Une institution roubaisienne que tout le monde connait mise sur les Galeries Lafayette ( N° 1673 )

Publié le par Quinquine1159

La Redoute va mieux. En tout cas, elle vaut plus qu’un euro.

C’est à ce prix symbolique que le groupe Kering avait vendu l’ancien fleuron de la vente à distance à ses deux dirigeants, il y a un peu plus de trois ans.

Les Galeries Lafayette ne précisent pas la nouvelle valeur de l’entreprise roubaisienne dans le communiqué publié ce jeudi matin qui annonce leur prise de participation de 51 % de La Redoute «  avec l’objectif d’en réaliser l’acquisition à 100 % à terme  ». Mais c’est forcément plus .

En tout cas, Nathalie Balla et Éric Courteille ont réussi leur pari. Au prix d’un énième plan social en 2014, mais aussi d’un important investissement avec le remplacement de la « vieille » usine à colis de la Martinoire par la toute moderne Quai 30 à Wattrelos, La Redoute devrait retrouver l’équilibre cette année. Elle réalise un chiffre d’affaires de 750 millions d’euros et ambitionne d’atteindre le milliard d’ici 2021. Elle emploie encore 1 700 salariés.

Le rachat par les Galeries Lafayette apparaît, somme toute, logique. Il scelle une alliance entre un distributeur, qui est un spécialiste de la vente en ligne et vise à créer «  le premier acteur français de l’habillement en valeur  ». Ensemble, les Galeries Lafayette et La Redoute ambitionnent de passer de 4,5 à 5,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

«  L’adossement à un investisseur de long terme, aussi prestigieux que le groupe Galeries Lafayette nous donne les moyens de poursuivre, amplifier et accélérer notre stratégie  », expliquent-ils dans le communiqué. Les perspectives ouvertes par ce rapprochement devraient permettre de nouveaux développements en France et à l’international pour l’enseigne roubaisienne. Les Galeries (qui ont fermé leur unique magasin régional rue de Béthune à Lille ! ) disposent de sept magasins à l’étranger mais ambitionnent plusieurs ouvertures, tandis que La Redoute réalise environ 30  % de son chiffre d’affaires hors de France.

La nouvelle usine à colis de La Redoute

La nouvelle usine à colis de La Redoute

 Le directeur général et le président du directoire des Galeries Lafayette avaient discrètement rencontré Nathalie Balla et Éric Courteille en début d’année. Les deux enseignes ont des intérêts communs. Aux Galeries la mode plutôt haut de gamme en magasins physiques, à La Redoute le prêt-à-porter et l’équipement de la maison grand public. L’offre de produits est complémentaire, comme la volonté de mutualiser les forces sur les achats, la logistique et l’exploitation des bases de données.

D’un côté, les Galeries Lafayettes souhaitent imbriquer davantage le commerce physique en magasins et le numérique, ses dirigeants voulant passer de 2 à 10  % de leur volumes de vente en ligne d’ici 2020. De l’autre, La Redoute offre un fichier clients exceptionnel avec plus de 9 millions d’acheteurs sur sa plateforme de e-commerce, offrant ainsi à son nouveau partenaire de réaliser une transformation digitale stratégique de son modèle économique.

Cette enseigne est tellement liée au Nord, qu'elle ne peut disparaître !

Cette enseigne est tellement liée au Nord, qu'elle ne peut disparaître !

Publié dans Région Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
mon Dieu la Redoute ! le seul catalogue que mes parents recevaient et combien d'articles avons nous acheté par correspondance ! j'espère que tout ira pour le mieux pour tous les ouvriers qui ne demandent qu'à travailler
Répondre
Q
Ma mère passait des heures à le consulter. Cela la distrayait car elle ne lisait pas beaucoup. Et puis elle rêvait, hésitait et finissait pas craquer pour une commande !
M
Bonjour Marie
il y en a un bel article ce matin sur la voix du Nord
hé oui ça bouge un peu partout bonne journée bisous
Marcel
Répondre
Q
Tu lis donc le journal de bien bonne heure !
Y aura-t-il un gros et un petit dans cette fusion ?
Dans le mariage, chacun espère le meilleur de l'autre !
Bisous à toi
R
En effet ces chiffres sont prometteurs et je dirais tant mieux mais combien sont rémunérées les petites mains dans tout cela ????
Chez nous nous avions les Galeries de Jaude qui sont maintenant Galeries Lafayette aussi mais ça a bien changé tout cela ... je préfère ne rien dire :) car dans toutes ces valses de noms il y en a qui perdent des plumes et ce sont toujours les mêmes hélas
Bonne soirée Marie-J
Répondre
Q
J'espère que La Redoute gardera son nom. Car pour moi, il y a une grosse différence entre La Redoute et les Galeries Lafayette.
C
J'ai entendu la nouvelle à la radio ce matin ... des enseignes si ancrées chez nous que l'on n'imagine pas qu'elles disparaissent un jour.
Belle soirée entre pluie et soleil !
Nicole
Répondre
Q
Bonjour, Nicole. Le froid s'installe, l'été a été bizarre, mais on regrette qu'il se termine !
Je n'aime pas les Galeries Lafayette !...
Il faut croire que chacun y trouve son compte. On verra pour les acheteurs !
Bises, un peu nostalgiques aujourd'hui !