A LILLE, le ballon ne rebondit pas seul ( N° 1196 )

Publié le par Quinquine1159

L'affaire du Stade de Lille rebondit. L'attribution de son marché est controversée. Les faits reprochés ne sont pas prescrits.

Personne ne comprend pourquoi, en 2008, la communauté urbaine de Lille a confié, au dernier moment, la construction du Stade Pierre Mauroy à Eiffage, au lieu de Bouygues qui proposait un prix inférieur de 108 millions d'euros.

Travaux pour le stade aujourd'hui achevé

Travaux pour le stade aujourd'hui achevé

Madame Martine Aubry, alors vice-présidente de la communauté urbaine de Lille, pourrait se voir reprocher des faits d'usage de faux, pour avoir notamment transmis un rapport modifié.

Dans la même affaire, une plainte pour favoritisme a été déposée en 2014. Une telle plainte est beaucoup plus grave pour un élu, qu'une plainte pour usage de faux.

Les avocats vont demander la jonction des deux plaintes.

Ce n'est pas une affaire classée.

Ce n'est pas une affaire classée.

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
oui oui, si je ne m'abuse, je crois qu'il y a en ce moment un autre rebondissement qui grise le ciel du plat pays qui est le tien
Tu sais dans ce bas monde, chacun tire la couverture du côté qui l'arrange ...et ça fait couler l'encre pendant que d'autres mettent la main à la force pour combler les trous , les coupables ne sont pas hélas les payeurs , c'est un éternel recommencement pfffffff
Répondre
Q
Heureusement, on a Miss France ! Hihihi ... Les marchands de papier et de stylos, à voir les piles de dossiers, dans les deux cas, et les juges font des affaires, avec les affaires !
M
Bonjour Marie encore une affaire de gros sous on ne vois que ça
bisous
Marcel
Répondre
Q
On sait dans quelles poches ils ont été pris, mais on ne sait pas dans lesquelles ils sont allés, parce qu'on se garde bien de le dire.