )

Changez le mistral en tramontane. Mais non, vous n'aurez qu'une légère brise marine, qui ne soulèvera pas vos jupes, Mesdames; dommage pour vous, Messieurs!

Partager cet article
Repost0

Egalité, j'écris ton nom à LILLE ( N° 1425 )

Publié le par Quinquine1159

Notre rendez-vous

Notre rendez-vous

On l'attendait, parce qu'on est Français ( et aussi Lillois ).

Tribune ou télé, la passion

Tribune ou télé, la passion

Ne coupons pas les cheveux en quatre, même si c'était le match des coiffeurs : la pelouse du stade Pierre Mauroy était en aussi mauvais état que celle de Marseille. Mais de Marseille, on n'a parlé que des violences. A Lille, il n'y en eut point. Ce qui n'enlève rien à la honte que nous ressentons, pour un stade qui a coûté si cher aux riverains.

Repeinte en vert !! Glissante. Arrachable.

Repeinte en vert !! Glissante. Arrachable.

Indépendamment de l'état de la pelouse, il faut accepter le score .

Egalité, j'écris ton nom à LILLE ( N° 1425 )

Donc, je me permets d' évoquer le poème de Paul Eluard intitulé "Liberté". Je le rebaptise:

EGALITE

" Sur toute chair accordée,

Sur le front de mes amis,

Sur chaque main qui se tend,

J'écris ton nom."

Sur le front de mes amis...
Sur le front de mes amis...

Sur le front de mes amis...

Les jeux de jambes étaient les mêmes, l'envie de gagner la même.

Sur toute chair accordée...

Sur toute chair accordée...

Bien belles images du foot, tel qu'on voudrait toujours les voir. :

Sur chaque main qui se tend ...
Sur chaque main qui se tend ...

Sur chaque main qui se tend ...

J'écris ton nom: Egalité.

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

C'est votre journée ( N° 1424 )

Publié le par Quinquine1159

C'est votre journée ( N° 1424 )

Pensant que votre journée a été bonne et que votre soirée comblera la France.

Partager cet article
Repost0

19 Juin à LILLE, le " match des coiffeurs " ( N° 1423 )

Publié le par Quinquine1159

Les joueurs cantonnés au rôle de remplaçants, dans une Coupe du monde de foot, sont appelés les coiffeurs. Plusieurs explications sont offertes.

L'une évoque un match disputé un lundi, sans grand public, et cette réflexion circula : " Pas de match un lundi, car vous n'aurez que les bouchers et les coiffeurs dans les tribunes."

Une autre hypothèse serait que les remplaçants auraient coupé les cheveux des titulaires.

La plus évidente est qu'ils ne risquaient pas de se décoiffer en restant assis sur un banc.

Le banc des remplaçants des Bleus Euro 2016

Le banc des remplaçants des Bleus Euro 2016

Dans les grandes compétitions, quand une équipe est déjà qualifiée ( c'est le cas de la France ), la dernière rencontre de poule ( SUISSE-FRANCE à LILLE, demain ) permet au sélectionneur de faire tourner les joueurs. On l'appelle " le match des coiffeurs ".

19 Juin à LILLE, le " match des coiffeurs " ( N° 1423 )

Rendez-vous, dimanche 19 juin, sur M6, à 20 heures45 ou sur bein1 sports, à 20 heures50. En direct, depuis Lille ( Villeneuve d'Ascq ).

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

A LENS, le "WELSH" rassemble l'Angleterre et le Pays de Galles ( N° 1422 )

Publié le par Quinquine1159

A LENS, le "WELSH" rassemble l'Angleterre et le Pays de Galles ( N° 1422 )

Le 16 juin, au stade Bollaert de LENS, deux pays voisins.

A LENS, le "WELSH" rassemble l'Angleterre et le Pays de Galles ( N° 1422 )

Face à face, mais pas fesse à fesse !

A LENS, le "WELSH" rassemble l'Angleterre et le Pays de Galles ( N° 1422 )

C'est que notre côté de la Manche rassemblait 50.000 supporters, tous britanniques. Ceci, grâce une tartine gratinée au fromage, incontournable de la gastronomie nordiste : le "welsh". Comme son nom le laisse deviner, le "welsh" a des origines galloises. Mais la proportion et le genre de fromage diffèrent selon . Dans les Hauts de France, on met du maroilles. En Grande-Bretagne, on met du cheddar ( on l'appelle alors aussi "rarebit" ).

A gauche, celui du N-PdeC.    A droite, celui d'Angleterre.

A gauche, celui du N-PdeC. A droite, celui d'Angleterre.

Le score de 2 à 1 au bénéfice de l'Angleterre, n'entacha pas le match. A Lens, il est vrai, on avait renforcé la sécurité, par exemple en fermant les écoles. Les supporters se retrouvèrent à Lille , où les seules explosions de joie furent des jeux d'enfants : à chaque but, faire voler les gobelets en plastique ou s'éclabousser de bière. Les jets d'eau devant la gare de Lille-Flandres servirent aussi à rafraîchir joyeusement les idées.

(info: la presse )

A LENS, le "WELSH" rassemble l'Angleterre et le Pays de Galles ( N° 1422 )

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

A Lille aussi, il pleut des coups ( N° 1421 )

Publié le par Quinquine1159

A Lille aussi, il pleut des coups ( N° 1421 )

Cette fois, deux peuples du Nord s'affrontaient dans le Nord de la France.

A Lille aussi, il pleut des coups ( N° 1421 )

Tout avait pourtant bien commencé. Une supportrice russe était tout sourire.

Les supporters slovaques étaient venus à LILLE pour une fête.

Chacun pour soi, dans la joie
Chacun pour soi, dans la joie

Chacun pour soi, dans la joie

Quand le Slovaque marqua un but, ses coéquipiers le félicitèrent.

L'union sacrée

L'union sacrée

L'équipe russe marqua un but, elle aussi, mais la Slovaquie en marquant un second, le gardien russe s'effondra de tristesse.

Russie 1 - Slovaquie 2

Russie 1 - Slovaquie 2

Le centre-ville de LILLE connut alors la violence post-match. Au "Palais de la Bière", on vit les chaises voler. Celles-ci ne sont pas considérées comme des armes blanches, mais leurs quatre pieds brandis en avant peuvent être redoutables.

A Lille aussi, il pleut des coups ( N° 1421 )
A Lille aussi, il pleut des coups ( N° 1421 )

Les enfants n'apprennent plus à supporter un échec ( par exemple un échec scolaire ).

Malgré tous les beaux discours, l'autre n'est pas accepté dans sa différence.

La violence est inhérente à la nature humaine, mais il y a des jeux vidéos pour s' entraîner.

La morale du pardon, ou de la résignation, n'a plus cours.

On ne sait plus s'amuser sans boire et c'est même une gloire que de savoir boire .

On ne relativise plus, car les médias font d'un évènement, somme toute banal, une attraction extra-ordinaire.

Les causes ont leurs effets, hélas !

Publié dans Région Nord

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>