Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

N° 2169 ) Il encourage les lecteurs espagnols à venir y faire un saut.

Publié le par Quinquine1159

El País est le journal le plus lu en Espagne.

N° 2169 ) Il encourage les lecteurs espagnols à venir y faire un saut.

Le journaliste Carlos Pascual y décrit d’abord la « mauvaise presse » dont a été victime la Capitale des Flandres, et résume l’idée générale en reprenant la caricature de Bienvenue chez les Ch’tis:

« Un territoire brumeux, dans le Nord glacial, avec une langue incompréhensible, le ch’ti, qui est autant une manière de parler qu’une manière de manger, se comporter, vivre. »

caricature dans Bienvenue chez les Ch'tis

caricature dans Bienvenue chez les Ch'tis

L’entrée en matière débouche sur un « Mais non. Tout ça n’est que pur cliché. »

encore un cliché

encore un cliché

« L’ancienne cité minière, industrielle de LILLE a un mantra clair se réinventer ». C’est le titre de l’article.

LILLE tiene un mantra claro: reinventarse.

LILLE tiene un mantra claro: reinventarse.

Il met en avant son festival d’art Utopia, son offre culturelle riche....

festival Utopia annoncé

festival Utopia annoncé

.... ses trésors architecturaux, par Jean Nouvel ou Rem Koolhas, l’architecte responsable du quartier d’affaires Euralille.

Un des architectes du renouveau de LILLE

Un des architectes du renouveau de LILLE

À propos d’Utopia, qui est, selon El País, le prétexte pour une virée à LILLE, l’événement « s’expose dans des lieux emblématiques et d’avenir ».

L’Hospice comtesse en fait partie, « au cœur de la vieille ville, où l’on se sent comme dans une ville flamande ».

L'Hospice comtesse

L'Hospice comtesse

« le palais des Beaux-Arts, superbe palais néo-Renaissance qui est le deuxième musée de France après le Louvre. »

le Palais des Beaux-arts

le Palais des Beaux-arts

.... Sans oublier Saint-So, (NDLR: traduire Saint Sauveur) l’un des points nocturnes bouillonnants de Lille, en raison de ses espaces polyvalents, de ses terrasses et de ses restaurants....

dans le quartier St Sauveur

dans le quartier St Sauveur

... ni l’espace multifonctionnel du Tripostal, au cœur d’Euralille. »

le Tri postal

le Tri postal

Le quartier est cité par le rédacteur espagnol pour son architecture surprenante, pensée par Rem Koolhaas, lauréat du prix d’architecture Pritzker en 2000.

Pour preuves, il cite « le bateau » que forme le centre commercial Euralille, sorti de l’imagination de Jean Nouvel.

le bateau dans Euralille

le bateau dans Euralille

Aussi, surtout, la Tour de Lille, communément appelée « la chaussure de ski » ou la botte, de Christian de Portzamparc.

La botte de ski

La botte de ski

Mais LILLE est surtout présentée comme un centre névralgique, en passe de devenir « la première métropole intelligente d’Europe ».

Avec ses établissements dédiés à la recherche et la récupération et la valorisation de son patrimoine d’antan : ses usines textiles, métallurgiques et chimiques.

En dehors de la ville-centre, des coups de projecteurs sont faits sur la Villa Cavrois, la Piscine de Roubaix, le musée La Manufacture, La Condition publique, mais aussi Tourcoing, remarquable pour la « transformation de son patrimoine industriel ».

la ville Cavrois

la ville Cavrois

la Piscine de Roubaix

la Piscine de Roubaix

le Musée de la manufacture

le Musée de la manufacture

la Condition publique

la Condition publique

la gare de Tourcoing

la gare de Tourcoing

Carlos Pascual conclut que tous ces éléments effacent « la triste image de l’ancien bassin industriel pour une vision plus actuelle et séduisante » de la métropole.

Il termine en citant une réplique culte de Dany Boon : « Quelque chose [y] est dit qui exprime bien les sentiments de ceux qui approchent et vivent sur ce territoire : ‘Un étranger qui vient ici pleure deux fois : quand il arrive et quand il repart.' »

On n’aurait pas mieux dit nous-mêmes !

Partager cet article
Repost0

N° 2168 ) La culotte d'un de ses maillots de bain porte le nom de certaines villes françaises.

Publié le par Quinquine1159

La veille du défilé Balenciaga, le mardi 5 juillet dernier, Kim Kardashian, 41 ans, a fait un tour à Paris pour voir l'une des boutiques de luxe de la capitale française.

Elle était sortie du taxi dans un maillot de bain, qu'elle portait comme un body sur une paire de collants.

Kim Kardashian

Kim Kardashian

Sur l’arrière,  du maillot, une liste de dates et de villes, à la manière d’une annonce de tournée.

N° 2168 )  La culotte d'un de ses maillots de bain porte le nom de certaines villes françaises.

Parmi les villes représentées sur les fesses de Kim Kardashian se trouvait AVELIN, située dans la métropole lilloise, accompagnée de la date « 17 mars ».

Cet imprimé « date de tournée » pour un groupe de musique fictif se décline, depuis plusieurs années, sur plusieurs vêtements de chez Balenciaga : le body porté par Kim Kardashian, un sweat à capuche ou encore un tee-shirt.

Mais, pour porter la ville du Nord sur soi avec style, ce n’est pas donné :           il faudra débourser entre 595 et 990 €.

Sur un édifice de la ville

Sur un édifice de la ville

AVELIN est situé aux portes de la métropole lilloise et fait partie de l’un des premiers villages de la Pévèle.

La commune s'étend sur 13,8 km² et compte 2 704 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2016.

L’activité agricole y est encore bien présente et le village a su conserver son caractère rural. C’est un village où il fait bon vivre. C'est aussi mon village:     j'y ai passé les 20 premières années de ma vie.

Le château d'AVELIN ( où je n'habitais pas !)

Le château d'AVELIN ( où je n'habitais pas !)

La petite commune du Nord n’est pas la seule ville française à figurer sur le vêtement. Que lui a valu de figurer ainsi sur le fessier de Kim Kardashian estimé à 21 millions de dollars ?

Je n'y vois qu'une chose: la mise en relief de "min coin".

 

Partager cet article
Repost0

N° 2167 ) Pas un 14, mais un 23 juillet, dans le Nord

Publié le par Quinquine1159

Eugène Pottier avait écrit les paroles d'un chant révolutionnaire : "l'Internationale".

Mais c'est Pierre Degeyter qui en a composé la musique.

 

Pierre Degeyter portrait

Pierre Degeyter portrait

Pierre Degeyter était ouvrier de l'usine de FIVES-LILLE dont on voit ici un atelier en 1936.

N° 2167 ) Pas un 14, mais un 23 juillet, dans le Nord

"L'Internationale" a été jouée pour la première fois dans un café de l'ancien quartier Saint Sauveur de LILLE, le 23 juillet 1888.

Son compositeur est honoré sur les murs de FIVES. Une rue porte son nom.

N° 2167 ) Pas un 14, mais un 23 juillet, dans le Nord

"L'Internationale" fut chantée par des millions de travailleurs à travers le monde. Ce fut l'hymne de l'U.R.S.S. jusqu'en 1944.

Sortie de l'usine de FIVES en 1911

Sortie de l'usine de FIVES en 1911

Sitôt connaissance du chant, un autre chant anti-communard cette fois, vit le jour en 1871 et s'appela lui aussi "l'Internationale".

Mais aujourd'hui dans le Nord, c'est un Géant qui rend vie à Pierre Degeyter.

N° 2167 ) Pas un 14, mais un 23 juillet, dans le Nord

        Source La voix du Nord. Complément d'infos à voir sur le Net.

Partager cet article
Repost0

N° 2166 ) L’homme c’est un peu comme le Père Noël, aucune n’y croit plus depuis longtemps !

Publié le par Quinquine1159

Ainsi pensent les soeurs interprétées par six membres de la troupe de théâtre amateur "la Baraque foraine" de LILLE, venues à NARBONNE  jouer "Réveillon d'été" pièce d'Isabelle de Toledo.

En pure Lilloise, je suis allée dans la cour du Palais des Archevêques assister à la soirée de représentation.

superbe nuit d'été dans un superbe décor

superbe nuit d'été dans un superbe décor

J'ai donné dans l'article numéro 2163 le synopsis de cette comédie.

J'ai appris que si les quatre sœurs se retrouvent en plein mois de juin afin de fêter Noël, c'est pour perpétuer une tradition: leur père étant décédé lors de la nuit du 24 au 25 décembre, dix ans auparavant, elles ont de ce fait appris à réveillonner lors des beaux jours.

Dans la maison de l’enfance où elles ont grandi, ces femmes se croisent une fois par an. Rien ne semble n’avoir vraiment changé. Il y a, Sophie, Martine, Lucie et Françoise. Tout les oppose: leur personnalité, dont chacune est détonante à sa façon, et bien sûr leur vie.

les quatre soeurs revenues cette fois en hiver

les quatre soeurs revenues cette fois en hiver

Julie la fille de Sophie, une adolescente à fleur de peau et en mal de père participe à ce cocktail explosif… S’ensuivent alors de multiples discordes au sein du cercle féminin.

Toutes les réflexions fusent, nous renvoyant à des situations et à des sentences bien connues.

sur la terrasse de leur maison d'enfance

sur la terrasse de leur maison d'enfance

La visite de la voisine, Mme Solange Pinçon, ne fait qu’accroître la fantaisie déjà présente dans ce Noël improbable.

On croirait que l'autrice du récit a vécu toutes les situations, tant elles sont vraisemblables. On sourit donc de soi-même.

Julie et Solange la voisine

Julie et Solange la voisine

Se dégage une telle complicité que l'on pourrait croire qu'elles sont vraiment soeurs "à la ville". Merci à toutes pour ce Noël rafraichissant bien que fêté en Juin! Annick Blancheteau, Anne Richard, Martine Mongermont, Françoise Lépine, Constance Carrelet et Martine Pascal défendent un texte plein d'humour et de sensibilité, sans jamais tomber ni dans le comique troupier, ni la sensiblerie.

N.B: J'ai adoré pendant les siestes le passage des moustiques !

Final joyeux, même sans la maison

Final joyeux, même sans la maison

Partager cet article
Repost0