A AVELIN, le 8 mai 2015 ne fut pas comme les autres ( N° 1235 )

Publié le par Quinquine1159

Il était presque normal que le 70ème anniversaire du 8 mai se passe ,en 2015, de façon exceptionnelle. Il est urgent de faire témoigner les derniers survivants de la guerre 39-45.

Nos champs de blé avec leurs fleurs y participent.

Nos champs de blé avec leurs fleurs y participent.

Petite fille en 1945, une Avelinoise est revenue dans son village , pour que le souvenir ne s'efface pas. A bord d'une jeep, elle participa au défilé militaire. Son visage rayonnait de la joie de la Libération; elle l'avait vue chez les jeunes femmes de cette époque.

Marie-Jeanne témoigne de la joie de la Libération.

Marie-Jeanne témoigne de la joie de la Libération.

A AVELIN, beaucoup de collectionneurs de véhicules militaires avaient eu à cœur de rendre hommage aux soldats français, américains et anglais, qui avaient risqué leur vie pendant 4 années.

A AVELIN, le 8 mai 2015 ne fut pas comme les autres ( N° 1235 )
A AVELIN, le 8 mai 2015 ne fut pas comme les autres ( N° 1235 )
A AVELIN, le 8 mai 2015 ne fut pas comme les autres ( N° 1235 )
A AVELIN, le 8 mai 2015 ne fut pas comme les autres ( N° 1235 )
Tant de passionnés, pour un défilé grandiose

Tant de passionnés, pour un défilé grandiose

En 1945, cette Mamie d'aujourd'hui avait 8 ans. En 2015, elle a eu beaucoup d'émotion au souvenir de son passé d'enfant pendant la guerre : le bruit des sirènes, les bombardements, où elle descendait à la cave ( pour l'anecdote : elle y apprit à tricoter ), dont on remontait avec l'inquiétude et quelquefois la tristesse de voir les maisons, du bout de la rue, anéanties. Son papa était prisonnier en Allemagne, deux Allemands avaient réquisitionné des pièces de sa maison. Longtemps après la guerre, elle côtoya un voisin grand invalide. A chaque commémoration, devant le monument aux morts, on nommait ceux qui n'étaient pas revenus, et cela faisait pleurer ses voisines, leurs mère ou sœurs.

Mais effaçant ces instants , il y avait aussi la délivrance, retrouvée dans les banquets des Anciens Combattants et son papa redevenu heureux.

En 2015, Monsieur le Maire du village a évité de justesse les larmes de Marie-Jeanne.

Bel hommage à celle, qui rendait hommage à ceux qui avaient souffert

Bel hommage à celle, qui rendait hommage à ceux qui avaient souffert

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Très émouvant reportage et je remarque que tu es rayonnante pour l'occasion
Je dis bravo pour tous ces figurants qui ont su honorer les anciens
J'ai EU UN SOUCI CES JOURS-CI IMPOSSIBLE D'OUVRIR certains blogs , il y a de la friture dans les réseaux et orange déconne grrr
Répondre
Q
Overblog déconne aussi quelquefois....
Je pense que dans la vie, il y a une petite dizaine de jours exceptionnels: la naissance d'enfant, la réussite à un examen, le mariage, l'accident dont on sort ...
Eh bien, cette reconstitution a été une journée exceptionnelle: une expérience de trajet en véhicule que je n'aurais jamais imaginé emprunter ! Il faisait très beau, les gens ont été tellement contents de me revoir et inversement, le passé resurgissait comme revécu ce jour même, et la prise de conscience que les années sont comptées...
Un incroyable élan de toute une population peut surprendre et je n'en suis pas encore revenue !...
M
Bonjour Marie c'est bien cet hommage j'aurai bien aimé voir ce défilé
bisous
Marcel
Répondre
Q
Dans la jeep, j'ai eu un moment de joie très forte ! Et quand le Maire m'a remerciée d'avoir fait 1000 kilomètres pour venir témoigner dans mon village, tous les souvenirs sont remontés et là j'étais très émue.
G
Que d'émotion dans le regard, que de belles présentations de soldats et de matériels qui ont vaincu la barbarie nazie. J'imagine bien que cette reconstitution et cet anniversaire ont touché celle qui raconte la vie de sa ville, Avelin je crois, et qui se raconte nous livrant ses états d'âme et son émotion. Bravo pour ce retour dans le passé et bravo, pour ces instants de mémoire - devoir de mémoire. Ils ne peuvent que montrer aux jeunes générations, ce que leurs aînés ont fait pour eux et ce qu'ils devraient faire, à leur tour, dans le monde dangereux dans lequel nous vivons.
Répondre
Q
Les expériences des uns ne servent pas souvent aux autres, malheureusement.
La télé montre pourtant que la barbarie est toujours présente, mais elle reste virtuelle.
Les jeunes confondent souvent le jeu ou le cinéma avec la réalité.